CONGÉS JEUNES PARENTS
Vous étiez nombreux à manifester votre intérêt suite à notre annonce concernant la mise en place à la SG des congés «jeunes parents» résultants des interventions de la CGT depuis le début de l’année. Cette avancée et ce progrès ont été obtenus par la ténacité de nos représentants qui, comme pour la prise en compte améliorée du variable dans les indemnités de départ, ont eu une démarche combative pour faire appliquer vos droits. Dans un document officiel, disponible sur notre site, la direction précise qu’«en attendant la mise en place du dispositif dans le logiciel RH, les salariés ne seront pas privés de leur droit mais qu’elle reviendra vers nous pour préciser les modalités d’application» … modalités qui se font attendre.

UNANIMITÉ
L’accord qui encadre les réorganisations GBIS – IBFS a finalement été signé par tous les syndicats. Il faut dire que c’est la 3ème génération pour ce type d’accords et que les dernières avancées que nous avons obtenues sont en progrès sur les conditions des 11 plans précédents. «L’intégration du variable à partir de 5 ans d’ancienneté est un point sur lequel nous aurons du mal à revenir» a commenté, en fin connaisseur, un représentant de la direction. L’expertise sur la stratégie de la direction est en cours et elle devrait être présentée au CE des centraux fin mai.

LE CAPITAL, C’EST VOUS !
Tombés vendredi, les résultats de la banque ne sont pas bons mais l’action s’est offert une embellie boursière - éphémère certes - grâce à la progression inattendue du ratio CET1, qui a bondi de 11,2% à 11,7% contre 11,3% attendus par les marchés. A l’origine de ce renforcement des fonds propres de la SG, il y a encore des cessions de filiales - à perte, comme très souvent - mais surtout des «mesures visant à alléger les contraintes en capital» dont la plus significative a été de faire vos poches. De manière furtive bien sûr. Quand la direction a convaincu certains que 1.000 euros de supplément d’intéressement compensaient la réduction drastique des primes liées aux médailles du travail et des indemnités de fin de carrière, elle s’est bien moquée d’eux. Elle a en effet payé 40 millions d’euros une reprise de provisions estimée à 400 millions qui sont venus donner du lustre au titre lors de la présentation des résultats du 1er trimestre 2019. Et incidemment booster un des indicateurs qui sert à déterminer la rémunération des directeurs généraux. Pendant ce temps, les plans de restructuration continuent et les coupes sévères dans les activités de la BFI ont un impact très clair sur les résultats. Alors que ces métiers font mieux que résister chez des concurrents proches, les activités de FICC à la SG sont particulièrement touchées et reculent nettement. Comme le soulignent les analystes, «la performance sous-jacente est inférieure à leurs attentes» et il ne faut pas seulement blâmer les sempiternelles «conditions de marché difficiles». Les coupes à répétition, notamment depuis 2016, et le manque d’investissement dans les systèmes et les hommes se font clairement ressentir. Il est donc assez surprenant de lire dans le message de Séverin Cabannes présentant les résultats de GBIS que ces derniers «confirment la nécessité» de tailler toujours davantage dans le muscle des activités de MARK. Encore une fois, plutôt que de dépouiller les salariés pour récupérer des provisions et de sacrifier des activités pour faire baisser le RWA, la direction ferait mieux d’utiliser les résultats pour renforcer les capitaux propres plutôt que de les distribuer à tout va. La défense des salariés passe aussi par celle des intérêts à long-terme de l’entreprise !

Le fichier PDF avec le dessin 1   Le fichier PDF avec le dessin 2    (vous devez vous connecter pour avoir accès au fichier PDF).

cgtparent

 natio30mai2019

 

Publié dans Infos 2019

Réclamation portée en délégation du personnel à Dunkerque, Grenoble et dans les Tours Société Générale (et sans doute ailleurs:))

 

Monsieur,

L'innovation est une valeur du groupe.

La Direction RH de BDDF nous propose d'innover à 22h00 et de recommencer à travailler le lendemain à 8h00 sans heures supplémentaires (voir pièce jointe).

Le temps de travail est strictement limité par des horaires fixes ou d'autres règles qui doivent être bien connues des RH.

Notamment, il y a la coupure de 11h00 obligatoire dont vous avez la responsabilité d‘application… sauf que cela a recommencé le lendemain à 8h00….

Le temps de travail est limité sur la journée, sur la semaine, sur 14 semaines consécutives.

Le fait de recourir à une valeur du groupe n’exclut pas l’application de la législation en vigueur.  Il est d’ailleurs indiqué dans le code de conduite du groupe que nous respectons la législation…

S’agissant d’un événement RH, on sera surpris du peu d’application de la loi et des accords.

On ne sera dès lors plus étonné du peu d’application des règles et règlement par la RH lorsque les salariés sont directement concernés…

Je vous réclame l'application de la législation sur le temps de travail y compris pour l'innovation ceci relève pleinement de la responsabilité de Société Générale.

Je vous réclame le règlement de l’ensemble des heures supplémentaires effectuées lors de cet événement.

Je vous réclame l’arrêt de publication d’incitation à la violation de la réglementation,

Je vous réclame l’application du code de conduite que visiblement les RH de BDDF n’appliquent pas.

Cordialement,

Publié dans DP Tours ABCE

Monsieur,

 

Les jours fériés sont fériés, les week-ends ne sont pas travaillés.

Le 11 novembre certaines personnes ont monté des réunions pour le lundi matin 9h00.

Naturellement, il y a eu des absences.

 

Je vous demande de rappeler à tous et à toutes que les jours fériés sont fériés et les week-ends non travaillés.  Aucune obligation en ce sens ne pourrait voir le jour.

 

Cordialement,

Publié dans DP Tours ABCE

Monsieur,

 

Le code du travail prévoit en son article L3121-1 que « La durée du travail effectif est le temps pendant lequel le salarié est à la disposition de l'employeur et se conforme à ses directives sans pouvoir vaquer librement à des occupations personnelles »

 

Certains managers exigent de leurs salariés de participer à des repas de services.

 

Certains salariés ont toujours des horaires (TMB ou cadre au forfait horaire).

 

Comme il a déjà été jugé par la Cour de Cassation, ce temps est du temps de travail effectif.  Cela depuis 2010.

 

Je vous réclame donc l’intégration effective de ce temps de déjeuner obligatoire en équipe pour favoriser l’esprit d’équipe ou autre chose dans le temps de travail des salariés concernés avec les contraintes y compris pécuniaires qui s’imposent à tous.

 

Cordialement,

Publié dans DP Tours ABCE