CSE (ex CE) des Centraux Parisiens - Elections - Le Site Officiel de la CGT de la Société Générale
CSE (ex CE) des Centraux Parisiens - Elections

CSE (ex CE) des Centraux Parisiens - Elections (16)

De :
Envoyé : jeudi 11 avril 2019 17:06 À : PHAM Phu-Cuong DfinDtoTrf <
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>; SCHILTZ Jean Pierre IrbaClt <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>
Objet : [PRIV] - VOTE
Bonjour
Pour information : j’ai voté pour la CGT, et je vous soutiens à fonds !
Merci pour votre soutien, en ces temps difficiles !
IRBS/IRB

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

J’ai voté pour vous sans souci technique et j’encourage mes collègues à être cohérents car les seuls qui mettent le doigt sur les vrais sujets depuis que je suis là ce sont vous.

Perso la dimension « CE et copain cool », sur laquelle semble miser le SNB selon moi, ne m’intéresse pas.

C’est le message que je fais passer car je le pense.

Il ne faut pas attendre d’être dans un plan social pour être sympathisant cégétiste (dans la banque en tous cas).

Cdlt

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De :  OperFin
Envoyé : jeudi 11 avril 2019 12:29
À : ERNOUX-ROLLAND Morgane 
Objet : RE: [PRV] 1 fois tous les 4 ans, c'est moi qui ai besoin de vous... maintenant
A (bien) voté!

Bon courage, et merci pour la constance de votre action !

XXX

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De : salariée 
Envoyé : jeudi 11 avril 2019 11:38
À : CGT
Objet : Re 

Bonjour Philippe,

C'est déjà fait en ce qui me concerne.

C'est naturellement vers la CGT que je me suis tournée pour les deux seules occasions où j'en ai eu personnellement "besoin". J'ai reçu à ces occasions une écoute active et compréhensive et un soutien appuyé. Si ma situation personnelle n avait rien d'"alarmant", j'ai perçu le volonté de mes interlocuteurs de la resituer et l'analyser dans une perspective plus générale et commune à d'autres salariés.

Les tracts distribués offrent souvent des points de vue éclairants et instructifs sur les grandes manoeuvres du management qu'on ne percevrait pas à la seule aune des informations dont chacun dispose à son petit niveau.

Récemment, j'ai trouvé particulièrement pertinente l'interview du salarié démissionnaire qui illustre très bien le phénomene grandissant et inquiétant de la baisse de l'engagement des salariés dans leur travail et de celle de leur attachement à cette banque qui jadis était source de fierté avec un fort sentiment d'appartenance. Celui-ci s'est delité au fil des plans successifs et surtout d'une politique RH qui, sur la durée, ne reconnaît pas la valeur de la loyauté du plus grand nombre, pour pouvoir continuer de servir à la fois toujours la même minorité de privilegiés et à la fois les actionnaires, aux dépens de la solidité du groupe à long terme. La CGT a exprimé la gravité de cette situation et attiré l'attention du management sur ce point qu'elle analyse, à juste titre à mon avis, comme une "bombe à retardement".

Plus globalement, j'ai toujours confié ma voix à la CGT pour des raisons d'opinions politiques et de conception de l'équilibre qui doit exister entre la rémuneration du travail et celle du capital, et plus généralement du rôle de l'entreprise et de la place de l'humain dans la société. La CGT a une emprise nationale sur ces sujets et un long "track-record" (comme on dit dans la banque) en la matière.

De manière pragmatique, je sais que les positions fermes de la CGT et pro-salariés permettent des avancées plus intéressantes que ce que la position plus "consensuelle" d'autres syndicats ne permettrait. En s'appuyant sur sa conscience du dédéséquilibre du rapport de force et son idéal d'une société plus juste, elle place ses exigences un cran plus haut au bénéfice des salariés, et cela sans compromettre la bonne marche de la banque dans un environnement qui pose en effet de nombreux défis.

En bref, la CGT c'est pour moi un rempart important contre le recul graduel des acquis sociaux arrachés de haute lutte par nos aïeux.

Amicalement,

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

De : RocsRmf
Envoyé : jeudi 11 avril 2019 12:14
À : ERNOUX-ROLLAND Morgane 
Objet : RE: [PRV] 1 fois tous les 4 ans, c'est moi qui ai besoin de vous... maintenant

Hello,

J’ai voté.

Tu as toujours été disponible afin de répondre à mes questions. De plus vous êtes les seuls à défendre nos intérêts sans compromissions

 Merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
De : SALARIEE

Envoyé : jeudi 11 avril 2019 10:42
À : CGT
Objet : RE: 
Bonjour Philippe
J’ai peu voter sans problème à l’instant. Cela sera mon dernier vote, je quitte la SG le 24/05/2019
Je n’ai pas d’exemple marquant où la CGT SG a pu m’aider, j’ai en effet eu la chance de n’avoir jamais été en conflits avec la direction/management
Cependant, j’ai toujours pu poser des questions à Jean-Pierre SCHILTZ sur les droits des salariés (que j’ai rencontré à l’époque de BHFM)
Idem lors de mon passage au CRC comme manager, j’ai toujours pu avoir des discutions constructives avec Ludovic
Pour conclure, même si je suis le plus souvent en désaccord avec les positions nationales de la CGT (Mr Martinez), je trouve l’action de la CGT SG efficace.
Bonne continuation

merci

-------------------------------------------------------------------------------------------------

De : XX
Envoyé : jeudi 11 avril 2019 15:07
À : CGT
Objet : RE: 

Bonjour,

Je viens de voter.
J’ai voté CGT parce que :

  • j’apprécie son action d’une façon générale et que je considère que c’est un syndicat plus combatif que les autres
  • j’ai demandé une aide à un délégué du personnel CGT qui suit toujours mon dossier et que j’apprécie ses conseils et son engagement.

Cordialement,

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

J’ai voté CGT bien évidemment. Vous êtes toujours disponible pour écouter et aider. On ne vous remerciera jamais assez surtout quand on sait tout ce que ça implique.

Bon courage pour l’élection.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

Pour les élections, oui, ce sera d’autant plus facile que je suis hautement convaincu de l’utilité et de l’efficacité de votre soutien.

 
Je vais aussi me permettre de t’adresser quelques cas... les “désignés volontaires” sont nombreux en ce moment, à tous les niveaux !
 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

De l’artisanat à l’ère industrielle

Après les 16 années d’immobilisme du binôme SNB-CFTC, tant en matière de communication que de prestations, l’arrivée de la CGT à la tête du CE des Services Centraux Parisiens en 2013 a fait souffler un vent de renouveau. Le plus visible a été le passage au numérique (site web totalement rénové, newsletters électroniques, page Facebook, paiement en ligne…), avec en back-office une professionnalisation marquée de la gestion et de la transparence des attributions des prestations – notamment en matière de voyages. Ce chantier a été long et compliqué, mais vous en voyez aujourd’hui les effets. Le CE est enfin entré dans le XXIe siècle.

Alors qu’auparavant les prestations proposées ne touchaient qu’un public restreint et qui ne se renouvelait pas, notre but a été d’ouvrir l’accès aux prestations du CE au plus large public possible. En plus du passage à la communication électronique – qui a également permis de réduire drastiquement la consommation de papier et contribuer ainsi à la préservation de l’environnement, nous avons eu à cœur de diversifier les offres et de permettre plus de souplesse dans les choix individuels. Pour cela, nous avons donc élargi le périmètre des prestataires et des partenaires en négociant des tarifs préférentiels.

Quelques exemples :

  • Rénovation de l’offre vacances : destinations plus variées, avec des partenaires plus adaptés
  • Journées récréatives pour les enfants : recours à un prestataire spécialisé pour assurer le bien-être et la sécurité de vos enfants
  • Sports : avec les abonnements PSG, rugby et basket, ce sont plus de 3500 places qui sont désormais disponibles chaque année en plus des matchs internationaux ; accès privilégié à Rolland-Garros :

Escapades et sorties en tous genres : offres spas, restaurants gastronomiques, offres variées (en voucher ou avec des partenaires voyages) pour des week-ends en amoureux ou en famille…

  • Développement de la politique de partenariats :

Notre but sera toujours de faire au mieux et de vous proposer les meilleures prestations possibles avec le budget étriqué dont dispose le CE des Services Centraux Parisiens.      
Car la différence avec ce que vous pouvez lire par ailleurs est là : la CGT ne vous fera pas de promesses mirifiques impossibles à tenir et aussitôt oubliées après les élections.

Vous faire miroiter des chèques-vacances, des subventions ou des services en tous genres est aisé. Mais le CE est confronté à une dure réalité financière : il dispose d’à peine 180 euros par salarié et par an. Difficile d’avoir ainsi le beurre, l’argent du beurre et les prestations du crémier… Les CE des autres grandes entreprises ont des budgets au moins 5 à 10 fois plus élevés. Pourquoi ?

Parce qu’un arrangement d’entreprise antédiluvien oriente plus de la moitié de la subvention de toute la SG pour les activités sociales et culturelles (ASC) vers le comité central d’entreprise (CSEC, qui gère des villages vacances, colonies) et que le reste est ensuite redistribué en priorité vers les petits établissements. Avec près de la moitié de l’effectif de SGPM, les Services Centraux doivent donc se contenter d’à peine 15% du budget total …
Seule la CGT a demandé, à plusieurs reprises, à ce que cette répartition qui vous lèse tous soit revue ! L’ensemble des autres syndicats et la direction ont refusé à chaque fois.

Et pour rien n’arranger, la dotation spécifique sport n’a pas été indexée sur la croissance de la masse salariale comme la direction l’avait promis en 1993. Encore une fois, seule la CGT rappelle la direction à ses obligations !   Mais faute de soutien de nos partenaires syndicaux, la direction peut se permettre de continuer à faire la sourde oreille.

Pour les activités sociales et culturelles, comme pour les autres sujets, la CGT est indépendante de la direction et défend vos droits !

Suite aux ordonnances Macron imposant la fusion des instances représentatives du personnel, un accord a été négocié dans le réseau et signé par la CFTC, CFDT et le SNB.
Nous n'avons pas signé cet accord car s'il a l'avantage de maintenir les CSE proches des salariés, il prévoit notamment un nombre de représentants du personnel en dessous des barêmes légaux !

Dans les services centraux, une négociation s'est poursuiviede juillet au 5 décembre 2018. Il y avait jusqu'à présent dans les services centraux, 450 représentants du personnel qui travaillaient sur les situations individuelles (licenciement, évalutions, demande de promotion, etc), les conditions de travail (matériel, bien être au travail, harcèlement, etc) et l'examen/suivi des nombreuses réorganisations.
Malgré nos avertissements et nos arguments face à la volonté de la direction de passer de 450 à 120 représentants, la direction a suivi la demande du SNB qui précisait dès la première réunion de négociation :
" 35 élus en CSE, ca nous va... chez nous, il n'y a que 35 personnes qui travaillent vraiment". Dès lors, le décor était planté et la négo aussi. 

Nos propositions ont tenté d'éviter l'effet de la fusion des IRP (Macron) et l'instauration dans ce nouveau contexte d'un seul établissement dans les centraux (figé par la loi à 35 élus).
Nous avons proposé de découper le CE par pôle, ou par branche, ou par pilier.... en vain.

L'accord a finalement été signé le 5 décembre 2018. A titre de comparaison, la ligne RH représente pour les 20.000 salariés SG des centraux, 250 effectifs à temps plein. Les 120 élus prévus par l'accord n'ont que quelques heures pour assister les salariés, défendre leurs intérêts, traiter les réorganisations (et on voit particulièrement aujourd'hui le temps que cela nécessite...) et les conditions de travail. 

Nous avons donc décidé, après discussion avec l'ensemble des élus et mandatés de la CGT dans les centraux, de nous tourner vers un juge pour lui demander s'il trouvait raisonnable de n'avoir que 120 élus avec quelques heures par mois, pour s'occuper d'une communauté de travail de 28.000 salariés (SG et prestataires) !

L'audience a eu lieu le mardi 9 avril 2019.
Nos conclusions posaient des questions de fond. Les conclusions de la direction et celles du SNB (extrèmement semblables) misaient sur un défaut de procédure. Notre congrès ne se serait pas tenu en temps et en heure par exemple.

Nous avons tout particulièrement apprécié le passage des conclusions du SNB qui expliquent que : " Il est dès lors évident, compte tenu de ces éléments (descriptions des futures instances NDLR), que le découpage des services centraux parisiens de la Société Générale, retenu dans l’accord signé le 5 décembre 2018 pour la mise en place du CSEE, permettra un fonctionnement efficient de l’institution, conforme aux intérêts des salariés qui bénéficieront ainsi d’une représentation collective de proximité. L’argument de la CGT sur ce point sera donc nécessairement rejeté."

Les puriste noteront même qu'on parle ici d'"institution" et non d'"instance" représentative du personnel. Derrière ce lapsus, il y a bien deux visions du syndicalisme qui s'affronte (sur le terrain juridique).

Le SNB a plaidé : " La CGT argue du fait que l’accord collectif signé le 5 décembre 2018 prévoit un nombre de représentants du personnel inférieur au nombre actuel de représentants du personnel (qui comprend les DP, les membres du CE et du CHSCT). Cet argument est dénué de sens. En effet, l’article R 2314-1 du Code du travail prévoit, à défaut de stipulations dans le protocole d’accord préélectoral, le nombre de membres à élire de la délégation du personnel au CSE, ce nombre allant de 1 à 35, soit un nombre de membres du CSE inférieur à celui qui était prévu pour les 3 instances cumulés (cf. les anciens articles R 2314-1 (pour les DP), R 2324-1 (pour le CE) et R 4613-1 (pour le CHSCT) du Code du travail). 
Aussi, compte tenu de la fusion de ces 3 instances représentatives du personnel en une seule, il est parfaitement normal que le nombre de représentants du personnel prévu par l’accord signé le 5 décembre 2018 soit inférieur au nombre actuel de représentants du personnel. Il convient d’ailleurs de préciser que le nombre de titulaires prévu par l’accord collectif signé le 5 décembre 2018 est conforme à ce qui est prévu par l’article R 2314-1 du Code du travail précité, soit 35 membres titulaires pour un effectif supérieur à 10 000 salariés. Ceci étant, la diminution du nombre de représentants du personnel n’empêchera pas les « porteurs de mandats » d’accomplir les missions qui leur seront dévolues, ni n’entrainera une surcharge de responsabilités. L’argument de la CGT sur ce point sera donc nécessairement rejeté."

Pendant l'audience, le SNB a plaidé que les DP ne servaient à rien : "La loi impose la diminution. Le parti pris a été dire qu’on ne peut pas aller contre mais on va faire en sorte que les gens qui vont avoir un mandat auront le temps de s’occuper de l’intérêt des salariés. On savait qu’il y avait des dp qui ne se formaient pas et ils ne posaient pas les heures de délégation." CQFD...

A l'issue de l'audience, le juge nous a informés que le délibéré sera disponible le 18 juin à 14h.

A suivre... 

Si vous êtes salarié d'une société de services vous pouvez vous inscrire pour participer aux élections au CSE des Services Centraux.

Le document joint est affiché dans le panneau d'informations de la Direction à tous les étages.

Le principe est d'informer votre employeur et de vous faire connaîre auprès de la SG.

Contactez-nous pour plus d'informations.

Bon courage !

Page 1 sur 2