lundi, 23 mars 2020 13:08

Coronavirus : Société Générale communiqué CFDT CGT CFTC SNB/CGC - 23 Mars 2020

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Après avoir géré les premiers effets de la crise sanitaire avec difficultés et parfois dans la confusion, il faut travailler rapidement à une sécurisation de l’espace social des salariés de la Société Générale.

Nous pouvons d’ores et déjà tirer quelques enseignements de ces 2 dernières semaines en termes d’organisation et de communication et travailler à la continuité du dialogue social avec comme objectif l’intérêt général.

Le cadre sanitaire :       
Les salariés, tous secteurs confondus, ont répondu présents et n’ont pas compté leur temps pour que l’activité essentielle à la nation perdure. Informaticiens, conseillers, back office, managers, et beaucoup d’autres ont tenté de répondre à la double injonction : sécuriser le personnel et nos clients, tout en maintenant l’activité essentielle au pays et aux concitoyens.

Mais à quel prix, les salariés du réseau sont le plus souvent livrés à eux-mêmes en matière de sécurité avec la plupart du temps un manque de protection pour leur permettre de faire leur travail en toute sécurité. Nous réitérons donc notre demande de fermeture des agences au public, sauf exceptions pour lesquelles la présence du client est indispensable, afin de limiter les risques sanitaires au maximum pour les salariés et leurs familles. Il faut leur apporter un cadre de travail sécurisé et apaisé afin qu’ils puissent effectuer leurs missions de manière sereine et sans leur rajouter de difficultés supplémentaires, par des tracas financiers et/ou administratifs. Nous attendons aussi de la part des Directions locales de la bienveillance, du soutien et un discours clair et rassurant. Il sera toujours temps, après la crise, d’évoquer les sujets qui ne sont pas prioritaires compte tenu de l’urgence sanitaire.

Le pacte social :             
Il faut rappeler que la priorité est de mettre le maximum de salariés en sécurité / confinement avec maintien de la rémunération. Il faut un moratoire sur les projets de transformation et que chacun se concentre sur l’urgence du moment et que des messages soient clairement passés pour que, tout ce qui ne concerne pas l’urgence absolue soit relégué à des temps plus propices (définition des objectifs, entretiens de recueils de souhaits, entretiens professionnels, etc.). Toutes nos forces doivent être mises aux services de tous, ou mises en sommeil pour ne pas utiliser des moyens en infrastructures dont nous avons tant besoin et qui doivent être exclusivement destinés au traitement de l’activité.

Il faut que les organisations syndicales et la direction maintiennent le lien et les discussions qui existent depuis le début de cette crise. Même si des désaccords existent, la discussion et les échanges permettent d’en surmonter une grosse majorité. Les choix pour l’avenir plus ou moins proches, les mesures gouvernementales doivent être débattues dans ce cadre. Il serait inconcevable que la direction n’entende pas les salariés et leurs représentants pour commencer à réfléchir et prendre des décisions sur ces aspects.

Lu 2797 fois Dernière modification le mardi, 24 mars 2020 17:56
Connectez-vous pour commenter