mardi, 28 août 2018 14:48

Et si l'on faisait un autre usage des profits ? JY Le Duigou, Humanité dimanche samedi 7 janvier 2018

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Et si l'on faisait un autre usage des profits ?
JY Le Duigou, Humanité dimanche (jeudi 23 août au samedi 7 janvier 2018)
Et si l'on faisait un autre usage des profits ?
Les plus grandes entreprises cotées à la Bourse de Paris sont en situation de retrouver le niveau de profit d'avant la crise. Certes, manquent encore les comptes du premier semestre 2018 de sept grandes entreprises, et non des moindres, comme Bouygues, Safran, Sodexo Malgré cela, le constat est sans appel : les profits augmentent, même si l'évolution est bien moins importante que les années précédentes.
Nous ne sommes plus en 2016 et 2017, qui furent des années exceptionnelles de rattrapage ! Mais les 33 sociétés concernées affichent pour le premiersemestre, àellesseules,plus de 43,5 milliards d'euros de profit, soit encore 500 millions de mieux que l'année dernière. Deux sociétés sur trois annoncent des bénéfices en hausse, les palmes de la croissance revenant à Accor, Kering, STMicroelectronics, Saint-Gobain et Total. La barredes100milliardsdeprofitpour l'année entière pourrait être atteinte cetteannée.Unrecordenperspective !
Les salariés risquent de ne pas voir la couleur de cet argent, dont une part majoritaire sera accaparée par les détenteurs d'actions. La France, comme l'avait montré une récente étude de l'ONG Oxfam, est en effet avec la Belgique et la Suède l'un des trois champions de la distribution de dividendes et du rachat d'actions. Avec les intérêts versés aux banques, le prélèvement financier sur les entreprises y est considérable. Il représente aujourd'hui plus du double des cotisations sociales effectives versées par ces entreprises. Première conséquence,l'argent qui bénéficie aux actionnaires n'est pas réinjecté dans les investissements. Nettement supérieurs aux dividendes il y a vingt ans, ces derniers sont désormais sensiblement inférieurs aux profits distribués. Avec la sur-rémunération des dirigeants, cela donne une première idée du « coût du capital ».
Mais, aussi important soit-il, on ne peutenresteràceseulconstat.L'obsession du rendement financier fait des dégâts bien en amont sur l'emploi, la qualification, les capacités de développement. Le « coût du capital », c'est aussi l'expression d'un pouvoir, de fait et de droit, particulièrement élaboré. Il impose ses choix dans l'entreprise tels le niveau de l'emploi, l'orientation desinvestissements et au-delà la stratégie globale de la firme. Il impose aussi un type de croissance fait de pressions sans cesse accrues sur les salaires, sur le développement des capacités hu
maines, sur l'environnement, sur la pérennité des services publics. L'industrie,parnaturegourmandeeninvestissements, est la première victime de ces choix de gestion guidés par la recherche du taux de profit maximal.
L'enjeu revendicatif et politique est celui de la réduction du « coût du capital ». Mais pas seulement. Le mouvement social a besoin de marcher sur ses deux pieds. En même temps que la dénonciation des coûts parasitaires du capital, il importe de faire reconnaître l'importance des dépenses de développement et les besoins de financement correspondants. Ceux liés à la formation, à la santé, à la culture, à la recherche, bref à l'ensemble des dépenses pour les hommes. C'est bien la promotion d'unenouvellelogiquededéveloppement, et elle seule, qui permettra de rassembler.
Jean CHristophe
Le Duigou économiste
et syndicaliste
L'industrie est la première victime de ces choix de gestion guidés par la recherche du taux de profit maximal.■

 trait050318
Lu 754 fois Dernière modification le lundi, 05 novembre 2018 16:59
Connectez-vous pour commenter