mercredi, 06 mai 2015 10:45

Assemblée Générale Ordinaire Société Générale - 19 mai 2015

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Procédure pour donner votre pouvoir à un élu CGT lors de la prochaine Assemblée Générale.

Les informations suivantes à copier/coller
Prénom: Emeric
Nom: UHRING
N° et libellé de voie: syndicat CGT SG, 17 cours valmy
Localité: Paris la Défense

Vous trouverez ci-dessous une présentation succincte des résolutions, ainsi que notre vote :

 

Première résolution : approbation des comptes consolidés

Il n'y a pas de raison de ne pas les approuver et nous voterons en faveur de la résolution.

Notons toutefois au passage que, à 2,7 milliards d’euros, le résultat net part du groupe est en progression de presque 32% d’une année sur l’autre. On ne peut pas en dire autant de nos rémunérations variables, individuelle et collective. D’où un coefficient d’exploitation qui passe de 71,5% à 68% en un an, ce qui est montre l’importance de l’ajustement subi par les salariés.

Deuxième résolution : approbation des comptes annuels

Il n'y a pas de raison de ne pas les approuver et nous voterons en faveur de la résolution.

Troisième résolution : affectation du résultat et fixation du dividende

Certes la hausse du résultat net en 2014 pourrait justifier l’augmentation de 20% du dividende qui est proposée cette année. Nous nous rappelons toutefois que, en 2012, la direction avait argué de l'absence de dividende pour faire passer l'absence d'augmentation collective. Or le premier est revenu en force, pas la seconde. C'est la raison pour laquelle nous voterons contre cette résolution.

Quatrième résolution : rapport spécial des Commissaires aux Comptes sur les conventions et engagements réglementés (clause de non-concurrence de F. Oudéa, retraites de B. Sanchez-Incera, J-F Sammarceli, et S. Cabannes, convention avec L. Bini-Smaghi)

Si le rapport ne présente rien de blâmable quant au travail des CaC, nous voterons contre les principes de ces engagements spéciaux.

Cinquième résolution : Avis consultatif sur la rémunération de Frédéric Oudéa

Nous constatons qu’un taux global de réalisation de ses objectifs de 64% lui donne droit à un variable représentant 86% de sa rémunération annuelle fixe. Il nous semble que cela ne colle pas avec les consignes données pour vos évaluations de fin d’année et leur traduction en matière de variable. Par conséquent, nous voterons contre cette résolution.

Sixième résolution : Avis consultatif sur la rémunération des directeurs généraux délégués

Si la rémunération de notre PDG nous a interpellé, que dire de celle des directeurs généraux délégués ? Séverin Cabannes s’est octroyé une petite augmentation de 50'000 euros annuels tandis que Bernardo Sanchez-Incera s’est carrément montré plus gourmand avec 100'000 euros de plus pour atteindre une rémunération fixe de 800'000 euros. Sans compter que les critères d’attribution de leurs variables respectifs sont les mêmes que ceux de Frédéric Oudéa. Nous voterons contre cette résolution. Doublement, si c’était possible.

Septième résolution : Avis consultatif sur la rémunération versée aux personnes régulées

Il s’agit de l’application d’une directive complexe à une population plus diverse qu’il n’y paraît au premier abord. Si nous pouvons regretter que 553 personnes (dont les mandataires sociaux) se soient partagé 445 millions d’euros alors qu’il a été impossible de trouver 30 millions pour la NAO, qui concerne plus de 42'000 salariés, ce mécanisme est essentiel au maintien d’une salle des marchés en France. Nous voterons donc pour cette résolution, non sans réserves.

Huitième résolution : renouvellement du mandat d'administrateur de Frédéric Oudéa

Puisque, en tant que PDG, M. Oudéa est personnellement responsable de la politique sociale régressive menée depuis plusieurs années dans notre entreprise, nous voterons contre le renouvellement de son mandat.

Neuvième résolution : renouvellement du mandat d'administrateur de Kyra Hazou

Par son activité au sein du Conseil d’Administration depuis 2011, elle est également responsable de la politique sociale régressive menée depuis plusieurs années dans notre entreprise, nous voterons contre le renouvellement de son mandat.

Dixième résolution : renouvellement du mandat d'administrateur d’Ana Maria Llopis Rivas

Par son activité au sein du Conseil d’Administration depuis 2011, elle est également responsable de la politique sociale régressive menée depuis plusieurs années dans notre entreprise, nous voterons contre le renouvellement de son mandat.

Onzième résolution : nomination de Barbara Dalibard en tant qu'administrateur

Le parcours de Barbara Dalibard est certes brillant, mais il ne comporte aucune expérience significative qui serait utile pour un groupe bancaire pour le nôtre. L’expérience de Convergence l’a notamment montré : quitte à faire venir des administrateurs de l’extérieur autant qu’ils soient en mesure d’embrasser et de maîtriser les chantiers informatiques d’ampleur qui attendent notre entreprise. Il est à craindre qu’elle ne soit elle aussi indépendante que de nom. Nous voterons contre sa nomination.

Douzième résolution : nomination de Gérard Mestrallet en tant qu'administrateur

Alors que la candidature de Barbara Dalibard ne suscitait chez nous qu’une opposition modérée, celle de Gérard Mestrallet est autrement plus problématique. Le moindre souci est que son expérience n’est pas plus pertinente dans le cadre des enjeux à venir. Plus grave est ce qu’il représente en matière de faillite de la gouvernance des grandes entreprises française. Après un passage pour le moins mitigé au sein du groupe GDF Suez, Gérard Mestrallet s’est surtout distingué par l’énormité de sa retraite chapeau lors de son départ. Près de 900'000 euros annuels. Alors que l’entreprise qu’il quitte enregistre des pertes importantes et prépare des réductions d’effectifs. On fait mieux en matière de RSE. Nous voterons contre sa nomination.

Treizième résolution : renouvellement de l'autorisation de rachat d'actions

La CGT ne soutient, ni ne s'oppose à cette opération purement technique. Pas de vote favorable cependant car ce mécanisme peut permettre la réalisation des opérations d'attribution d'actions gratuites aux mandataires sociaux et nous avons à quels abus cela pouvait mener. La CGT n'est évidemment pas favorable à ce mode de rémunération. Nous nous abstiedrons.

Quatorzième résolution : pouvoirs généraux pour formalités

Résolution classique, à laquelle il n'existe pas de raison de s'opposer. Nous voterons donc pour.

Lu 2303 fois Dernière modification le mercredi, 06 mai 2015 20:55
Connectez-vous pour commenter