vendredi, 19 juin 2020 17:27

Compte-rendu CGT de la séance téléphonique du CSE des Centraux du 12 juin 2020 : consultation sur le plan de déconfinement Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Compte-rendu CGT de la séance téléphonique du CSE des Centraux du 12 JUIN 2020 APRES MIDI

 

Intervenants : Michel THIBAUT (RESG/IMM), Bruno COUBES (DGLE/SEG), Marie LANGLADE DEMOYEN (HRCO/SSA).

Service de Santé au Travail : Marie OBERLIS, Patricia PASQUIER, Nelly AUCLAIR.

Cette séance était consacrée à la crise COVID 19 avec consultation sur le plan de déconfinement en fin de séance.

Le président rappelle que les intervenants sont présents pour répondre aux questions qui n’ont pas eu de réponse en séance. Il ne s’agit pas de refaire les débats des différentes réunions, il ajoute qu’il y a eu 27 heures riches en débats en CSSCT.

1/ retour sur site

Bruno COUBES indique qu’il peut y avoir des cas isolés sur les retours un peu forcés, il convient que cela peut arriver mais ce n’est pas le message que la direction veut faire passer. Il ajoute « On reste sur la base du volontariat, avec les règles de distanciation physique. Après le Groupe est grand et on ne peut pas être partout ». 

Pour le Président, la grande majorité des managers sont bienveillants, il peut exister des cas isolés, qu’il nous convient de faire remonter.  

Marie LANGLADE : on travaille sur l’accompagnement du retour sur site, sorte de guide global qui reprendra tous les outils. Le guide est en cours d’élaboration (un certain nombre d’outils que les BU/SU pourraient utiliser). Interrogée sur le coût de guide, elle répond que la direction ne partagera pas cette info.

Concernant la capacité d’accueil des immeubles et la problématique des ascenseurs.

Michel THIBAUT : la direction n’est pas du tout sur le principe des besoins du Business. Jusqu’au 22 juin, 20% sur les IGH et après le 22 juin, ce sera 30% (ascenseurs). Pour les autres immeubles, IMM a donné le chiffre de 40%.

Bruno COUBES précise qu’il s’agit de la capacité de l’immeuble pas de l’étage. Il sera possible de remplir un étage à 50% et un autre à 30% en respectant la capacité d’accueil de 40% de l’immeuble.

Il ajoute qu’il y aura une application pour gérer les plages horaires d’arrivée et départ dans les Tours et ainsi fluidifier les accès aux ascenseurs.

La consigne de présence 2 jours/ semaine c’est, selon lui, pour permettre aux collaborateurs de revenir progressivement sur site. Il n’y a pas eu de consignes de venir obligatoirement 2 jours par semaines, les managers s’adaptent avec leurs équipes. Le but recherché est de faire en sorte que chaque collaborateur puisse passer au moins une fois sur site avant le 10 juillet.

Le Président rappelle qu’il faut faire remonter les cas particuliers en infraction.

Le principe c’est de revenir dans son immeuble d’affectation, c’est une mesure de protection car en cas de suspicion de cas COVID, l’entreprise doit savoir dans quel immeuble le salarié se situe pour intervenir.

Bruno COUBES : si une équipe est répartie entre les 2 pôles, c’est au manager de gérer son équipe, par contre un salarié n’a pas vocation à aller de lui-même sur un immeuble qui n’est pas le sien.

Marie LANGLADE insiste et rappelle que la seule raison pour laquelle la direction a élaboré cette règle, c’est pour protéger les salariés.

CGT : certains immeubles n’ont pas de date de réouverture connue à ce jour (document), pourquoi ?

Michel THIBAUT : nous sommes en train de collecter les différentes réponses des BU/SU pour le 22 juin et en fonction des réponses nous allons rouvrir. Coté logistique, nous sommes prêts. On n’avait pas assez de demandes suffisantes jusqu’à maintenant pour rouvrir ces immeubles.

Bruno COUBES : on travaille actuellement sur les prévisions de retours et on sera capable dès la semaine prochaine de dire quels sont les immeubles qui rouvrent. Dans le cas d’une équipe qui serait sur plusieurs sites, on réaffecterait les salariés sur les immeubles ouverts.

La CGT a demandé un suivi sur ce point.

Interrogée sur la suite du process IRP, la direction répond que le dialogue social ne va pas s’arrêter après la séance. Il avait été dit dès le début qu’on devrait être très AGILE en fonction des annonces du gouvernement.  Pour l’avis rendu aujourd’hui, elle ne voit pas d’objection à l’adapter à une phase une et voir après. Elle propose de passer par des informations aux secrétaires des CSSCT, donner les tableaux prévisionnels de retour sur site et les infos sur l’évolution de la restauration. Et en plus, il y aura également la séance du CSE prévu au calendrier le 10 juillet.

La CGT demande que le suivi soit fait à l’ensemble des élus et pas seulement aux secrétaires des CSSCT.

Interpelé sur les stocks de masques, Bruno COUBES répond qu’en termes de stock, SG est capable de tenir jusqu’à la fin de l’année, en France et dans les autres entités. La distribution des masques va être adaptée et il est prévu d’élargir les horaires de distribution. A l’arrivée dans l’immeuble, 2 feuilles sont remises en main propre à l’accueil à chaque nouvel arrivant sur les mesures et comment mettre le masque.

Il ajoute « On n’a pas attendu les lois pour prévoir plus. La pandémie va avoir un impact sur notre continuité d’activité ».

2/Organisation du travail :

Interrogée sur la période estivale, la direction répond concernant la prise de congés que la consigne est de prendre 3 semaines pour les congés d’été, avec une Incitation pour prendre une 4ème semaine (sans obligation).

La CGT rappelle qu’une négociation est en cours actuellement et notamment se demande si tout le monde a l’information au regard du débat en séance. Il s’agit des discussions sur la sortie de crise comme prévu dans l’accord du 2 avril.

La CGT a fait en sorte que le sujet des congés d’été fasse partie de l’accord, au regard des dérives et dérapages qu’on a constatés récemment dans certaines équipes.

Le projet d’accord, qui est soumis à signature, comprend un paragraphe sur la fixation des congés d’été dans lequel il est indiqué :

« La fixation des congés annuels doit se faire dans le respect des règles légales et conventionnelles, c’est-à-dire la prise au minimum de 15 jours ouvrés de congés annuels pendant la période estivale dont 10 jours consécutifs ». La période estivale va jusqu’au 31 octobre.

Certes, il est stipulé qu’il doit y avoir un échange entre le manager et le salarié et que l’échange doit tenir compte des contraintes familiales et opérationnelles.

3/Règles sanitaires

La CGT fait remarquer qu’il manque la page sur les dispositifs sur l’accompagnement RH. La direction répond que le document du 6 mai il y avait bien une partie règles sanitaires et RH, c’est un oubli dans le document pour aujourd’hui pour la partie RH. Marie LANGLADE confirme que dans le cadre du retour sur site la direction a maintenu l’accompagnement RH et le dispositif de soutien psychologique. La CGT demande qu’il y ait une communication intensifiée et renouvelée car 58 personnes qui ont appelé PREVENTIS cela veut dire qu’un grand nombre de personnes sont passées à côté.

Masques chirurgicaux/ alternatifs :  Bruno COUBES déclare « quand on a fait notre demande d’approvisionnement en masques, il n’y avait pas de logique économique, mais une logique pratique et de sécurité. La direction ne nous a pas fixé de limite budgétaire sur les commandes de masques.  La situation n’était pas la même il y a 3 mois, L’état nous demande maintenant de commander des masques alternatifs pour les transports, on l’a fait ».  Il précise qu’en termes de coût, il n’y a pas beaucoup de différence entre les 2 types de masques.

Interrogé sur la filière déchets pour les masques : Michel THIBAUT répond qu’il est bien indiqué qu’il fallait les jeter dans des poubelles spécifiques. Ils sont gardés 24H avant d’être détruits.

Pour la climatisation, il répond qu’il n’existe aucune preuve que la climatisation peut transmettre le virus. « Même le gouvernement n’a indiqué aucune consigne sur les clim. Sur les filtres, quand on vous dit qu’on les a changés, vous nous dites que les filtres ne sont pas assez efficaces. Donc je ne sais pas quoi vous dire ».

Sur le nettoyage des postes de travail, si les salariés ne veulent pas les nettoyer, il faut les rassurer et leur dire que leur poste sera nettoyé une fois par jour.

La CGT est intervenue sur l’ouverture des infirmeries dans les immeubles, et notamment celle Perspectives Défense.   Les médecins du travail ont répondu que l’immeuble était rouvert depuis peu et qu’on rentre sur la problématique du taux de présence de l’immeuble et à PD il y avait très peu de personnes la semaine dernière.

Démissions de 2 médecins : LANGLADE confirme que 2 médecins ont souhaité quitter la SG. Sur les 2 départs, la direction répond qu’il n’y aura qu’un seul remplacement. Cette information n’est pas acceptable et les élus CGT reviendront sur le sujet.

4/ modalités d’accès aux locaux

Parking : Michel THIBAUT confirme que le parking Granite va ouvrir à partir du 22 juin. Il faut compter les 500 places du parking Valmy également. Il est prévu des places supplémentaires pour les vélos.

Ascenseurs : la direction demande aux salariés d’étaler leurs horaires d’arrivée afin de fluidifier l’utilisation des ascenseurs.  

Restauration : à partir du 22 juin, utilisation d’un outil pour réserver son créneau au restaurant. Plages horaires prévues de 11H30 à 14H, si cela se révèle insuffisant, on élargira. Il a prévu d’ouvrir les cafétérias à partir du 22 juin, celles qui permettent d’entrer et sortir par des portes différentes. Il sera mis des marquages au sol.

Une communication va partir à l’ensemble des salariés des immeubles parisiens (présentation de l’outil, nécessité de s’inscrire…). Il n’y a pas besoin de télécharger l’outil sur son matériel personnel.

Sur la durée du dispositif, Marie LANGLADE est bien consciente que pour les prestataires des RIE la situation est compliquée. La direction est en discussion sur le niveau d’indemnisation ou de compensation.

Perspectives Défense : la restauration va rouvrir avec les règles de distanciation (1m), une adaptation des prestations, denrées protégées par des films plastiques, couverts à usage unique, protection des espaces de caisse avec plexi- glace.

Nombre de salariés qui ont demandé le passage aux Titres Restaurant ? :  la direction n’a pas cet élément et répondra en suivi.

Question : Les Dunes : piste cyclable/ sortie de parking. La problématique a été remontée un peu partout (mairie, DG).

6/ Réversibilité

Ce plan de déconfinement est réversible en cas de consignes administratives tendant à prendre en compte un état sanitaire aggravé localement ou nationalement. Il sera alors pris des mesures de sécurité renforcée, voire des décisions d’arrêt de travail sur site selon les modalités comparables à celles fixées à partir du 17 mars 2020.

7/ Volet « Risque pandémique » du DUER

Pour la CGT : « il y a des mesures qui ont été prises par la direction et qui sont dans le documents, mais toutes les mesures n’ont pas été prises dans le cadre de la crise sanitaire ».

Après 2 interruptions de séance (une à la demande de la direction et une autre à la demande des élus CFTC, SNB et l’élu UNSA), le Vote est le suivant : les élus CGT et les élus CFDT se sont abstenus. Les élus SNB, CFTC et l’élu UNSA ont refusé de prendre part au vote.

« La CGT souhaite d’abord souligner tout le travail effectué par les équipes SG, en particulier les équipes de l’immobilier, pour la mise en place du dispositif de déconfinement dans les Services Centraux. Les mesures présentées pour le retour des salariés dans les locaux semblent, sur le papier, être adéquates, au moins pour les premières semaines où seule une partie des effectifs sera présente sur site. Cependant, depuis les premiers échanges avec la direction en IRP (en CSEE et dans les CSSCT locales) sur ce dispositif, il existe des questions et des points portés par la CGT qui n’ont pas été pris en compte à ce jour par la direction. Par exemple, la direction persiste à refuser de communiquer les DUER aux IRP via la BDES. Autre exemple, concernant la prévention et la gestion des risques psychosociaux (RPS) liés au travail, risques encore plus saillants avec la crise Covid-19, la CGT estime que le dispositif présenté aux CSSCT locales n’est, en termes de moyens, pas à la hauteur des enjeux.

De plus, le dispositif de déconfinement présenté aux CSSCT du CSEE et sur lequel porte la présente consultation a vocation à être actualisé, et donc suivi, en fonction de l’évolution, potentiellement rapide, de la situation dans l’entreprise et à l’extérieur.

Pour la CGT, ce suivi doit notamment porter sur les cas Covid-19 dans l’entreprise (suspicion, confirmation, …), l’évolution du taux d’occupation des locaux, l’adaptation de l’offre de restauration collective et l’élargissement du télétravail (équipes concernées, nombre de jours par semaine, équipement, …). La CGT demande l’engagement de la direction à réaliser ce suivi avec les représentants du personnel lors des prochaines réunions du CSEE et des CSSCT locales du CSEE. La CGT a donc décidé de voter « abstention » lors de cette consultation du CSEE sur le dispositif de déconfinement dans les Services Centraux ».

deconfinement

Informations supplémentaires

  • onesignal: 0
Lu 647 fois Dernière modification le jeudi, 25 juin 2020 17:00
Connectez-vous pour commenter