Les infos du 29 Mai 2015 - article

Évaluer cet élément
(50 Votes)

L’URGENCE POSITIVE

C’est par ce nouvel oxymore que Laurent Goutard aura qualifié la situation dans laquelle nous sommes pour aller vers la banque de demain. Ce n’est pas l’obscure clarté qui aura qualifié sa présentation devant les représentants nationaux le 21 mai. Bien au contraire, celle-ci aura même été claire et très dense. La concertation sur l’avenir du réseau, entre la direction de BDDF et les organisations syndicales aura été limitée à 2 heures (car le directeur du réseau devait attraper un train par la suite). Il est donc entré dans le détail des réflexions du réseau et a présenté la feuille de route pour 2016-2020. « La clé de voûte pour progresser reste notre relation avec le client» aura-t-il pris soin de rappeler. « Mais la rupture qui sera faite, sera irréversible, tant pour le client que pour les salariés ». Nous aurions à effectuer cette révolution lente dans une «urgence positive » (celle qui nécessite de prendre des décisions mais dans un contexte et des délais qui permettraient d’éviter de prendre les mauvais choix). C’est un discours ouvertement positif auquel il s’est donc livré … même si les entrelignes sont lourds de conséquences. En mutualisant l’accueil et en s’orientant vers de nouvelles typologies d’agences, le scénario de la direction conduira à moins de salariés et plus d’expertise, confondant ainsi contraintes budgétaires et améliorations de la qualité. Les besoins en formation sont énormes, tant pour répondre aux attentes de la clientèle que pour faire monter en compétence le personnel concerné par l’évolution des postes. La SG prend aussi un grand risque en modifiant son modèle relationnel, ce lien fort qui unit malgré tout le client à son conseiller dédié. Face à tous ces enjeux, nous avons dit à Laurent Goutard que si nous étions venus pour discuter et échanger de la stratégie du réseau, le temps qui nous était imparti était bien trop court. Les cibles se précisent. Nous en mesurons déjà certaines répercussions (mobilité, recrutement délocalisé, durée de postes sur les Crcm, etc..). Nous avons demandé à ce que le temps soit pris de bien traiter ces sujets, et que nous soyons associés à cette réflexion avant que la direction ne présente ses choix définitifs. Ceci implique de multiplier nos rencontres. C’est d’ailleurs ce qui avait permis à la précédente réorganisation du réseau (4D) d’aboutir en 2004 à garantir aux salariés des droits et définir des règles qui ont démontré par la suite leur efficacité. «On ouvre aujourd’hui un nouveau cycle» nous aura répondu L. Goutard, «je viendrai en septembre plus longuement et avec une fréquence plus soutenue».   

1 PAS EN AVANT… 3 EN ARRIERE
Concernant les 2.800 salariés transférés vers Technopolis, à force de prêcher que «le chantier avance à petits pas», la direction a même fini par reculer. Un recul notable entre les multiples réunions de négociations qui ont eu lieu depuis l’annonce du 19 mars, le document de travail que nous avions pris soin de rédiger le 15 mai et … même le premier document de travail transmis par la direction elle-même. De quoi se poser la question de la stratégie de négociation et de la réelle volonté d’aboutir à une situation qui prenne en compte les contraintes des salariés concernés face aux choix organisationnels de l’entreprise. La négociation du 27 mai aurait été l’occasion de revenir sur la question centrale de la mobilité – permutation – procédures d’exception (cf. l’ensemble des documents sur nos sites CGT). On a presque hâte de voir la rédaction que la direction s’est engagée à revoir et à nous fournir d’ici la prochaine rencontre, le 8 juin. Chat échaudé…

Le fichier en PDF se trouve ici

cgt549-digital-bank-agency

 

 

Lu 7782 fois Dernière modification le dimanche, 20 décembre 2015 17:11
Connectez-vous pour commenter