jeudi, 28 mai 2020 08:06

Négociation de sortie de crise : demandes de l'intersyndicale (CFTC CGT SNB) - 28 Mai 2020 Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Négociation de sortie de crise : demandes de l'intersyndicale (CFTC CGT SNB) - 28 Mai 2020 

Objet: Demandes communes CFTC - CGT - SNB sur la sortie de confinement (envoyées à la direction) :

En prévision de la réunion d’échange sur la sortie de crise du COVID-19 de demain matin, nos 3 organisations syndicales, CFTC, CGT et SNB, signataires de l’accord du 2 avril 2020 et de l’avenant du 4 mai 2020, souhaitent porter à votre connaissance leurs demandes communes :

Une prime MACRON : en faveur des salariés qui ont été en première ligne pendant cette période de crise très éprouvante, selon 2 paliers :
- 1500 € pour les salariés qui ont eu une activité continue ou quasi continue sur site (hors périodes de congés)
- 1000 € pour les salariés qui ont eu une activité discontinue sur site (hors périodes de congés)
D’autre part, nous souhaitons que cette prime ne se limite pas aux salariés dont la rémunération est inférieure à 3 fois le SMIC annuel, mais qu’elle soit également versée aux salariés dont la rémunération va jusqu’à 70 K€ car de nombreux managers ont été présents sur site pour accompagner leurs équipes et se sentiraient oubliés de ce dispositif de reconnaissance de leurs conditions de travail au même titre que les autres.

Salariés fortement sollicités : indépendamment du facteur de présence sur site et des conditions d’exercice de l’activité, certaines populations ont été très sollicitées, et pas seulement sur site, et ont vu leur charge de travail augmenter très fortement. Nous souhaiterions qu’un engagement soit pris par la Direction afin de valoriser cet investissement particulier.

Maintien des engagements et garanties : En tant que signataires de l’accord RTT de Décembre 2000, nous souhaitons que la Direction prenne l’engagement d’appliquer les dispositions de l’accord sur la prise des congés pour l’année 2020.
Par ailleurs, les salariés ont besoin d’être rassurés, aussi nous souhaitons que la Direction rappelle et respecte les engagements et garanties qu’elle a pris dans les accords en vigueur en ce qui concerne l’emploi.

Restauration : deux sujets nous paraissent importants à traiter :
- Le cas des salariés qui sont venus travailler sur site, qui ne bénéficiaient pas des tickets restaurant et ont vu leur restaurant d’entreprise ou interentreprises fermer sans proposition de vente à emporter : versement d’une compensation financière équivalente à la part patronale des tickets restaurant sur la période.
- Le cas des salariés travaillant à distance, ne bénéficiant pas précédemment des tickets restaurant et qui n’avaient plus accès au restaurant d’entreprise : sachant que dans les services centraux, environ 2000 collaborateurs bénéficiaient précédemment des tickets restaurant et ont pu continuer à en bénéficier (tout comme les salariés du réseau) en travaillant à leur domicile, les salariés qui n’en bénéficiaient pas précédemment se sont, quant à eux, retrouvés dans une situation injuste et inéquitable de ne plus bénéficier de rien. Nous souhaitons donc qu’une compensation financière équivalente à la part patronale des tickets restaurant sur la période leur soit versée, sachant que, dans certains cas, cela a pu mettre les salariés en difficulté avec un coût de repas plus élevé à la maison notamment pour ceux qui ont également dû financer le repas de leurs enfants qui n’allaient plus à la cantine scolaire.

Moyens de transport alternatifs : notre demande historique de prise en charge des frais de trajet liés à l’utilisation de moyens de transport alternatifs tels que le vélo prend tout son sens dans le contexte actuel. Nous demandons donc la mise en place d’un forfait mobilités durables.

Indemnités kilométriques en zone rouge : il nous semble important de maintenir le remboursement des indemnités kilométriques en période rouge pour limiter les déplacements en transport en commun dans les zones où le virus circule encore fortement.

Situation des salariés « personnes sensibles » : ces salariés doivent être protégés au maximum car il en va de leur santé et possiblement de leur vie. Nous souhaitons donc un maintien des dispositions les concernant et de leur rémunération jusqu’à fin septembre.

Situation des salariés en garde d’enfants : il nous parait important de maintenir un dispositif concernant les salariés en garde d’enfants afin de ne pas les mettre en difficulté pendant la période de vacances scolaires qui peut s’avérer complexe en termes de recherche de modes de garde.

Télétravail : nous souhaitons qu’un engagement d’ouvrir des négociations sur le télétravail soit pris (pour une mise en place dans le réseau et un renforcement dans les services centraux, notamment en termes de nombre de jours en appliquant plus largement 2 jours de télétravail et en termes d’indemnisation). Cette crise a obligé Société Générale à investir fortement en matériel de travail à distance, en connexions VPN et solutions diverses, qui doivent maintenant être mis à profit sur le long terme, d’autant que le travail à distance s’est relativement bien passé pendant cette période même si nous n’oublions pas que cela s’est fait dans des conditions de sécurité particulières qui seraient à revoir pour une utilisation pérenne.

CFTC - CGT - SNB

logo230

Informations supplémentaires

  • onesignal: 1
Lu 863 fois Dernière modification le jeudi, 28 mai 2020 08:51
Connectez-vous pour commenter