jeudi, 04 juillet 2019 11:02

Lorenzo Bini Smaghi : "prêt à procéder à de nouvelles réductions si les conditions du marché continuent à se détériorer" Financial Times du 3 juillet 2019 Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

(traduction du Financial Times du 3 juillet 2019)

Le président de la Société Générale admet qu'il était trop lent pour licencier les traders.

Les actions de la banque française sont parmi les moins performantes du secteur bancaire européen. 

a déclaré que les conditions difficiles du marché à la fin de 2018 avaient incité SocGen à prendre des mesures "radicales" pour réduire sa banque d'investissement

Le président de la Société Générale a concédé que la banque française était trop lente pour supprimer des emplois dans son unité de négociation de titres en difficulté, alors qu'elle tentait de regagner la confiance des investisseurs à la suite de l'effondrement du cours de son action. Le prêteur basé à Paris a annoncé 1 600 suppressions de postes en avril, après plusieurs trimestres de mauvaises performances de sa banque d'investissement dans le cadre d'une réduction des coûts annuels de 500 millions d'euros.

Les actions de SocGen ont chuté de près de 40% au cours de l’année écoulée, sous-performant la quasi-totalité des prêteurs européens, même son rival allemand en difficulté, la Deutsche Bank.

Interrogé sur sa réaction face aux investisseurs qui pensaient que le prêteur français aurait dû commencer à rétrécir sa banque d'investissement plus tôt, Lorenzo Bini Smaghi a déclaré au Financial Times: "C'est vrai: peut-être que ce n'était pas assez rapide."

 M. Bini Smaghi a déclaré que les conditions difficiles du marché à la fin de 2018 avaient incité le prêteur à prendre des mesures «radicales» pour réduire sa banque d'investissement, notamment en se retirant totalement de certaines activités et en réduisant d'autres, telles que son unité de négociation d'obligations. M. Bini Smaghi a déclaré que le prêteur "apportait une correction" et "était maintenant à toute vitesse", bien qu'il n'ait pas agi assez rapidement pour réduire la banque d'investissement dans le passé. Il a ajouté: «Le plan allait déjà dans cette direction.

Mais nous voulions l'accélérer. Malheureusement, cela a coïncidé avec le choc de marché de fin 2018, qui a entraîné un avertissement sur les bénéfices. Donc, le marché était confus; peut-être n'avons-nous pas assez bien communiqué. «Notre plan triennal [initial], rendu public à la fin de 2017, reposait clairement sur des hypothèses trop optimistes. Nous avons donc vu cela et nous l'avons résolu. »SocGen est l'une des nombreuses banques européennes en train de restructurer ses opérations de négociation, car elle doit faire face à des taux d'intérêt record, à des conditions de marché médiocres et à une concurrence féroce de la part de ses concurrents américains. Deutsche Bank a élaboré des projets de suppression de 20 000 emplois qui pourraient être annoncés dès ce mois-ci, tandis que BNP Paribas, le prêteur français, s'est engagé à accélérer son programme de réduction des coûts. M. Bini Smaghi a déclaré que la plupart des 1 600 banquiers licenciés quitteraient l'entreprise d'ici la fin du troisième trimestre et a laissé entendre que le prêteur était prêt à procéder à de nouvelles réductions si les conditions du marché continuaient à se détériorer. "Je pense que si nous sommes en mesure de montrer que nous pouvons livrer, c’est une méthode que nous pouvons appliquer si l’environnement se détériore", at-il déclaré.

Le président de SocGen a déclaré que les compressions à la banque d'investissement libéreraient des fonds pour investir dans des segments de son activité plus rentables tels que ses activités internationales en Europe orientale et en Afrique, son unité de financement adossée à des actifs et ses assurances. L’économiste italien, qui siégeait au conseil d’administration de la Banque centrale européenne entre 2005 et 2011, avait prédit que les banques d’investissement américaines seraient également confrontées à des décisions difficiles en matière d’effectifs si la Réserve fédérale baissait les taux ce mois-ci, comme le prévoient les marchés. «L’environnement devient relativement pire pour les États-Unis que nous [en Europe]. Les taux d'intérêt vont baisser. Ils pénètrent dans notre environnement, dans lequel nous vivons depuis plusieurs années maintenant », a-t-il déclaré. Il a déclaré qu'il n'y avait "pas de discussions à l'heure actuelle" sur une fusion entre SocGen et UniCredit, dont on dit depuis longtemps qu'ils envisagent un rapprochement. Il a ajouté qu'une consolidation bancaire majeure en Europe était improbable pendant au moins deux ans. Et il a insisté sur le fait que le directeur général de SocGen, Frédéric Oudéa, qui dirige la banque depuis 2008, était la bonne personne pour diriger la banque après que son contrat ait été prolongé de quatre ans avec le soutien de plus de 96% des investisseurs. Il a déclaré: «Pour faire le genre de travail nécessaire, vous devez connaître le système bancaire et la banque. . . Je pense franchement qu'il serait fou de changer maintenant. "

--------------------------------------------------------------

Société Générale chairman admits it was too slow to fire traders French bank’s shares are one of the worst performers in Europe’s banking sector Lorenzo Bini Smaghi said the torrid market conditions at the end of 2018 prompted SocGen to implement 'drastic' steps to shrink its investment bank © Bloomberg Share on Twitter (opens new window) Share on Facebook (opens new window) Share on LinkedIn (opens new window) Share on Whatsapp (opens new window) Save Save to myFT David Crow, Banking Editor YESTERDAY 19 The chairman of Société Générale has conceded the French bank was too slow to cut jobs at its struggling securities trading unit, as it tries to regain investor confidence following a collapse in its share price. The Paris-based lender announced 1,600 job cuts in April following several quarters of poor performance at its investment bank as part of a push to reduce its annual costs by €500m. Shares in SocGen have fallen almost 40 per cent over the past year, underperforming almost all European lenders even including its ailing German rival Deutsche Bank. Asked how he would respond to investors who think the French lender should have started shrinking its investment bank sooner, Lorenzo Bini Smaghi told the Financial Times: “It’s true: maybe it was not quick enough.” SocGen shares suffered a sharp sell-off following a profit warning in January. Mr Bini Smaghi said the torrid market conditions at the end of 2018 prompted the lender to implement “drastic” steps to shrink its investment bank, including pulling out of some businesses entirely and shrinking others, such as its bond trading unit. Despite not moving quickly enough to pare back the investment bank in the past, Mr Bini Smaghi said the lender was “making [a] correction” and was “now at full speed”. He added: “The plan was already going in that direction. But we wanted to accelerate it. Unfortunately it coincided with the market shock at the end of 2018, which led to a profit warning. So the market was confused; maybe we did not communicate well enough. “Clearly our [initial] three-year plan, which was made public at the end of 2017, was based on assumptions that were too optimistic. So we saw this, and we addressed it.” SocGen is one of several European banks in the throes of restructuring its trading operations as they contend with record-low interest rates, poor trading conditions and stiff competition from US-based rivals. Deutsche Bank has drawn up plans to cut up to 20,000 jobs, which could be announced as early as this month, while BNP Paribas, the French lender, has pledged to accelerate its cost-cutting programme. Mr Bini Smaghi said most of the 1,600 bankers made redundant would leave the company by the end of the third quarter and hinted the lender was prepared to make further cuts if market conditions continue to deteriorate. “I think if we’re able to show we can deliver, this is a method we can apply if the environment changes for the worse,” he said. The SocGen chairman said that the cuts at the investment bank would free up funds to invest in higher-returning parts of its business such as its international operations in eastern Europe and Africa, its asset-backed financing unit, and insurance. The Italian economist, who was on the executive board of the European Central Bank between 2005 and 2011, forecast that US investment banks would also face tough decisions on headcount if the Federal Reserve cuts rates this month as markets expect. “The environment is getting relatively worse for the US than us [in Europe]. Interest rates are going to go down. They are getting into our environment, in which we have been living for quite some years now,” he said. He said there were “no talks at present” about a merger between SocGen and UniCredit, which have long been rumoured to be exploring a tie-up. He added that major banking consolidation in Europe was unlikely for at least two years. And he insisted that SocGen chief executive Frédéric Oudéa, who has led the bank since 2008, was the right person to run the bank after his contract was extended by four years with the backing of more than 96 per cent of investors. He said: “To do the kind of job that is needed, you have to know the banking system, and you have to know the bank . . . I think frankly it would be crazy to change now.”

radeau méduse

Lu 436 fois Dernière modification le dimanche, 07 juillet 2019 18:29
Connectez-vous pour commenter