mardi, 10 novembre 2020 11:46

"Réunion" sur la formation à la SG - 10 Novembre 2020

Écrit par
Évaluer cet élément
(7 Votes)

Circulez, y'a rien à voir - 19 Juin 2020 

Direction : Chloé Alligier - Maelenn Alix - Paul Jeorger -  Alexandra Dauvel et Bertrand Lagny  

CGT : isabelle Boucherat, Florent Binot et Philippe Fournil
CFDT, CFTC, SNB

Bertrand Lagny en introduction : "on s'était quittés après une discussion riche il y a 15 jours. On était sur des débats théoriques et on doit maintenant préciser et clarifier un certain nombre de choses. L'utilisation du CPF ne doit pas être précisé dans un accord. Il y a eu une commission formation et vous avez peut-être eu le compte-rendu de vos membres.
Il nous a semblé que la bonne approche doit être d'être très pratique. Par exemple, pour savoir comment les collègues peuvent bénéficier du financement, on a prévu de vous présenter 2 situations concrètes : 
- Banque de détail
- Pmi (offre distancielle / classe virtuelle dans les centraux NDLR)

CGT : Stop, on est à la 4ème réunion et dites nous plutot sur quoi on peut discuter et sur quoi vous êtes en capacité de discuter. Nous vous avons fait des demandes précises pendant les 3 premières réunions (abondement, interlocuteurs privilégiés, populations prioritaires, etc). Car si c'est pour faire comme la charte de communication, la procédure harcèlement, on discute des heures, on travaille des propositions et vous passez en force dans les instances.
C'est une perte de temps, on rame sur le sable et on prêche dans le désert. On va arrêter de perdre du temps, d'autant que les sujets ne manquent pas.
C'est votre position que vous devez clarifier et non pas nos esprits…

Cftc et snb : d'accord avec la CGT
Cfdt : on parle d'un avenant à l'accord SG donc c'est bien pour nous. Il faut voir ce qui doit y être modifié.
Si abondement de la SG, la formation doit être sur le temps de travail (et non pas 80h hors du temps de travail comme le prévoit l'accord de branche).

Direction : "on ne veut pas inscrire de la rigidité. On veut donc présenter l'évolution des compétences prioritaires de nos dispositifs 2 fois par an en instances".

SNB : le CPF est une chose, mais le plan de développement des compétences est plus important.

Bertrand Lagny: le plan fait l'objet d'une campagne annuelle, il est sur le temps de travail  et financé par l'entreprise. Cela permet le maintien dans l'emploi et l'évolution, il n'y a pas de sujet sur le plan.

SNB : c'est efficient ? Et qu'est ce qu'on peut mettre en place pour faire évoluer ? On voit dans les plans qu'on propose des petites formations, et non pas des formations lourdes pour monter en compétences.

Alexandra Dauvel : "Il n’y a plus de financement de l’OPCO, SG sera prête à abonder pour des formations qui touchent les compétences clés et l’expertise dont l’entreprise a besoin. Proposition de venir vous présenter 2 fois par an l’évolution des choses. Pourquoi ne pas mettre dans l’avenant les 7 principes fondateurs. Le principe d’abondement en euros c’est ok. Le principe de l’abondement en temps est défini dans le 6ème principe et correspond à ce qui est dans l’accord Emploi également."  

CGT : On ne partage pas les 7 principes car il n'y a pas que le CPF et l'abondement est à la main de la RH et du manager. On vous avait dit ne pas être d'accord. Vous avez choisi de le présenter malgré tout en commission formation. La direction veut définir "ses" compétences cibles en fonction des besoins de l'entreprise et nous parlons de public prioritaire et de nécessité de formation. En temps de réorganisations perpétuelles, il y a nécessité de préciser ce que l'entreprise fait comme effort pour les salariés concernés et à nos yeux prioritaires.

Maelenn  ALix : le CPF est abondé pour des besoins de compétences et d'expertises prioritaires, en fonction des remontées des besoins des BU/SU. Nous allons traiter les publics prioritaires dans les autres dispositifs.

CGT : écrivez le, car le nerf de la guerre est l'argent. Soit, c'est le salarié qui paye, soit c'est l'entreprise. La CGT ne voudra pas d'un accord qui fait qu'un salarié en besoin de reconversion/adaptation soit obligé de financer sa propre formation (si ça ne rentre pas dans les exigences de la ligne RH ou du manager).

Bertrand LAGNY propose de se revoir autour d'un projet de texte dans une prochaine réunion.

 formation10nov2020

Informations supplémentaires

  • onesignal: 0
Lu 281 fois Dernière modification le lundi, 16 novembre 2020 14:34
Connectez-vous pour commenter