mardi, 05 mai 2020 11:20

CSE Centraux - Compte rendu des 28 et 30 avril Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Compte-rendu de la séance à distance du CSE Centraux des 28 et 30 avril 2020

Séance à distance au regard du contexte de confinement/COVID 19, comme la précédente.

Certains élus demandent que le point COVID soit abordé jeudi, après la séance de l’Assemblée Nationale. La direction répond que nous sommes dans la même approche que la dernière fois, à savoir que c’est la cellule de crise centraux qui est prioritaire sur le sujet et que le point prévu en CSE est un rappel des dernières infos transmises à la cellule de crise. Elle rappelle que le plan de déconfinement est un plan Groupe et qu’une discussion doit avoir lieu le 29 avril avec les Organisations Syndicales sur les principes du déconfinement.

Une majorité d’élus, dont les élus CGT, ne sont pas favorables à poursuivre la séance du CSE jeudi matin et souhaitent plutôt donner priorité à la cellule de crise centraux, et demandent qu’un CSE exceptionnel soit prévu début mai.

Le Président dit comprendre qu’il y a un large consensus pour que la réunion de la CSSCT du 7 mai soit remplacée par un CSE exceptionnel et pense que c’est une proposition qui fait sens.

A la fin de séance, la direction nous apprend que la séance se poursuivrait jeudi matin avec le point COVID 19. Il semblerait que la minorité ait obtenu gain de cause sans qu’on en connaisse la raison.

 CSE (suite) 30 avril 2020

Président : "Suite aux échanges avec les Délégués Syndicaux Nationaux hier, il en est ressorti que le dispositif sera présenté aux Instances selon un calendrier. Le processus IRP sera défini avec les DSN dans les discussions qui sont en cours".  Il ajoute que la majorité des membres avait demandé un CSE exceptionnel le 7 mai en lieu et place de la Commission SSCT transverse et il annonce qu’il va procéder au vote ce matin pour cette proposition.

POUR : unanimité des élus (3 CFDT, 2 CFTC, 13 CGT, 16 SNB et 1 UNSA).

CSEE 7 mai doit évoquer les aspects prévus initialement à la CSSCT transverse. 

Commission restauration : Pauline CHOQUET

Voir les documents sur notre site CGT.

La commission restauration a eu la restitution de l’enquête de satisfaction. Demande des commissaires de la commission d’être associés à l’élaboration des questionnaires. Pauline CHOQUET les invite à remonter leurs remarques, mais pense qu’il faut laisser la direction gérer la restauration, via la délégation. La direction souhaite avoir une stabilité dans les questions.

Concernant les réclamations sur le prix du pain : la direction répond que le pain blanc est acheté 15 centimes par le restaurateur et pain complet 25 centimes. Le petit pain blanc est gratuit actuellement dans nos restaurants d’entreprise.

Sur le montant du prix de chaque repas, les commissaires souhaitent une comparaison avec d’autres entreprises pour savoir si SG est dans les normes. La direction répond que la réflexion est en cours, mais tout est un peu figé actuellement.

Les commissaires ont demandé de participer aux négociations sur la réouverture. Actuellement frais fixes non couverts et les restaurateurs ont fait des demandes. La direction ne souhaite pas que les membres représentants du personnel participent à ces discussions.

Baisse constatée de fréquentation depuis septembre sur l’ensemble des restaurants (mis à part Granite, avec changement d’offre et hausse de la fréquentation) et il n’y a pas de report… la direction a étudié ce point et notamment l’impact du télétravail sur cette baisse, avons-nous plus de presta sur les sites qui ont un mode de restauration différent, quel est le taux d’adhésion aux chèques dej ? la réflexion est en cours, il est nécessaire de savoir ce qu’il se passe et de comprendre. Sur Granite, offre plus chère, mais la direction constate que l’offre plaît et génère l’adhésion, on note que les gens vont de temps en temps sur Granite pour se faire plaisir.

Les distributeurs de boissons et friandises : la direction signale qu’iil va y avoir une harmonisation des prix (paiement par carte versus paiement en espèce) et affirme que les prix n’avaient pas été augmentés depuis 10 ans, il était logique qu’ils augmentent selon elle, mais de manière raisonnable. (600 machines).  

Point 9 : COVID 19

Voir tous nos comptes rendus des réunions de crise centraux sur le site CGT.

La direction signale que les questions en suspens ont été prises et que les réponses seront apportées à la réunion de crise du 30 avril.

La CGT est intervenue sur la distribution de masques perturbée la semaine dernière. En effet, des salariés nous ont fait remonter que la distribution n’avait pas eu lieu sur la fin de semaine. Réponse le 30 avril sur l’absence de distribution des masques la semaine dernière (en attente des éléments de Bruno COUBES).

Nous avons demandé que le personnel de ménage et de la sécurité aient des masques fournis par la SG. La direction nous a répondu que 2 masques FFP2 par jours sont transmis par la SG aux agents de sécurité sur site et leur société recherche des masques plexi-glace. Pas d’info pour le personnel de ménage.

Info trimestrielle emploi T1 2020

Sur l’évolution de l’effectif des centraux, on est à 18759 salariés, versus T4, en légère augmentation de 0.7% (+20 CDI – 6 CDD)

Variation d’effectif, pour les cadres 364 recrutements, 53% sont dans les directions centrales (RESG 65, 32 chez IGAD et 19 chez DFIN) 40% se font chez GBIS, le solde chez BDDF.

43% des recrutements sont des femmes.

TMB 53 recrutements dont 32 hors alternants : 17 sur GBIS (14 GTPS) 10 CEN et RBDF.  69% sont des femmes.

 Sur les départs : les démissions sont stables.  Les trois BU/SU les plus impactées en terme de démissions sont RESG (31), GBSU (30) et DFIN (17).

Côté prestataires, 7783 salariés, on était à plus de 8000 fin 2019 (-13%).

Pour les stagiaires 509 fin 2020 on était à 421 fin 2019.

50% des démissions sont dans la tranche d’âge 25-35 ans.

La CGT demande si la crise actuelle a une incidence particulière sur les périodes d’essai en cours, plus précisément, s’il y a eu une politique particulière en terme de gestion des périodes d’essai durant le confinement COVID-19. La direction prend le point et nous reviendra.

Sur les ruptures de période d’essai, il y en a eu 15 dont 9 sont à l’initiative de l’employeur et 6 des salariés.

En termes de recrutements GBSU : 50 ne sont pas concernés par le plan, 4 sur des codes emploi différents, 41 visés par le plan mais sur des entités (CA) différentes, 10 visés par le plan (4 CDD – 2 congés maternité, 1 accroissement activité, 1 dont la Direction n’a pas encore l’information), un Commerzbank et des recrutements personnes rares ou qui ont déjà signé avant le plan.

Interrogée sur la gestion des prestataires, la direction répond qu’ils suivent les règles de leur entité tout comme les salariés SG, ce que la CGT a fait confirmer dès la première réunion de cellule de crise des centraux du 25 mars.

logo147

 

Informations supplémentaires

  • onesignal: 1
Lu 710 fois Dernière modification le jeudi, 21 mai 2020 08:30
Connectez-vous pour commenter