mercredi, 12 janvier 2022 14:49

Covid : cellule de crise du 12 janvier 2022 - spéciale BDDF

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

cellule de crise BDDF - 12 Janvier 2022


Direction : Coralie BIANCHI, Sandrine CASADO, Xavier AMOURET, Véronique HAUSSAIRE, Patrick ANTONIAZZI, Philippe PERAIN, Luc LAGRANGE, Laëtitia BOURDIN.
Pour la CGT : Ludivine PERREAUT et Séverine CHARNOTET

Présentation de la Direction :
Cette réunion fait suite à celle du 4 janvier pour évoquer l’organisation de télétravail dans le réseau suite au protocole national. Cette réunion a pour objet d’échanger plus en détail sur les CDS.

Dans le prolongement de la réunion de la semaine dernière, le Q&A et le protocole ont été mis à jour et transmis aux chefs d’établissement.  

Eléments de contexte spécifique aux CDS et point sur les filières :
La demande gouvernementale est de passer à 3 jours de TTV si l’activité le permet. L’objectif est de maintenir le niveau de protection des salariés et l’activité. Par rapport à cette 5ème vague, il s’agit d’assurer l’activité de façon nominale et non en mode dégradé. L’économie n’est pas arrêtée. On ne peut pas se concentrer sur des activités vitales et critiques mais sur l’ensemble des activités : on a des objectifs de PNB et des clients à satisfaire, on ne veut pas constituer de stocks. On n’a pas l’autorisation de dégrader les process : par exemple, le régulateur ne nous autorise pas à saisir les virements en télétravail. On reste vigilant sur le home jacking.

Tous les salariés des CDS sont équipés. On a demandé à tous les salariés de télétravailler. On a environ 20% de salariés qui n’ont pas signé l’avenant de TTV. On sait que ceux là ne sont pas à l’aise en TTV. On a beaucoup plus d’arrêt maladie (cas contact, garde d’enfants, fermeture d’école…). On a un volume d’absents beaucoup plus important. C’est essentiellement une contamination liée à la sphère familiale. On reste très vigilant sur le respect des gestes barrières sur site.

Toutes les activités des CDS ne sont pas télétravaillables et toutes les filières ne sont pas égales. Succession, FIA, OPP, SCS, FTI sont à deux jours alors que les autres sont à trois jours.

Motifs principaux : beaucoup de papier entrant ou sortant, utilisation URTA, téléphone.

OPP et FIA on a un poids de travailleurs temporaires important ce qui nécessite un accompagnement particulier.

OPP : activité non TTV : chèque (émission de lettres de garanties), épargne règlementée, réquisition fiscale. Courrier entrant : on peut recevoir des réquisitions urgentes, on peut aussi avoir besoin d’avoir des délais règlementaires à tenir avec des mises sous plis. Il y a aussi le sujet d’utilisation URTA pour faire des VIE : ce n’est pas ouvert à distance. Aujourd’hui les enveloppes comptables ne sont pas digitalisées : les salariés sont obligés d’imprimer quand ils reviennent sur site, ce qui génère des risques opérationnels. Cela nécessite une présence minimale sur site.

FIA : la digitalisation n’embarque pas tous les PPI : environ 20% ne sont pas digitalisés. Il faut donc traiter des offres papier. Analyse : on reçoit des dossiers papier. Il y a des opérations interdites à distance (décaissement supérieur à 30Keur). Les SCS ne traitent que des dossiers qui ne sont pas éligibles à la digitalisation, ils utilisent le téléphone en permanence. Tout le monde est doté de téléphone professionnel mais les clients n’ont pas connaissance de ces numéros. Les appels sortants ne sont pas tracés.

FTI : il y a beaucoup d’opérations qui ne peuvent être faites que sur site du fait de l’obligation de travailler avec des documents originaux : les effets, avance et blocage en devises, virements papier reçus des agences qui sont encore très importants pour la cli pro et la cli pri) et l’activité remise documentaire. Les contre- appels ne peuvent pas être réalisés à distance.

Les Viper sont interdis à distance. Les UG FTI sont appelées par les clients (les gros clients clicom appellent les salariés). Cela peut être compliqué en fin de mois et quand il y a des gros closing. Si on a une reprise des LBO, cela va être compliqué.

SUCC : avec OPP c’est la filière où il y a le plus de papier (en provenance des notaires, des ayant- droits…). Il faut traiter le courrier entrant et il y a un gros volume de courrier sortant. Il y a beaucoup d’appels téléphoniques, notamment pour les successions haut de gamme. On a doté les salariés de téléphones professionnels mais les appels sortants ne sont pas tracés. Tous les salariés ne prennent pas les appels. Opérations interdites à distance : virement externe, modification ou suppression de Viper et modification de pouvoirs. C’est une filière qui utilise beaucoup les opérations comptables.

Sur site : deux jours de TTV : c’est environ 60% de salariés présents sur site. On a environ 25% de salariés absents, on est très souple sur l’application du TTV (cas contact, classe fermée, garde d’enfants…). On a un taux de présence sur site d’environ un tiers. 5 salariés arrivent à traiter l’activité non télétravaillable de ces filières et avec cela on arrive à gérer. On n’arrive pas à respecter les 6 mois de délais réglementaires pour traiter les successions. Aller au-delà de deux jours nous mettrait en grande difficulté vis-à-vis des clients. On a fait notre best effort pour les trois semaines de janvier mais après on a la fin de mois, les congés scolaires qui arrivent…

Tour de table des organisations syndicales :
CGT :

  • Temps partiel : annonce de deux jours de TTV dans certaines UG puis finalement une journée : cela a généré de la déception, de la colère, de l’incompréhension et un sentiment d’injustice. A l’origine, les plannings avaient été faits sur deux jours, donc c’était possible
  • 4 jours de présence sur site, cela exclut, de fait, les temps partiels, et ce tant pour les CDS que pour les autres entités du réseau.

La Direction prend le point.

  • Personnes fragiles et certificats d’isolement : la prolongation des certificats d’isolement : cela a-t-il bien été communiqué dans l’ensemble des entités pour application de l’isolement des salariés ?

Direction : on applique bien les règles, si ce n’est pas respecté, il faut nous remonter les cas.

  • On ne comprend pas pour l’activité remise documentaire l’argument de dire qu’il faut travailler sur des originaux alors que sur les plateformes Crédits documentaires qui dépendent de GTPS, trois jours de TTV c’est possible ?

La Direction prend le point.

  • Il ne faut pas oublier les CFI/CTLM qui ne font pas la même activité que les salariés des UG FTI : pourquoi ne font-ils pas plus de TTV ?

Direction : Le directeur de Filière Philippe LE TONQUEZE a validé le principe de trois de TTV pour ces populations.

La direction confirme qu’ « il y a une grande bienveillance de la part des managers : les salariés sont mis en TTV (garde d’enfants, classes fermées, cas confirmés ou cas contact), on prend en compte les situations individuelles et on reste vigilants. On est sur environ un tiers de présence sur site, cela nous paraît globalement gérable mais on ne peut pas aller au-delà car cela bloquerait le système et cela serait trop rigide. On est allé au bout de ce que l’on peut faire. On va attendre de voir comment l’épidémie évolue et comment le gouvernement va réagir. Il est possible qu’en fin de mois, sur certaines activités, il y ait une baisse du TTV. Des pics d’activité peuvent générer un retour sur site, en fonction de la périodicité ou de l’activité, c’est aussi le cas dans les centraux. »

Pour les CDS, il y a un pilotage qui est demandé. L’économie n’est pas sous cloche. On doit répondre aux besoins de nos clients. On n’a pas les mêmes outils de pilotage qu’en front, on en est loin. Cela fait écho à l’outil équilibrage des charges évoqué en EPQS, on doit pouvoir suivre l’activité des salariés et on va faire passer le message pour que cela soit fait de façon bienveillante.

La Direction va faire repasser un message de bienveillance sur les horaires variables (si suppression de train par exemple).

covidjanvier22

Informations supplémentaires

  • onesignal: 0
Lu 331 fois Dernière modification le mercredi, 12 janvier 2022 14:56
Connectez-vous pour commenter