vendredi, 31 janvier 2020 09:01

L'accord d'accompagnement des projets BDDF signé par 3 syndicats - 30 janvier 2020

Écrit par
Évaluer cet élément
(3 Votes)

La réunion de signature du projet d’accord sur les projets BDDF à l’horizon 2023 s’est donc déroulée cet après-midi.

La CGT a expliqué à la direction qu’elle ne serait pas signataire de l’accord. C’est la position exprimée par 88,46% des salariés concernés par le projet et qui nous ont répondu.

Une telle opposition est le reflet d’un vrai problème de fond. Nous avons reçu énormément d’avis motivés et nous allons publier le verbatim de cette consultation.

La situation n’est pas une découverte et se place dans la continuité de l’expertise de Secafi.

Les mesures sont jugées globalement insuffisantes, trop sélectives et restrictives.

La non signature de la CGT est donc un électrochoc dans un contexte où il est nécessaire de remédier aux dysfonctionnements constatés et de mettre en place des mesures pour remobiliser les salariés qui ont déjà vécu (ou subi) les réorganisations précédentes. Certains secteurs sont ulcérés de ne pas bénéficier de mesures alors même que leur activité est menacée (successions à Stade de France, CDS de Toulouse, etc).

Au-delà de notre opposition à certains aspects des projets (fermetures de sites, création d’Arcueil prématurée, ...), la spécialisation vient compliquer la gestion de la mise en filière.

Nous avons redit que malgré 10 longues réunions de négociations, il restait du chemin à faire dans la négociation pour arriver à un dispositif global et satisfaisant pour l’ensemble des salariés concernés. 

Certes, les garanties de fond sont là (aucun licenciement, priorité au reclassement, ...). Mais après une 1ère vague de réorganisations, il aura fallu aller plus loin sur certains dispositifs. Nous les défendrons localement et reviendrons sur ce qui nous paraît nécessaire pour que chaque salarié ne fasse pas les frais de ces nouveaux projets et que chacun puisse trouver sa place.

La direction a rappelé qu’elle était consciente qu’il était nécessaire de réussir le plan d’action pour remédier à certains dysfonctionnements mis en avant par Secafi et que l’année 2020 serait une année de transition.

Les 3 autres syndicats ont signé le projet qui va donc pouvoir s’appliquer.

La CFDT a mis en avant que c’était la 1ère fois qu’elle signait ce type d’accord car « avant, les mesures n’étaient pas assez abouties et elles ne parlaient que de RCC ».

Le SNB a justifié sa signature en rappelant que «le projet vise l’accompagnement et qu’il espérait que 2020 serait une période tampon qui permette de retrouver de la sérénité ».

La CFTC a déclaré être « aussi dans l’accompagnement », tout en demandant à « être écoutés de temps en temps ». Il faut pour eux « une lecture intelligente des accords ». Enfin, la CFTC s’est déclarée « optimiste tout en espérant ne pas avoir trop de dossiers à gérer ».

Caroline Guillaumin, DRH Groupe, signataire pour la direction, a déclaré qu’elle était consciente comme tout le monde, que rien ne sera possible sans l’adhésion des salariés. Que dans ce contexte difficile, on (la SG) a des atouts et de l’avance. Elle a clairement revendiqué l’expertise de Secafi qui ne doit pas rester lettre morte. Elle a invité l’ensemble des syndicats à travailler sur ce qui est devenu pour elle une obsession, le reclassement.

Lu 2264 fois Dernière modification le lundi, 03 février 2020 10:24
Connectez-vous pour commenter