Infos 2015 - Le Site Officiel de la CGT de la Société Générale

Infos 2015 (45)

MAUVAISE FOI

2015 aura connu quelques très longues réunions sur les évaluations entre la direction et les syndicats. Cela aura abouti à 2 ou 3 modifications de l’instruction (nombre d’objectifs, procédure de recours,…) mais cela n’aura pas évité quelques dérapages lors des  clôtures du processus d’évaluations, ce que la commission de suivi pourrait corriger. Par contre, il en va autrement des consignes données pour qu’il y ait peu de salariés au-dessus des attentes (même ceux qui ont explosé leurs objectifs atteignent péniblement une tenue de poste correcte…). Conséquence logique lorsque l’on veut restreindre au maximum les augmentations individuelles et appliquer l’hyper-sélectivité exigée par la Direction Générale. Mais la perle de la mauvaise foi vient surtout du fait que la DRH nous avait présenté la nécessité d’un «feedback régulier entre le salarié et son manager» pour éviter que l’exercice d’évaluation ne tourne au règlement de compte en fin d’année. Des consignes ont contribué à mettre en place un 360°, avant d’être retirées officiellement début novembre. Si parfois l’exercice ne pose pas de problème a priori, le 360° a lui été banni du processus et n’est pas conforme à l’instruction 13.672. Nous avons donc exigé l’arrêt des « feedback à la sauce 360° » et la convocation d’une commission de suivi Evaluation début janvier. En attendant, nous attirons fortement votre attention sur les risques de laisser traîner des scories négatives dans les Evals. Les conséquences n’en sont pas que financières au travers de la part variable, elles peuvent l’être aussi sur votre contrat de travail. Dans le doute, prenez contact avec nous. Un simple conseil peut permettre d’éviter de graves complications. 

L’ESPRIT D’ÉQUIPE

C’est une belle réussite. La grève décidée par les salariés de nos 4 CRCm (centre d’appels) et organisée avec leurs représentants CGT aura été suivie par plus de 200 salariés (50% des présents). 75 à Marseille, 60 à Nanterre et Lyon, 12 à Lille. Il faut dire qu’à Lille, la pression de la direction a été conjuguée aux efforts des représentants de la CFDT pour casser la grève. Quoi qu’il en soit, le message est clair et le taux historiquement élevé de grévistes est le signal incontestable d’un malaise profond que la direction ferait bien de ne pas ignorer. Pendant près de 2 heures, les flux d’appels ont été coupés et plus de 600 clients sont restés en attente d’interlocuteur. L’effet déclencheur aura été l’annonce de l’allongement de la durée de ces postes difficiles, dans un contexte où l’absence de mesure salariale touche de plein fouet nos jeunes collègues aux salaires les plus bas. Nous avons demandé que, très rapidement, une réunion permette d’apporter des réponses concrètes à nos collègues inquiets de leur avenir et exaspérés par les règles du jeu qui changent en cours de partie.

PLAN D’ACTION EUROPEEN

Dans la foulée de sa présentation aux organisations syndicales et au CCE, Hélène Crinquant est venue commenter le baromètre employeur au Comité de Groupe Européen. Pas de surprise, les documents sont identiques et les commentaires également. Edouard-Malo Henry, le DRH du Groupe, a ajouté l’analyse de la direction : «on est satisfaits que les résultats s’améliorent, mais pas question d’être satisfaits de tout et de penser que tout est rose et parfait !». Les résultats doivent être présentés dans chaque entité et des plans d’action vont suivre en 2016. La CGT lui a alors proposé un plan d’action comprenant, par exemple, une discussion avec le Conseil d’Administration et la Direction Générale au sujet du rétablissement d’un plan mondial annuel. L’annonce  faite il y a 2 ans d’une augmentation de capital ouverte seulement tous les 3 ans aux salariés a été mal perçue par le personnel. Pour la CGT, revenir au plan mondial annuel serait une réponse forte au besoin de reconnaissance du travail de chacun et renforcerait le sentiment d’appartenance au Groupe. Bref, ce ne serait qu’une reconnaissance de la contribution de chacun aux bons résultats du Groupe SG, en France et en Europe.

La version tract est ici

CGT575-NOEL-2015

 

LE MODELE GAGNANT

La rencontre du 10 décembre avec Laurent Goutard aura clos la négociation de l’accord sur le projet de transformation du réseau. Pour lui, l’évolution du comportement de la clientèle est inscrite dans l’évolution technologique, ce qui ne doit pas nous faire renoncer à la conquête de nouveaux clients et œuvrer vers plus de simplicité, plus d’expertise pour aboutir à un « modèle gagnant ». Le projet d’accord prend en compte, comme ultime modification, notre demande d’ouvrir la discussion en local aux mandatés et élus pour mettre sous surveillance le déploiement de chaque projet et intervenir en amont du dossier CE, pour représenter et défendre l’intérêt des salariés. Les retours des salariés et des représentants des syndicats CGT de la SG vont tous dans le même sens : la stratégie de la direction comporte des points que l’on peut partager (nécessité de répondre à l’attente d’expertise des clients) mais il reste des points de confrontation (par ex, l’emploi ou l’approche omnicanale au détriment du conseiller dédié). L’accord contient par ailleurs de vraies garanties pour que le salarié ne soit pas seul face à la direction et contraint d’accepter une affectation qui ne lui convient pas. Il y a notamment une possibilité de recours que la CGT entend bien faire vivre. Nous sommes bien conscients que l’accord ne règle pas tout, mais il fournit une bonne base pour pouvoir défendre l’intérêt des salariés. Enfin, pour être complet, le SNB et la CFTC ont déjà annoncé leur signature. Tandis que la CFDT et FO ont annoncé qu’ils ne signeraient pas en mettant en avant que l’engagement de la direction de « ne pas recourir aux licenciements économiques » n’était pas suffisant. C'est oublier que l'augmentation du nombre de licenciements individuels serait considéré comme une volonté de s'affranchir des obligations d'un PSE, et que cela entraînerait automatiquement leur requalification... cet argument, pour éviter de mettre les mains dans le cambouis, n'est pas nouveau. Il a déjà servi plusieurs fois.

CONTRAT DE GENERATION

Pour résoudre la question du chômage en France, les experts en tout genre parlent soit de la nécessité de revoir la formation, soit de celle de « lever les contraintes du marché » (« supprimer le CDI » et « démolir le code du travail »). Il y a une autre arlésienne, celle du contrat de génération : cette équation magique, mais insoluble, est brandie à chaque fois que le politique ou le législateur a besoin de se parer des oripeaux de la vertu pour parler du chômage des jeunes, du maintien dans l’emploi des seniors. L’équation est insoluble car elle repose sur le pari de combiner intégration des jeunes dans l’entreprise et maintien des plus anciens – ce qui n’est pas incompatible -  tout en diminuant les coûts au maximum. Et c’est là que le bât blesse. Lors du précédent PSE, les résultats de cette approche ont été «décevants» pour reprendre la litote du directeur des relations sociales lors de la négociation emploi du 7 décembre. Cet échange a été l’occasion d’entendre la CFDT et la CFTC proposer à la direction de passer l’objectif de départ moyen de l’entreprise de 60 ans à 65 ans, par « souci de réalisme ». Et là, ce n’est pas une litote, c’est juste une connerie. Les analystes et experts de tous poils se sont d’ailleurs lâchés sur le sujet depuis les résultats de dimanche dernier, la plupart du temps en fustigeant les jeunes, coupables de leur abstention ou de leur vote pour le FN. Là encore, les experts nous ressassent le credo habituel : les insiders (les nantis qui ont la chance d’avoir un emploi) vampiriseraient le monde du travail dont seraient exclus les jeunes. En conséquence de quoi, il suffirait de supprimer les rigidités du marché telles que le CDI ou le code du travail…Une alternative pourrait être de payer des retraités moins âgés – qui le souhaitent - au lieu de payer les jeunes qui subissent le chômage. Mais là encore, on doit être utopistes.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 

CGT574-psi-vs-pse

MEME LES MIETTES

La direction n'est toujours pas repue. Avoir fait disparaître toute proposition d'augmentation salariale n'aura même pas suffit cette année. Tous les leviers sont bons. Elle "réfléchit" ainsi à la suppression des tickets restaurants dans les Centraux pour des raisons aussi bien financières que tenant à une prétendue difficulté de les distribuer. Il est vrai que depuis l'envoi des feuilles de paye au domicile des salariés pour "optimiser" la filière RH, c'est à dire pour réduire les coûts au travers de la suppression des assistantes RH, c'est beaucoup moins pratique. Mais c'est surtout à nouveau pour des raisons financières que cette "réflexion" est en cours, peut-être bien encouragée par le projet de remplacer les chèques par une carte, à coût de traitement réduit et plus facile à fliquer. Par contre, la Direction ne prévoit toujours pas de passer la valeur faciale du chèque à son maximum. Tout ça a un arrière-goût amer qui risque d'empêcher la pilule de passer. Nous l'avons invitée à ne pas franchir cette nouvelle ligne rouge et à laisser cette liberté de choix auquel sont attachés près de 4.000 salariés...

EGALITE PROFESSIONNELLE

La négociation est terminée et l'accord est soumis à la signature. Conformément à ses habitudes, la CGT consulte les salariés afin de savoir si l'accord doit être signé. Dans la droite ligne de l'accord précédent, la principale nouveauté est qu'il englobe désormais l'accord sur la résorption des écarts salariaux. Il ne "crée" pas un budget car celui-ci existait déjà et ne fait que découler du processus lui-même. Le projet d’accord réitère les principes d’égalité de traitement pour la rémunération, les carrières et les promotions. Une attention particulière sera portée au niveau des salariées cadres qui, statistiquement, étaient en décrochage. Une action spécifique est prévue pour les femmes de plus de 45 ans ayant eu au moins un enfant. La gestion du congé maternité reste articulée autour d’entretiens avant le départ et 2 mois avant la reprise. Des dispositifs concernent aussi le congé d’adoption ou le congé parental. Ces entretiens sont l’occasion de préciser ses souhaits ainsi que d’examiner les conditions financières et les nécessités de formation. Une révision minimale de 3% est prévue dans le cas où la salariée n’a bénéficié d’aucune révision ou promotion dans les 3 ans précédant son départ en congé maternité, d’adoption, ou parental d’éducation. Nous avons réussi à maintenir la rédaction qui stipule que « s’agissant de la part variable, le congé maternité (..) ne peut en aucun cas constituer un motif d’exclusion.». Nous avons demandé et obtenu que la commission de suivi sur le temps de travail se réunisse au plus vite pour examiner les dérives constatées et les difficultés sur le temps partiel.  Nous vous invitons à nous faire part de votre éventuelle expérience sur le sujet.

RENCONTRE DE CLOTURE

Depuis la présentation de la stratégie de BDDF par Laurent Goutard, les 21 mai et 17 septembre, il aura fallu 7 réunions de négociations pour obtenir le projet d’accord encadrant le déploiement du projet de transformation BDDF 2015 - 2020. Une prochaine rencontre avec Laurent Goutard est prévue le 9 décembre 2015. Sans attendre, la CGT a publié le texte complet du projet d'accord, avec son avis et ses commentaires, afin que chaque salarié, quelque soit son métier, soit informé de ce qui se discute en son nom et puisse intervenir. Nous avons aussi adressé à Laurent Goutard une série de questions que l'accord ne règle pas. La baisse de fréquentation des agences n'entraîne pas directement une diminution de la charge de travail, encore moins directement une baisse des effectifs, surtout lorsque l'objectif affiché est le développement commercial ! Quant à la gestion du risque, elle va être bouleversée par la "banque omnicanal". Elle pourrait ainsi devenir un terrain de jeu privilégié pour des gens mal intentionnés, avec le risque que la responsabilité retombe sur le salarié.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

CGT572-ticket-resto

SERVICES CENTRAUX
Les 18 et 21 décembre prochains, le CE des Centraux rendra son avis sur les projets de réorganisations des filières Finance, RH, Com, ainsi que pour celles de GBS et de SGSS. Les lettres aux salariés concernés par les PSE partiront le lundi 4 janvier 2016. Les plans de départs volontaires pour les filières Finance, Com et RH s’ouvriront à ce moment là. Les salariés intéressés pourront alors se manifester auprès du Campus. Ceux qui souhaitent rester à leur poste n’ont aucune démarche à faire et leur choix doit être respecté. C’est un élément fondamental de l’accord négocié en février 2013. Les demandes de reclassement, de départs volontaires ou de PTA seront examinées jusque fin février en 3 vagues. Lors de cette première période, les départs volontaires se feront au taux plein de l’indemnité prévue par l’accord. Elle sera dégressive à partir de début mars. Les derniers PSE avaient généré beaucoup de questions et nécessité beaucoup d’interventions pour accompagner les salariés. Comme alors, la CGT sera en première ligne pour vous aider.


AVENIR DU RESEAU
Cette semaine, deux réunions de négociations ont porté sur l’avenir du réseau. Une dernière rencontre est prévue le 9 décembre en présence de Laurent Goutard. Le projet d’accord devrait être ensuite définitif et soumis à la signature des organisations syndicales. La direction souhaite fermer environ 400 agences d’ici 2020 et en passer d’autres en agences accueil. L’équilibre du texte de l’accord (disponible sur nos sites) repose sur son engagement de ne pas recourir aux licenciements économiques et de faire des propositions de poste convenable aux salariés dont le poste serait supprimé. Nous avons obtenu que le salarié à qui il serait fait une proposition qu’il ne jugerait pas convenable car ne tenant pas compte de ses souhaits, de sa situation personnelle, de l’évolution de son variable, pourra saisir la commission de recours paritaire. Nous avons pu constater lors des différents PSE à la SG que l’existence même de cette commission a une vertu préventive évidente. C’est un vrai garde-fou qui permet d’éviter les propositions inacceptables … et aussi un recours efficace pour obtenir de la direction une vraie proposition acceptable. Un des autres points clés sera l’évolution de la charge de travail pour l’ensemble des salariés. En effet, la direction semble miser un peu trop sur les outils digitaux pour optimiser l’organisation du travail. Or, si ses espoirs se révèlent infondés, les emplois auront disparu et la charge de travail pour les salariés restants sera trop lourde, source à la fois d’insatisfaction clientèle et de dégradation des conditions de travail. C’est pourquoi nous avons insisté pour que cette question soit traitée précisément et suivie de près tout au long du déploiement. Cependant, des questions de fond restent en suspens. Par exemple, le client fera-t-il le choix de déserter l’agence au point de ne plus être attaché à son conseiller dédié ? La baisse de fréquentation des agences ne signifie pas que les attentes clientèles seront moins exigeantes et le pari des suppressions de postes est risqué. Ce qui est sûr, c’est que les emplois vont changer et que cela va concerner tous les métiers. C’est ce qui nous fait penser que l’occasion de réduire encore les coûts fait le larron.


EGALITE
Encore une fois, la direction n’aura pas résisté à la tentation de mettre un cavalier dans le projet d’accord sur l’égalité professionnelle. Elle a proposé d’inscrire un indicateur basé sur les jours d’arrêts maladie de courte durée. Quel rapport avec l’égalité professionnelle ? …. Aucun ! Par contre, on voit bien comment cet indicateur pourrait alimenter les conversations de salons (ou séminaires) sur le thème : « les femmes sont plus sujettes aux arrêts de complaisances ». Nous avons exigé son retrait, purement et simplement.


Les infos sous format PDF se trouvent ici

CGT572-google-glass

BRECHT AVAIT RAISON

« Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde ». L’histoire nous jouerait-elle un bis repetita avec la résurgence d’une sauvagerie que l’on croyait disparue avec la chute du régime nazi ? Comment ne pas s’interroger sur la similitude entre les attentats commis en janvier et le 13 novembre avec l’inhumanité de l’idéologie nazie ? Car c’est bien leur trait commun, il y a l’Humanité d’un côté, nous tous, avec le désordre du monde, les conflits et les crises, et de l’autre le visage hideux d’une ante-humanité, quelque chose qui n’appartient plus à l’espèce humaine. On ne combat pas un tel monstre avec des fleurets mouchetés. Les discussions byzantines et postures politiques n’ont pas manqué depuis quelques jours dans les media ou sur les réseaux sociaux : sommes-nous en guerre ou pas, nos libertés sont-elles menacées, fallait-il agir plus tôt, la justice est-elle trop laxiste … se perdent dans l’accessoire tandis que la nécessité doit faire loi. Encore une fois, on pense aux temps qui ont précédé la Seconde Guerre Mondiale, et à la constance de certains comportements dans l’histoire. Ils ont bonne mine aujourd’hui ceux qui ont dit en janvier que la cause palestinienne motivait les frères Kouachi, ceux qui s’interrogeaient si les rédacteurs de Charlie hebdo n’étaient pas allés trop loin avec le Prophète. Les attaques du 13 novembre, elles, ont été portées contre une société, sans distinction, ni religieuse ni d’aucune sorte. Bien sûr, il appartient aussi aux religions d’être dans l’action ensemble contre ces commandos de la mort qui prétendent agir au nom de l’une d’elles. Mais, si elles ont été menées « à l'aveugle » et pas de façon ciblée cette fois, c'est peut-être bien parce qu’après le 7 janvier la société a résisté et a refusé de dresser les uns contre les autres.. Espérons que les victimes de Paris - une collègue, élue CGT a perdu sa fille - provoqueront un électrochoc salutaire. Nul besoin de répondre à la question du sexe des anges aujourd’hui : les loups sont entrés dans la cité. On a beaucoup chanté la Marseillaise ces jours derniers, elle fût aussi chantée par les soldats de l’an II quand la République naissante était en danger. Saint-Just dit alors : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté », ce qui signifie qu’on ne discute pas avec ceux qui se servent de la démocratie pour la détruire.

BUSINESS NOT AS USUAL

Boursorama titrait le lendemain des attentats, « la Bourse sera ouverte lundi », ouf de soulagement. Quant à la DG, où les débats furent chauds, elle opta pour un communiqué « recommandant » de ne pas sortir pour la minute de silence en hommage aux victimes … immédiatement interprété comme un «restez au bureau», comme s’il pouvait y avoir mieux à faire que d’y participer ! La raison l’a vite emporté, et des mesures ont été mises en place : une cellule de crise a été activée, les organisations syndicales sont informées quotidiennement pour faire le point des consignes de sécurité, les déplacements sont réduits au strict minimum, les autres reportés. Ceci précisé, la réponse au terrorisme, c’est aussi notre capacité à vivre et travailler ensemble. Le personnel de la Société Générale recouvre une formidable diversité, que nous sommes fiers d'incarner aussi dans notre syndicat, illustration d’une société véritablement humaine. Préserver cet atout, veiller jalousement à le défendre et rejeter toute tentation d’y porter atteinte est un devoir prioritaire pour nous.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

cgt571-attentas-nov15

LES MORFALOUX

En novembre 2011, Frédéric Oudéa tentait d’expliquer aux actionnaires que la Société Générale suspendait le versement des dividendes, en décidant que l’effort demandé serait réparti avec les salariés. Tous unis dans l’effort … Les salaires, notamment variables, allaient subir, eux aussi une cure d’amaigrissement. Sauf que le «paiement normal» des dividendes allait reprendre en 2012, et très significativement ! En février 2015, au vu des résultats, le conseil d'administration a proposé un dividende d'1,20 euro par action, contre 1 euro en 2013. Le taux de distribution a ainsi atteint l'objectif prévu de 40%, le groupe visant un taux de 50% en 2016 sur les résultats 2015 ! Cette promesse faite aux actionnaires dépassera sans doute très largement le milliard d’euros pour un dividende qui pourrait bien atteindre 2 euros par action (+67%). C’est donc avec beaucoup de révolte et d’indignation que nous avons pris la proposition de la direction lors de la négociation salariale du 9 novembre : aucune mesure collective pour les salaires en 2016 ! En moins de 30 minutes, la dernière réunion sur les salaires était bâclée, ressemblant plus à une mascarade de mauvais goût. Juste après l’annonce des «bons résultats » et la légitime inquiétude générée par la présentation des projets de restructuration des services centraux et du réseau, la direction prend ainsi un grand risque social. C’est aussi malheureusement la suite logique du marché de dupes auquel ont accepté de participer certaines organisations syndicales (CFTC et SNB) en signant des accords de plus en plus vides depuis 3 ans, malgré les pétitions et les journées de grève de l’an dernier. Alors que la direction demande de plus en plus d’efforts aux salariés en termes d’emplois et de charge de travail, elle pousse le bouchon encore un peu plus loin en termes salariaux. Après quelques années avec de maigres mesures collectives, après avoir supprimé 2 plans d’actionnariat salariés sur 3, 2016 sera-t-elle l’année du retour à l’absence totale de mesure concertée et collective ? On n’avait pas vu ça depuis 10 ans ! Il faut remonter en 2005, pour retrouver ce niveau de provocation. Sauf si le personnel s’en mêle d’une manière ou d’une autre, la direction entend bien enfoncer le clou cette année. 

NOUVELLES DU FRONT

Une nouvelle réunion de négociation sur la transformation du réseau s'est déroulée le 9 novembre. Un texte, disponible sur nos sites, nous a été remis en séance. Il s'articule autour de 2 objectifs : d'une part, permettre aux représentants du personnel locaux et à une commission de suivi nationale de traiter en amont les projets de BDDF (et de s'emparer de l'évolution de la charge de travail), et d'autre part il définit le processus de gestion de la mobilité encadrant la restructuration.Il reste à confronter ces engagements avec la réalité du terrain, où nous constatons à BDDF une culture un peu trop prononcée du top/down (tout vient d’en haut… « Ca vient du siège »). En termes de mobilité, l’«affectation» a disparu et laissé place à un dispositif qui devrait être précisé dans la prochaine mouture du projet. Nous resterons donc très attentifs à la nouvelle proposition. Le projet d’accord met en évidence la nécessité de prendre un soin tout particulier pour choisir ses représentants. Ce sont eux qui devront analyser les modifications locales et défendre les intérêts individuels ou collectifs de chaque métier concerné par la transformation. Ce qui est devenu une évidence dans les services centraux au bout de quelques PSE, va devenir une nécessité un peu plus déterminante dans le réseau… quel que soit le métier.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 

cgt570-nao-2015-3me

 

AU BON BEURRE

Côté pile, l’annonce des bons résultats de la Société Générale (+27,7%) aura été saluée par les marchés (+3,97% du cours de l’action). Côté face, les esprits optimistes y verront du grain à moudre pour les prochaines négociations salariales. La prochaine réunion prévue lundi 9 novembre permettra à chacun de juger de la répartition de ces bons résultats. Les esprits chagrins auront bien évidemment relevé que les résultats sont tirés vers le haut, ce trimestre, par la banque de détail. Ce qui fait souligner tout l’intérêt d’une banque universelle, mais qui rend encore plus paradoxales les annonces de fermetures d’agences et de réductions de postes dans le réseau… 

NEGOCIATIONS A HAUT RISQUE

Malgré de profondes divergences sur les principes mêmes de la stratégie présentée, la direction avance pour la mettre en œuvre dans le cadre d’un plan de déploiement prévu pour durer jusqu’en 2020. La négociation qui se déroule actuellement a pour objet, d’une part, de cadrer et d’en atténuer les conséquences sur tous les métiers lors de sa mise en œuvre, et d’autre part, de permettre aux représentants du personnel d’intervenir dans l’organisation et les décisions locales. Quelques heures avant la négociation du 4 novembre, nous avions reçu un document de la direction dans lequel ce principe d’examen par les représentants du personnel semblait être acquis et relativement bien précis. Par contre, les 4 heures de négociations auront démontré qu’il restait énormément de travail avant d’arriver à un accord acceptable qui soit source de garanties pour tous les salariés et permette que personne ne soit laissé sur le bord du chemin. Il va falloir inscrire dans le marbre les conditions qui permettront de répondre à ce que Bernardo Sanchez Incera appelle le «défi d’accompagner nos salariés dans la mutation de leur métier, qu’elle soit fonctionnelle, géographique ou les deux». Pour l’heure, le projet de la direction reprend une gestion de la mobilité très … BDDF et au minimum légal. Nous avons donc exigé que soit mis en place un processus permettant au salarié dont le poste risque d’être supprimé d’exprimer ses souhaits auprès de la ligne RH. Celle-ci pourra alors dans un second temps lui faire une «proposition convenable de poste». Le document de la direction parlait de «proposition de poste convenable» … nous leur avons fait remarquer que la nuance pouvait être de taille pour les salariés concernés ! La réunion du 4 aura aussi été l’occasion de rappeler la nécessité de travailler sur la charge de travail. C’est une autre paire de manche et sensiblement différent que de se contenter de prévoir 2.000 suppressions de postes en espérant que les outils informatiques devant résulter d’un plan d’investissement massif (1,5 milliard d’euros pour moderniser les systèmes informatiques) pallieront au manque de bras. D’autant que ce n’est pas parce que les clients viennent moins dans les agences, qu’ils sollicitent moins les salariés de la banque. Bien au contraire ! 

LE PEUPLE DE L’HERBE

La séance du CE des centraux du 5 novembre au cours de laquelle ont été présentés officiellement les projets de la filière Finance, RH,COMet GBIS (gbs et SGSS) aura été l'occasion pour nous d'interpeller à nouveau la direction sur les équipes déjà durement touchées en 2013 et qui vont l'être à nouveau en 2016. La réponse de la direction a été de mettre en avant un kit de "communication positive". Du coup, on n'a pas osé demandé ce qu’ils fumaient et si c'était en vente libre ?

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 

cgt569 code du travail

 

LES CANARDS SAUVAGES

Autant vous le dire de suite, il faudra attendre la traditionnelle seconde réunion pour connaître les propositions de la direction dans le cadre de la NAO (négociation annuelle obligatoire sur les salaires). La première réunion se tenait mardi 27 octobre et avait pour but, comme chaque année, de dresser le bilan des mesures décidées l'an dernier et d'analyser les statistiques 2015. Cela a donné l’occasion à Jean François Climent, le directeur des relations sociales, de parler abondamment des mesurettes à l’impact très marginal pour tenter de faire oublier l'absence de mesure collective et pérenne. 512 salariés ont bénéficié du relèvement des minima pour 345 euros en moyenne. 36 cadres de plus de 50 ans ont bénéficié d’une mesure de rattrapage spécifique. 45.994 salariés (en incluant les départs en cours d’année) ont bénéficié du supplément d’intéressement, pour un montant global de 18M€. Concernant les statistiques remises, nous avons fait remarquer que l'absence du montant des rémunérations variables dans la BFI faussait considérablement les tableaux. JFC a répondu qu'il n'était pas possible d'y faire figurer ces données car elles auraient un caractère stratégique et confidentiel, arguant que cela était selon lui de concert avec les organisations syndicales....! Il lui reste à nous expliquer en quoi le variable moyen d’un chargé de back-office de niveau G relève des informations stratégiques dont pourraient se servir nos concurrents. Sans oublier qu’une moyenne par lettre de classification, qui recouvre des métiers extrêmement divers, n’est absolument pas exploitable pour cibler un profil précis de salarié. JFC a ajouté à sa présentation les montants qui découlent de l'accord sur les écarts salariaux. La situation salariale de 818 femmes a été révisée en 2015 pour un montant global de 1.560M€. Sur la durée de l'accord (3 ans), il y a eu 2.639 bénéficiaires pour un coût total de 7.5M€.  Par ailleurs, au 30 juin 2015, 13.933 salariés ont bénéficié d'une révision, soit 39.9%. Toutefois, 8.105 personnes (23.2%) n'ont pas été augmentées au cours des 2 dernières années et 2.228 (6.4%) ne l’ont pas été depuis plus de 3 ans. JFC aura également précisé que l'accord social de 2000 limitait les augmentations discrétionnaires car l’enveloppe globale serait consommée principalement par les revalorisations automatiques. Il a insisté lourdement sur le fait que la SG voulait aller vers de plus en plus de sélectivité. Il a ajouté que peu de personnes n'avaient pas été augmentées dans les 5 ou 6 dernières années et que ces situations sont probablement des "cas marginaux" de personnes absentes de l'entreprise. Une fois la présentation des statistiques et les questions terminées, la parole a été donnée aux organisations syndicales afin de recueillir leurs demandes. Chacune de leur côté, la CFTC et la CFDT s’étaient toutes les deux fendues d’une lettre à la direction. La CGT a souligné que les résultats satisfaisants appelaient une mesure pérenne pour venir récompenser l'implication des équipes. Nous avons également rappelé la nécessité de revaloriser les minima salariaux et notamment les augmentations minimum lors des changements de niveau. En outre, nous avons rappelé qu'il était impératif de discuter enfin de la rémunération variable. Il est en effet toujours aussi inconcevable que les salariés ne puissent pas avoir d'explications ni la possibilité d'exercer un recours concernant cette partie de leur rémunération - notamment en cas de baisse -. JFC a conclu la réunion en renvoyant à la prochaine date fixée au 9 novembre.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 

cgt568-nao-2015-2eme

 

NAO : ROUND ZERO

«Surenchères des syndicats à la SG» titrait un quotidien économique l’an dernier. «Déraisonnables» relayait notre DRH, Edouard-Malo Henry, pour qualifier les demandes intersyndicales, qui «pourraient constituer une menace pour l’emploi». Malgré le soutien de 15.000 salariés via une pétition revendicative et des mouvements de grève, la négociation avec la direction n’a débouché sur aucune augmentation collective. Difficile dans ces conditions d’incriminer la «déraison» syndicale pour justifier les destructions d’emplois de 2015 : 400 suppressions de postes dans les Centraux, 282 dans le réseau… Les statistiques annuelles sur l’évolution des salaires sont édifiantes (cf. nos sites intranet ou internet). L’accord signé, en douce et contre l’avis de l’intersyndicale par la CFTC et le SNB n’aura non seulement pas permis d’obtenir la moindre mesure collective, mais en outre les mesures individuelles brandies pour cacher le vide de l’accord n’auront concerné que 548 salariés ! Ce sont les mesures individuelles générées par les accords antérieurs avec les syndicats (notamment l’accord « statut social » arraché juste après la signature de la convention collective) qui permettent d’afficher une progression globale des rémunérations de 1,8% … sinon, la masse salariale aurait diminué ! Le DRH y gagnera certainement les félicitations du Conseil d’Administration, mais pas celles des salariés. La première réunion de négociation annuelle sur les salaires se tiendra cette année le 27 octobre. Et nous espérons que les syndicats sauront rester unis cette fois ci … et la direction moins sourde.

LE COUTEAU SUISSE

Tel serait le manager idéal : un couteau suisse. Non seulement, il doit gérer l’activité du service, voire les suppressions de postes dans son périmètre, mais il devrait en outre pallier à l’absence de ligne RH (permettant au passage à la direction de réaliser des suppressions de postes en filière RH…). Le nouvel avatar est hérité de la dernière loi sur la formation qui ajoute l’entretien professionnel à celui d’évaluation. Celui-là n’est pas obligatoirement très compliqué à tenir puisqu’il est sensé faire le point sur l’évolution professionnelle du collaborateur... Mais si l’on y ajoute les injonctions RH sur le leadership dans les évaluations, la charge devient lourde et la soupe indigeste. Les nombreux messages de communication et d’explication n’y feront rien, les risques de dérapage sont sérieux dans pas mal d’endroits, principalement parce qu’on aura confondu manager et fonction RH. Tout comme la confusion entre le « feedback régulier » (entre un manager et un salarié) et la demande de 360° incitée par la DRH dans son guide Evaluation … ce qui n’est pas autorisé par l’instruction N°13.672.

HOLD UP

6 milliards d’euros pris dans les poches des salariés, contre (peut-être) 300 millions versés par le patronat qui devraient de toutes façons rapidement être compensés par une baisse équivalente des cotisations «accident de travail». C’est donc la solution qu’auront trouvée la CFDT, la CFTC, la CGC pour financer les 8 milliards nécessaires aux complémentaires retraites en 2020, face à un MEDEF qui refusait de verser 1 kopeck tandis qu’il empochait 40 milliards en CICE. Ce marché de dupes, inéquitable et inefficace, devrait avoir un impact négatif sur les PTA (départs 3 ans avant la retraite) à la SG. La CGT va demander à la direction de compenser toute décote éventuelle.

 

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 cgt567-nao-2015

 

LE CAS DE DINARD

Les réunions sur l’avenir du réseau se suivent à un rythme plutôt élevé depuis début septembre. 2 nouvelles rencontres se sont déroulées les 13 et 16 octobre. Elles ont essentiellement servi à examiner les conditions du futur maillage de la SG, des modifications de l’accueil dans les agences et des modalités qui vont encadrer tous ces bouleversements. Si nous pensons qu’une des clés pour l’avenir est effectivement de monter en expertise pour répondre aux besoins des clients, ce qui  nécessite donc un investissement sans précédent en termes de formation, nous restons en opposition sur certains aspects de la stratégie 2015-2020 qui résultent manifestement d’une logique purement financière. Ce fût le cas lorsque l’on a constaté que les éventuelles fermetures d’agences en 2016 allaient générer 141 postes en moins (soit une réduction de 66%) ! … Comme si le fait que le client vienne moins à l’avenir en agence faisait disparaître mécaniquement le travail engendré par les relations par téléphone, par mail, qui sont en augmentation. … Comme si le regroupement de la clientèle sur une autre agence allait faire disparaître les contacts dans l’agence regroupée. A l’inverse, nous pensons que nous devrions plutôt chercher le développement de l’activité pour saisir l’opportunité créée par le numérique. Ce fût aussi le cas lorsque Pascal Mère est venu nous présenter les conditions à remplir pour que l’accueil d’une agence soit supprimé (« agence entre 4 et 9 salariés, peu fréquentée, des outils permettant la mutualisation et un aménagement qui soit assez transparent pour ne pas laisser un client seul et perdu dans un hall vide »). Des propos contredits illico par le fait que la direction de BDDF envisage, par exemple, de supprimer l’accueil à Dinard, dont la clientèle est nombreuse, plutôt âgée, peu habituée aux nouvelles technologies et – pour couronner le tout - plutôt aisée. L’explication est simple : la direction veut supprimer 141 postes en même temps que l’accueil de 140 agences. Il y aura donc certaines copies à revoir pour rester dans la stratégie tournée vers l’amélioration de la relation clientèle tout en respectant les critères définis, l’intérêt économique de l’opération et le sort de chaque salarié. Nous avons exigé que les représentants du personnel, élus par les salariés soient intégrés dans l’examen de la situation de chaque fermeture et chaque suppression de l’accueil. C’est une nécessité absolue si l’on pense vraiment que « le projet ne peut réussir qu’avec l’adhésion de tous »… et ce serait une véritable révolution, car on est plutôt habitué à BDDF à décider pour les autres et à imposer à tous.

EDOUARD AUX MAINS D’ARGENT

Notre DRH Edouard Malo Henry aura pris un recul planétaire pour faire un point de la situation dans la Tribune du 15 Octobre. L’occasion de prodiguer aux lecteurs que nous sommes un résumé des différentes réorganisations qui touchent le groupe et des défis qui s’offrent à tous. Côté people, on y apprend que, tout fraîchement formé à Twitter, il place beaucoup d’espoirs dans les Mooc (prononcez mouc pour être dans le vent) : « Il s’agit là de la révolution numérique de la formation, il n’y a plus besoin de prendre le train ou l’avion et de s’enfermer dans une classe.». Comme le directeur des relations sociales,  en bon soldat,  venait juste de nous faire le pitch la veille lors de la négociation Egalité Professionnelle, nous avons demandé que ces cours en ligne soient bien dispensés sur le temps de travail et que cela soit bien précisé dans l’accord.

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 CGT566-charges-daccueil

 

VIOLENCE SOCIALE

L’échauffourée, lors du CCE d’Air France, a suscité la vertueuse indignation de nos hommes politiques qui n’ont pas hésité à reprendre le langage de leurs aïeux versaillais pour fustiger les « voyous » et la « chienlit » comme au temps de l’ordre moral du XIXème siècle. Il est vrai que Monsieur de Juniac y a laissé sa chemise, lui sera-t-elle remboursée par la Compagnie ou déduite de sa retraite chapeau de 150 millions ? L’affaire n’est pas sans précédent, même à la Société Générale. Lors du plan social de 1993, le PDG d’alors fut sorti du CCE sous la protection des militants de la CGT après avoir annoncé la publication d’une liste de 4700 licenciables. Ou encore lors de la tentative de la BNP de prendre le contrôle de la SG, lorsque le personnel SG prit d’assaut des agences du prédateur. Et aussi fin 1999, quand certains tentèrent de faire le coup de poing pour franchir les portes lors du blocage des Tours SG par les militants des syndicats … rien qui ne suscita alors plaintes, arrestations et poursuites pénales. Ce qui est nouveau, c’est le déchaînement à l’encontre de salariés désespérés par les plans de suppressions d’emplois qui se succèdent et la criminalisation de leurs actes de colère, ou plutôt, c’est un bond en arrière, le retour au temps où les syndicalistes, les grévistes risquaient la prison. N’est-ce pas l’expression d’un pouvoir politique et économique de plus en plus coupé des gens et qui n’a plus que ses règles pour imposer sa vision de la société ? Dans le même temps, la destruction engagée du droit du travail et la réduction des prérogatives des institutions représentatives du personnel vont de pair pour affaiblir toute velléité de résistance. Le calcul n’est pas sans danger cependant, car il peut conduire aussi à l’explosion sociale.

O TEMPORA, O MORES

En 2012, touchées à l’époque par la crise de liquidité en dollars, la direction avait voulu supprimer les activités de financements, notamment sur les secteurs de l’aéronautique, le shipping … En lien avec les salariés concernés, la CGT était alors intervenue pour convaincre la direction de ne pas tout supprimer, mais de conserver des équipes prêtes à rebondir avec la future reprise du marché, que nous espérions. L’idée, que nous partagions avec les salariés à ce moment là, était de conserver l’expertise et le savoir faire en interne pour pouvoir réagir le moment venu. Il nous semblait que c’était une erreur de stratégie de fermer le robinet de  ces activités, de jeter dehors un savoir faire précieux et les équipes avec... C’est donc avec un certain plaisir que nous avons écouté Pierre Palmieri décrire, devant le CE des Centraux, son projet de réorganisation qui selon lui « s’inscrit dans les objectifs de croissance de la ligne métier GLFI ». Pour Pierre Palmieri, c’est un projet motivant qui s’inscrit dans un plan de développement et de création d’emplois aussi bien à Paris que dans les grandes implantations à l’étranger. Il ajoute que cela va améliorer la façon dont les salariés travaillent au quotidien, avec un circuit de prise de décision plus court et plus rapide à l’avenir. L’occasion pour nous de nous auto-féliciter, pour les élus de la CGT au CE de voter « pour» le projet, et pour la délégation patronale de repartir avec un Pierre Palmieri tout bien habillé !

Les infos sous format PDF se trouvent ici

CGT565 violences

LE COUP DES 400

L’ensemble des médias aura repris, en boucle, l’annonce fracassante communiquée par une fédération syndicale concernant la fermeture de 400 agences de la SG d’ici 2020. Commencer ainsi une négociation sur l’avenir du réseau Société Générale aurait été une véritable provocation de la part de la direction. Ce qu’elle s’est bien gardée de faire. D'autant que la direction sait qu’elle devra compter avec la réaction de son personnel qui a su démontrer sa capacité à s’emparer de son avenir. Les "400" seraient, selon elle, une hypothèse de travail, qui résulterait de "choix qui ne sont pas tous mûrs". Pour nous, l'heure est à discuter pied à pied de ces choix et pas du montant de l'addition. C'est cette confrontation qui pourra faire varier la trajectoire afin qu'elle s'oriente plus vers la satisfaction clientèle par des investissements et un accompagnement pour l'ensemble des métiers concernés, plutôt qu'à mettre tout en œuvre pour délivrer la promesse faite aux actionnaires de diminuer le réseau de 20% pour assouvir leur exigence de rentabilité déraisonnable. La direction va devoir choisir très vite entre les 2 discours contradictoires qu'elle tient : l'amélioration de la relation clientèle co-construite avec son personnel ou une logique purement financière. C'est sur cette ambigüité que l'annonce des 400 fermetures a retenti, dans l'inquiétude et l'indignation des salariés et d'une bonne partie de la clientèle. Il est donc hors de propos de parler d’un plan en termes de suppressions d’agences et de suppressions de postes que les syndicats n’auraient plus qu’à gérer dans le temps. C'est dans ces conditions qu'après la présentation le 17 septembre dernier par Laurent Goutard du plan stratégique de BDDF, s'est déroulée la première réunion de négociation le 30 Septembre (cf compte-rendu sur nos sites intranet ou internet). Trois autres réunions sont prévues sur «l’avenir du réseau» avec les organisations syndicales dans les prochaines semaines. Les fermetures d'agences seraient décidées par la Direction de la DEC de concert avec la DR, avec l'appui d'«outils géomarketing» permettant d'étudier les habitudes des clients vis-à-vis de la banque, les opportunités liées aux baux commerciaux et aussi la capacité à gérer le personnel. Pascal Mère a commencé à expliquer qu'il pouvait identifier les premières fermetures d’agence et qu’il les a localisées de façon concrète"... Nous avons exigé, tout aussi concrètement, d’avoir une explication sur les « outils géomarketing » avant de juger de la nécessité, ou non, d’une fermeture d’agence et d’examiner chaque situation. A la CGT qui lui posait la question de savoir si le Groupe prendrait en charge le coût social, notamment de la formation nécessaire, et de ralentir le projet pour prendre en compte la démographie réelle de l’entreprise, Stéphane Dubois, le nouveau DRH de BDDF a répondu que la «transition sera adaptable en fonction de la réalité», que « notre défi n’est pas tant de "laisser personne sur le carreau », mais bel et bien de faire en sorte que chacun trouve sa place dans le dispositif cible». Mais c’est au pied du mur qu’on verra le maçon.

OBJECTIF EGALITE REELLE

Une récente enquête de la DRH (« Confiance et Mixité ») auprès de 5.700 salariés plaçait comme remède N°1 aux inégalités un accord avec les syndicats. Ca tombe bien ! Des négociations ont lieu actuellement pour renouveler les accords "Egalité Professionnelle" et "résorption des écarts salariaux", qui arrivent à échéance. Ce dernier accord, signé par tous les syndicats (sauf la CFDT) aura permis de rétablir le salaire de 2.639 femmes depuis 3 ans. La direction devrait maintenir les dispositifs actuels en termes de gestion du congé maternité, de promotion et de rémunération. Un nouveau projet d'accord devrait nous parvenir d'ici le 8 octobre.

 

Les infos sous format PDF se trouvent en suivant ce lien

 

cgt564

CA S’INVENTE PAS !

L'annonce des 420 suppressions de postes effectuée, la tension est montée illico dans les secteurs concernés des services centraux. Les amphis organisés par les directions sont tendus – comme celui destiné aux managers d’OPER organisé par Christophe Leblanc. A BDDF, Stéphane Dubois, dépêché précipitamment pour venir expliquer les suppressions à BDDF/HUM et rassurer les concernés, est resté un peu sec quand un salarié lui a benoitement demandé « c’est bien beau de délocaliser, sans licenciement, mais qui va payer nos retraites ? ». Les premiers documents correctifs de la DRH des dossiers officiels de consultation, remis à la hâte aux représentants du personnel, nous ont été transmis et sont disponibles sur nos sites. Les dates des consultations des instances se bousculent et se chevauchent jusqu’à la fin de l’année. En attendant les managers s’arrachent les cheveux pour savoir comment ils vont faire tourner la boutique qu’ils avaient déjà du mal à gérer avec les suppressions de postes précédentes … et là, parmi ce bouillonnant tsunami, la lumière jaillit ! «Life at work» a trouvé la solution. En fait, le problème n’est pas le sous effectif, ou la surcharge de travail… c’est la «dispersion». Pour y remédier, « Life at work » crée 3 ateliers jusqu’à l’apothéose courant novembre, une conférence accessible à tous. C’est balo, on aurait pu y aller … mais c’est pas tout ça, on a du boulot – justement à cause des nombreux projets menés en parallèle, les réunions, et tutti quanti. Et puis comme disait Bernard Blier : «Moi, quand on m’en fait trop, je correctionne plus, je disperse…».

COST- KILLERS

C’est une constante dans les décisions prises par la direction ces dernières années : faire des économies, le plus souvent aux dépens des salariés. Il suffit de se rappeler les décisions de vider les négociations annuelles sur les salaires de toute substance en ne proposant rien, de supprimer les augmentations de capital réservées aux salariés, de tenter de rogner sur la mutuelle, etc. Et, bien entendu, il y a les vagues de réorganisations pour cause d’efficacité opérationnelle. Qui oserait contester un tel motif et plaider pour l’inefficacité et les gaspillages ? Pourtant,derrière le terme anodin d’efficacité opérationnelle se cache avant tout une intensification toujours plus grande du travail, peut-être jusqu’à mener les équipes au point de rupture. Ainsi, la filière Finance (DEVL principalement) et OPER vont-elles supprimer des dizaines de postes alors même que leurs responsables admettent que la charge de travail augmente ? Comment ne pas mettre cela en rapport avec l’augmentation spectaculaire des arrêts de travail pour maladie ces dernières années ? Pas étonnant que le point faible du baromètre employeur soit la stratégie de l'entreprise (une minorité pense que les décisions stratégiques du Groupe vont dans le bon sens) malgré une fierté d'appartenance prononcée. Cela fait quand même bizarre de voir que les dizaines de millions d’euros versées par l’Etat à la SG dans le cadre du CICE servent à financer les suppressions d’emplois en France et les stock-options des mandataires sociaux.

 

Les infos sous format PDF se trouvent en suivant ce lien.

 

cgt563-flexjob-lanti-dispersion

400 FOURMIS EN MOINS

Quelques jours après l’annonce des 850 millions d’économies pour 2015-2017, la Direction nous a conviés aux concertations sur 5 projets de réorganisations des filières centrales. Ce fût aussi l’occasion, pour nous, de mettre en avant le décalage entre cette annonce d’un nouveau plan d’économies et la nécessité d’investir pour l’avenir. «Le plan d’économies repose sur des initiatives capillaires, des opportunités que nous pourrions saisir et une simplification de nos filières» nous a répondu le stratège de la Direction. D’ailleurs, «tout le gras généré ira effectivement vers cet investissement nécessaire». Les 400 coupes de la Direction qui nous ont été annoncées depuis, en font partie.

URBI, LA CONTINUITÉ

Le précédent plan de réorganisations des services centraux datait de 2013. Annoncé en pleine crise, il avait généré près de 550 suppressions de postes. Ces projets à peine achevés pour certains et malgré des résultats satisfaisants, la Direction est venue nous présenter la nouvelle vague 2015-2017. En tout, 400 nouvelles suppressions de postes toucheraient GBS (113 dont 89 OPER/FIN & OPER/OTC, 15 FIND/MPC/MAC, 9 ITEC), SGSS (55 dont 10 à Paris et 45 à Nantes), COM (31), DRH (59) et 98 pour la filière Finance (DEVL principalement). Si l’accord de février 2013 est une vraie garantie contre les licenciements et assure au salarié que son activité ne sera pas supprimée tant qu’une solution convenable pour lui n’a pas été trouvée, il n’empêche que cette nouvelle vague de suppressions de postes va générer de nouvelles difficultés dans des équipes parfois déjà durement touchées en 2013. C’est ce que nous avons fait remarquer à la Direction, qui nous a concédé un suivi vigilant par les CHSCT pour vérifier que les suppressions de postes ne provoquent pas une surcharge de travail. Il lui faudra, avant, venir plancher devant le CE des Centraux pour justifier chaque suppression. Les 188 postes en moins de la DRH, de la Com et de la filière Finance se feront dans le cadre d’un PSE (application du chapitre 3 de l’accord du 13 février 2013). Les 113 de GBS et les 98 de SGSS se feront au fil de l’eau. L’ensemble des documents (comptes rendus des réunions, projets de la direction) sera disponible sur nos sites intranet et internet.

ET ORBI, LA RUPTURE

Laurent Goutard s’y était engagé. La première concertation sur l’avenir du réseau a eu lieu le 17 septembre. Il est venu expliquer aux syndicats la stratégie de la Direction pour les 5 prochaines années. Il y a des éléments incontestables (les clients changent de comportement), mais miser exagérément sur le numérique serait une erreur. Notre clientèle n'est pas exclusivement constituée de "young urban people" et le client n'attend pas une relation totalement déshumanisée. Les mouvements de protestation à l'encontre de la généralisation des plateformes téléphoniques sont un signal. Des choix stratégiques, que nous contestons, sont franchement inquiétants. Ainsi, l’abandon du conseiller dédié pour chaque client lambda est une rupture avec la stratégie actuelle, voire bien au-delà, de notre modèle de banque universelle – accessible à tous, de partout, pour tous les services. Ces choix mettent aussi de côté les comportements actuels de la clientèle qui voit dans son conseiller la personnalisation de la confiance, de la qualité du service et fait dangereusement pencher la SG vers une banque réservée "haut de gamme", ce qu’elle ne peut, ni ne doit être…

 

Les infos sous format PDF se trouve en suivant ce lien.

 

cgt562-les-400-coupes

C’EST POUR NOTRE BIEN

La méthode est désormais bien rodée. Préparation des esprits probatoire avec l’ouverture d’une campagne de 4 mois sur le thème « le Code du travail est trop compliqué et illisible », variante de celle du pouvoir précédent « le Code du travail a trop de pages ». Nomination d’une débutante au poste de ministre du travail pour garder la maîtrise, activer son relais syndical CFDT, faire mijoter en consacrant quelques semaines au « dialogue social », les syndicats seront reçus par la ministre, puis on passera aux décisions, avec recours au 49-3 si ça flotte un peu trop chez ceux dont l’avenir personnel dépend d’électeurs incontrôlables. Ainsi fonctionne cette nouvelle théocratie politique, dont le langage est l’art de dire en faisant le contraire de son propos, toute aux ordres du véritable pouvoir, le pouvoir économique. Car qu’y a-t-il dans les prémices de cette profession de foi de Manuel Valls : plus de souplesse, mais pas moins de protection ? Des recettes et des exigences patronales récurrentes et pas encore satisfaites dans la précédente et récente réécriture du Code du Travail telle la fin de la hiérarchie des normes. C’est la clé de voûte du détricotage par le bas des droits et garanties pour les salariés du secteur privé. Pour l’heure, impossible de signer un accord d’entreprise ou une convention collective qui soient moins favorables que la loi. Ainsi, lorsque nous avons négocié les PSE de la SG, nous avons pu nous appuyer sur ce principe pour couper court aux tentations d’accompagner les reclassements de baisse du salaire. Ce ne serait plus le cas, il suffirait d’un accord d’entreprise, et l’on connaît les moyens de pression du patronat pour obtenir ce qu’il veut, et un tel accord autoriserait à déroger aux garanties minimales de la loi ou de la convention dans des domaines aussi larges que l’emploi, le temps et les conditions de travail et enfin les salaires. Un autre grand principe de droit serait mis au rancart : l’accord collectif en matière d’emploi se substituerait au contrat individuel, entraînant ainsi des indemnités de licenciement simple réduites au lieu d’indemnités de licenciement économique en cas de refus du salarié… précisément ce que la SG a tenté de nous faire cautionner dans l’accord relatif au transfert des postes à Val de Fontenay ! Il faut dire que c’est un orfèvre qui a préparé le terrain pour le gouvernement, ce qui en dit long sur la volonté de ce dernier. Jean Denis Combrexelle fut pendant 12 ans un Directeur Général au Ministère du Travail dont la carrière fut émaillée de décisions favorables au patronat, mais désavouées par la justice régulièrement. Tellement efficace qu’il officiera sous 8 ministres de droite et de gauche. Il appartient à cette clique de hauts fonctionnaires qui n’a jamais travaillé dans une entreprise du secteur privé, bien qu’il vienne peut-être y pantoufler un jour, et qui sait mieux que nous ce qui est pour notre bien. Ses coreligionnaires qui ont choisi la carrière politique constituent avec lui cette théocratie qui nous gouverne et veulent en finir avec un droit du travail construit sur « le principe de faveur », c'est-à-dire un ensemble de droits favorables au salarié, imposé à l’employeur. La mondialisation a permis aux multinationales de s’en affranchir en délocalisant leur activité, il s’agit désormais de permettre de s’en libérer sur place. Ce n’est pas le XXIe siècle que Manuel Valls construit, c’est un retour à l’ordre du XIXe !

 

Les infos sous format PDF se trouve en suivant ce lien.

cgt561-35h 

 

LES DUNES ENSABLÉES

La première commission de suivi du projet de transfert à Val de Fontenay s’est déroulée le 3 septembre. La direction était représentée par le duo habituel des commissions de suivi, Dominique Barbier et André Guy Turoche. L’occasion pour la direction de nous livrer un état des lieux statistique : sur 2.300 salariés, 209 ont reçu une lettre en qualité de prioritaires à la permutation de poste (due à leur temps de transport), 416 en qualité de bénéficiaires des mesures d’accompagnement, 1.479 ont seulement été informés du transfert de leur poste vers VDF. 1.354 salariés des entités concernées (mais dont le poste ne migre pas) ont reçu un simple mail… qui leur permet cependant de demander à bénéficier du transfert – 19 salariés se sont déclarés volontaires. A l’heure actuelle, 134 personnes (prioritaires en terme de temps de transport) ont demandé un rendez vous à leur RH, ainsi que 48 salariés prioritaires (au vue de leur situation individuelle) et 30 demandes ont été effectuées pour d’autres raisons personnelles. Il y a pour l’instant, 27 demandes de PTA (plan de transition d’activité) et 67 contestations officielles des temps de transport – dont 19 ont reçu une réponse favorable, 18 un refus, le reste est à l’étude. Il faut dire qu’au-delà des chiffres, Dominique Barbier a reconnu que la direction avait eu beaucoup de questions sur les temps de transport. Pas étonnant, puisque la direction a sous traité la gestion des temps de transport à une filiale de la RATP et de la chambre du commerce de Paris dont les simulations ne sont accessibles que sur demande…. Nous avons eu de longs moments de discussion sur les modalités de calcul de ces temps de transport, et nous retiendrons une seule chose : si vous avez des interrogations sur les temps de transport, venez plutôt nous voir ! Nous avons aussi saisi l’occasion pour revenir sur certains points (le compte rendu complet est disponible sur nos sites). Nous avons exigé que le salarié qui cherche à justifier d’une situation personnelle n’ait pas à transmettre les documents mais juste à les présenter à la RH. Cela évitera de retrouver des documents personnels un peu n’importe où. De même, nous avons demandé que soit rappelé le fait que le périmètre des permutations n’est pas confiné au seul service, mais bien au-delà – même si l’entité d’origine est priorisée.

ILS SONT MIGNONS

Survoltés depuis la sortie au cinéma des Minions, la direction du CRCM de Nanterre s’est un peu lâchée sur l’animation d’équipe en classant les téléconseillers par type de petites bestioles jaunes. Ce qui peut apparaître gentillet au premier abord, devient vite insupportable et infantilisant quand il s’ajoute à la pression quotidienne du flux d’appels et de la dictature du thermogramme. Entre deux appels, les relances régulières par mail sur tel ou tel produit à vendre se croisent avec le tableau nominatif des scores de Minions des différents téléconseillers. Ce qui est parfaitement proscrit dans la maison depuis des années. De son côté, le thermogramme est le résultat d’une brillante réflexion, et certainement d’une bonne intention. C’est un tableau découpant la journée en fines tranches horaires et en plages vertes, oranges, rouges ou noires, pour permettre aux salariés de prendre leur pause ou se mettre en retrait dans les moments les plus calmes. L’exercice atteint ses limites, quand le sous effectif, les vacances et le surcroit d’appels ont fait fondre les plages vertes … et là, c’est plus rigolo du tout.   

Les infos sous format PDF se trouve en suivant ce lien..

cgt-560-rsultats-t3-2015

DÉTRICOTAGE

Le Conseil Constitutionnel a partiellement sifflé la fin des soldes qu’avait ouverts le gouvernement à coup de 49-3. Exit la disposition de la loi Macron sur le plafonnement des indemnités en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le plafonnement mettait à mal un principe fondamental du droit selon lequel tout justiciable a le droit à être pleinement indemnisé d’un préjudice qu’il a subi. Le MEDEF a rouvert le bal en faisant sa rentrée cette semaine devant un parterre de patrons, dont le nôtre. Non apaisée par le pacte de responsabilité et les 41 milliards de baisse des charges, qui n’ont eu jusqu’à présent aucun effet sur l’emploi, l’auguste assemblée a réclamé au gouvernement de «savoir trancher» sur le droit du travail – suivi le lendemain par le N°1 de la CFDT qui juge «les choses trop compliquées pour les salariés». On verra pour l’avenir, en attendant la SG a empoché en 2014, 38 millions de CICE (crédit d’impôt pour développer l’emploi), 26 millions en 2013 … pour annoncer cet été un nouveau plan d’économie de 850 millions d’euros. Ce qui risque réellement de compliquer les choses pour les salariés alors qu’au contraire, il conviendrait d’investir dans l’emploi et la formation, notamment dans le réseau, pour préparer l’avenir.

LES DUNES

La première commission de suivi sur le transfert de certaines activités de la Défense vers Val de Fontenay va se tenir le 3 septembre. La direction nous présentera la rafale de statistiques prévues dans l’accord sur le nombre de «prioritaires», de rdv tenus ou programmés et fera un point d’étape attendu. Ce sera l’occasion pour la CGT de revenir sur l’usine à gaz qui a servi à comptabiliser les temps de transport (délimitant chirurgicalement la liste des prioritaires et bénéficiaires des mesures négociées). Mais nous reviendrons aussi sur l’exclusion des salariés hors Ile de France et sur le sort des collègues qui sont sortis opportunément des dispositifs grâce aux quelques minutes grappillées en indiquant la gare RER de Val de Fontenay (Vs l’adresse de l’immeuble...). Ce sera aussi l’occasion de rappeler à l’attention de certains RH récalcitrants que l’accord prévoit des permutations au-delà du service concerné, et qu’à partir du 1er octobre 2015, ceux qui n’ont pas obtenu la permutation demandée, verront leur poste publié sur la bourse des emplois, afin que ceux qui veulent y postuler, puisse le faire.

TRANSFORMERS

Ce sera le 17 septembre prochain que Laurent Goutard rencontrera les organisations syndicales pour commencer à plancher sur l’avenir du réseau. Une série de réunions devrait être fixée pour échanger sur le plan d’adaptation du réseau des 5 prochaines années. Nous pourrons mesurer si, comme nous le disait Frédéric Oudéa, le client est au cœur de nos préoccupations, ou si c’est plutôt la version « plan d’économie » qui fixe la stratégie de BDDF. En tout cas, la meilleure chance d’avoir un client satisfait, c’est d’avoir un personnel en capacité de bien faire son travail et de répondre à ses besoins. L’adhésion du personnel sera donc une question clé de la réussite du changement. Pour se faire, cela va générer des coûts de formation et de rénovation, et ne doit pas se traduire par une dégradation des conditions de travail.

 

Les infos sous format PDF se trouve en suivant ce lien.

 

cgt559-rentree-2015

LE RETOUR DU VEAU D’OR

Frédéric Oudéa, dans son nouveau costume de DG, a parlé de « changement de culture » pour la Société Générale. Ce n’est pas d’une nouvelle culture dont il est porteur. C’est d’un culte très ancien, celui du veau d’or. Le communiqué annonçant un plan d’économie a été accueilli par une hausse sans précédent du cours de l’action. Message reçu de la part de ceux à qui il était destiné : les encaisseurs de dividendes à qui sont promis par leur grand prêtre la moitié des bénéfices 2015.

TOUR DE VIS EN PRIME

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour avoir les premiers éléments de la nouvelle vague d’efforts que la Direction Générale nous prépare. Malgré «des résultats très satisfaisants», la Direction vient d’annoncer aux marchés un nouveau tour de vis à hauteur de 850 millions d’euros d’économie à horizon 2017. Cette politique de réduction des coûts en vigueur depuis 2008 s’accélère au travers du transfert à Val de Fontenay de milliers d’emplois, de délocalisations, d’externalisations, de suppressions d’emplois par centaines et de la réduction de la présence d’agences et de personnel dans le réseau. Elle va s’attaquer une nouvelle fois aux processus opérationnels. La politique salariale est déjà réduite à son strict minimum : plus d’augmentation collective, hyper-sélectivité des mesures de révisions individuelles, variable hyper discriminant. Il reste donc au Groupe (là, c’est vous aussi) à «poursuivre ses efforts de simplification et d’efficacité opérationnelle». Ces choix stratégiques et leurs conséquences sociales – tant dans le réseau que dans les centraux - seront débattus en septembre prochain, « dans le cadre du dialogue social et de la solidarité » d’après Frédéric Oudéa, si l’on s’en tient aux propos qu’il a tenus devant nous en juillet. Il est cependant très clair qu’après l’annonce de ce nouveau plan, le « dialogue social » consistera surtout à tenter de nous faire avaler la pilule. La CGT ne cautionnera pas et ne se prêtera pas à un simulacre de dialogue dont le seul objectif serait de gérer la suppression de centaines d’emplois supplémentaires pour le seul bénéfice des actionnaires alors qu’au contraire, il conviendrait d’investir dans l’emploi et la formation notamment dans le réseau pour préparer l’avenir.

VOYAGE AU TRAVERS DES DUNES

Ce qui est toujours étonnant, ce n’est pas de découvrir que la direction contourne les dispositifs d’un accord qu’elle vient de signer… mais comment elle le fait. L’imagination est au pouvoir. Après avoir passé des dizaines d’heures pour définir le cadre dans lequel les salariés concernés par le transfert vers Val de Fontenay pourraient faire valoir une situation personnelle ou un temps de transport qui s’allonge un peu trop à leur gout, les bonnes vieilles habitudes de la RH ont repris le dessus. La liste des salariés prioritaires n’est basée que sur les temps de transports. Il faut que nous intervenions pour faire accepter un rdv demandé par un salarié qui voudrait faire valoir une situation particulière. Le calcul même des temps de transport dépend d’une usine à gaz mise à disposition par une filiale de la RATP (et donc, non accessible au salarié concerné !). Le «nouvel immeuble n’ayant pas d’adresse», le calcul est effectué jusqu’à la gare de VDF, ce qui permet de gratter les 1 ou 2 min qui excluent des dizaines de prioritaires. Nous intervenons sur des temps de transports sous estimés et pour les salariés qui voudraient faire valoir leur situation particulière, à qui on fixe des rdv en octobre, alors que des rdv sont possibles en août. Mais le périple continue.

Les infos sous format PDF

cgt558-vacances-2015-3

 

 

TRANSFORMERS
Les rumeurs filaient bon train depuis quelques semaines (voire plusieurs mois). La dernière rencontre trimestrielle avec le PDG datait de mars dernier ... de quoi nous étonner de ne pas être reçus «au 35ème» avant la traditionnelle trêve estivale, comme d’habitude. La convocation n’aura pas tardé et nous voilà donc, une nouvelle fois, conviés le 9 juillet à 17h00 par l’ex Président, devenu Directeur Général. Les résultats du T2 pas encore connus, c’est un discours positif que F. Oudéa a voulu délivrer. La Grèce ? «Tout le monde me demande ! …. Mais non ! On n’y est plus depuis 2013 !» dit-il d’un air satisfait. «Personne n’en connaît l’issue. Il faudrait une réponse politique forte … je crains un accord insuffisant, et que l’on entende encore parler de la Grèce dans 6 mois». La Chine ? «J’en reviens !... bon, le ralentissement est logique, après une période de grosse croissance». La Russie ? «Il n’y a pas eu de surprise… le dialogue avec les Européens continue». «Toutes ses incertitudes n’ont pas pour autant entraîné une grande volatilité sur les marchés». Le DG a martelé son credo contre le compromis qui se mettait en place au niveau européen contre les banques universelles. La situation est tellement hallucinante pour lui qu’en visant ce compromis, les exceptions faites aux banques GB et aux filiales US présentes en GB, «on découpait tellement chirurgicalement qu’à la fin, la séparation des activités touchait 10 banques – dont 4 françaises ! Ce qui laisse la place aux banques US». Bilan : «Il ne faut pas relâcher la transformation et continuer à travailler sur nos coûts». Sur le Réseau ? «C’est notre obsession !» … «On doit réfléchir sans tabou et trouver le dispositif cohérent, avec des processus plus efficaces». Pour la Direction, les process sont lourds, avec un nombre d’intervenants dans les décisions beaucoup trop important. Pour le DG, «ça va pas être facile… mais ne rien faire, c’est aller au drame dans 5 / 10 ans». Ce n’est pas le seul sujet de réflexions de la Direction. Les fonctions support vont être remodelées. «Nous avons une réflexion sur l’optimisation pour aller vers plus d’efficacité. Notre horizon est sur 5 ans». La CGT est intervenue sur «la transformation». Chaque projet, chaque réorganisation sont précédés d’une vague de rumeurs, plus ou moins alarmistes les unes que les autres. Nous avons déjà été informés d’éventuels PSE dans tous les secteurs de la maison, d’une fusion avec Dexia, etc. Le projet de Val de Fontenay a aussi suscité la crainte de vente des activités regroupées en silo, de délocalisation. Nous avons rappelé à F. Oudéa la nécessité de rencontres plus fréquentes avec L.Goutard – qu’il avait lui-même acceptée. Nous sommes aussi intervenus sur les enquêtes US en cours sur les embargos et la procédure concernant les “US person”. Pour notre hôte du 35ème, les rumeurs ? «Certaines sont fantaisistes !… Dexia, externalisation de VdF»,... Il a appuyé son discours en rappelant que « les transformations se sont faites dans le cadre du dialogue social et de la solidarité... que ceci va continuer». Des concertations sur ces différents projets sont prévus pour la rentrée avec les représentants nationaux des syndicats. En attendant, nous avons appris la nomination du big boss de Bangalore (depuis 2011) comme patron de la transformation ... que nous ne souhaitons pas voir rimer avec délocalisation.

 

Les infos sous format PDF

cgt556-vacances-2015

 

 

COMME LARRONS EN FOIRE

Ce n’est pas un hasard du calendrier si, au moment où l’assemblée « examine » l’amendement Macron qui vise à réduire le recours des salariés contre les licenciements injustifiés aux prud’hommes, le patronat bancaire de son côté tente de réduire leur droit de le contester devant la commission de recours de branche. Les deux vont dans le même sens, rétablir la « liberté » de licencier pour le patronat sous couvert de faciliter les embauches… La commission de recours a remplacé le conseil de discipline, qui était un organe paritaire dont les membres représentants des salariés étaient élus. En 2000, pendant la négo de la convention collective, les banques ont voulu se débarrasser du conseil et de son élection, calqué sur le modèle de ceux de la fonction publique. De notre côté, nous ne tenions pas forcément à le maintenir, car les conseils n'avaient plus de caractère vraiment paritaire et ils étaient paralysés, les membres désignés par les banques étaient systématiquement pour la sanction, les salariés contre. Le compromis s'est établi sur la création d'une commission de recours, qui devait permettre une discussion et ainsi éviter cette paralysie qui conduit inévitablement à la multiplication des procédures prud'homales. Le MEDEF fait d’ailleurs le même genre de proposition. Il en va tout autrement de la suppression du caractère suspensif du recours que le patronat bancaire réclame aujourd’hui, car dans ce cas, il n'y a plus aucun intérêt à s'adresser à la commission de recours, autant engager directement une procédure prud'homale. Le principe même d'un recours est qu'il est suspensif, si la sanction est exécutée, il n'y a plus aucune chance de revenir en arrière. On passe alors dans le domaine de la réparation du préjudice, privilège judiciaire. Enfin, ce ne sont pas quelques cas abusifs de recours qui doivent servir de prétexte à une régression pour tous ! C'est toujours pareil, on met en exergue quelques dérapages pour cacher le véritable objectif, en l’occurrence, se débarrasser d'une gêne à la liberté de licencier et au pouvoir de l'employeur. C'est pourtant un mauvais calcul, car la commission doit justement éviter que les conflits finissent au tribunal, c'est la raison même de son existence.

DOUBLE PEINE

«Vous avez jusqu’au 7 août pour déclarer vos enfants à charge pour bénéficier des aides accordées par la Société Générale ». Enfin, presque … L’attribution de ces allocations découle d’instructions maison (N°004415 et 004416) qui prévoient le versement aux salariés rémunérés (en solde entière ou demi solde). En 2006, nous avions déjà fait modifier la rédaction de ces instructions. La direction avait alors accepté d’élargir les allocations enfants aux concubins sous réserve qu'ils fournissent une attestation sur l'honneur de vie en concubinage avec, en annexe, la photocopie de la page de la déclaration fiscale du concubin ou de la concubine mentionnant le nom du ou des chérubins. La dernière commission de suivi de l’accord Handicap a été l’occasion pour les représentants CGT de demander le versement de ces allocations pour les salariés qui en sont privés car leur handicap fait qu’ils n’ont plus de rémunération par la SG (tout comme les  absents longue durée). Comme si leur handicap avait une influence sur la scolarité de leurs enfants, ou le coût de leurs vacances … La réponse est en cours de réflexion. En espérant l’avoir avant le 7 août, cut off pour la campagne de déclarations 2015.

 

Le document en PDF

 

cgt555-pickpockets

 

EXIT TECHNOPOLIS 

…. Bienvenue sur Les Dunes ! Welcome to the Dunes ! Puisque c’est ainsi que le nouvel ensemble d’immeubles de Val de Fontenay devrait s’appeler. L’annonce du nom aura été faite au Comité d’Etablissement des services centraux lors de la consultation finale concernant le projet de transfert. La CGT a saisi l’occasion de cette consultation, purement formelle, pour rappeler ses réserves sur l’accord signé avec la direction et toutes les organisations syndicales. Grand bien lui a fait car l’amphi de présentation de la Direction destiné aux managers marquait un parti pris qui démontre une nouvelle fois que les salariés – qui le voudront – auront besoin d’une aide et de conseils avisés de représentants déterminés pour faire appliquer leur droit. La CFTC et le SNB ont voté pour le projet et nous nous sommes abstenus en rappelant notre opposition à la Direction qui considère que La Défense et Val de Fontenay sont un seul et même bassin d’emploi … La canicule de cette semaine nous aura ramenés sur le plancher des vaches et aura rappeler cruellement aux « voyageurs d’Ile de France » que les transports ne sont pas seulement une histoire de kilomètres, ni de temps théorique …. Mais qu’un poney sur les rails, un coup de chauffe ou une caténaire qui fond peuvent bloquer tout un réseau SNCF, presque comme une sardine a pu bloquer le Port de Marseille. Suite à la consultation, la Direction va envoyer une lettre d’explication aux salariés concernés vers le 8 juillet (en fait, ce sont 4 lettres types qui vont partir… aux personnes concernées, aux prioritaires, aux bénéficiaires, et aux autres). S’en suivra une période jusqu'au 1er octobre où chaque salarié concerné aura pu se manifester, s’il le souhaite, auprès de sa RH (et de nous s’il souhaite prendre un minimum de précaution) pour faire valoir le fait qu’il ne veuille pas faire la traversée de Paris. Les dérives existent déjà et nous avons déjà saisi la commission de recours sur celles remontées d’interprétation par certains HRBP des dispositifs (ils n’avaient pas dû recevoir les dernières versions de l’accord que nous avons pourtant envoyées partout …). Nous avons d’ailleurs rappelé, notamment au CE, que l’idée hallucinatoire d’un monde « sans poste de travail dédié » était potentiellement risquée pour le salarié. Sous une fausse couche de modernité, elle cache mal l’ambition de diminuer encore les coûts (qui le sont déjà par le projet : - 4.000 euros/an/personne soit 20 millions euros/an). C’est d’ailleurs à ce titre que cette idée a été retirée in extremis du projet d’accord. Le fait que les Echos du 24 juin fassent ressurgir l’idée, comme une certitude, démontre à nouveau qu’il faudra suivre ça de près. D’un autre côté, nous avions proposé dès le début de travailler sur de nouvelles formes d’organisations du travail qui tiennent compte de l’organisation « Est-Ouest », du télétravail et des nouvelles technologies. Un autre chantier sur lequel vous pouvez nous transmettre vos idées et propositions.

LIFE AT WORK 

En fait, crédules que nous étions, nous n’avions pas compris que parfois « Life at work » signifie «passer sa vie au taf». En effet, nous sommes intervenus depuis quelques mois, devant la multiplication des déplacements professionnels à l’étranger découlant de l’organisation et du développement des activités à l’international du groupe. Brandir la charte de l’équilibre vie professionnelle / vie privée et l’accord boiteux sur la QVT, n’a que peu d’effet quand on vous demande par « Esprit d’équipe » de partir le dimanche pour Londres, Bucarest, ou Bangalore… et revenir le samedi suivant, par exemple. La direction nous a répondu qu’elle respectait l’obligation légale de la loi de 2005 qui prévoit une ICD (indemnité compensatrice de déplacement)…. à hauteur de 30€ ! Nous sommes assez éloignés de la règle des 2 jours de repos consécutifs et du jour de récupération en plus, qui s’applique dans le reste de la maison en cas de travail le dimanche ou les jours fériés !

 

Le document en PDF

cgt554-conception-bureau

EGALITE : 2- 1

« En dessous des attentes », c’est le bilan que nous avons fait lors de la commission de suivi de l’accord Egalité Professionnelle (cuvée 2013 -2015). Concernant l’évolution des effectifs, la féminisation de l’entreprise se poursuit, avec 57 % de femmes dans l’effectif total. Mais les femmes sont toujours surreprésentées chez les TMB, et minoritaires chez les cadres. Les recrutements ne suffisent pas à changer les choses (50,2% des recrutements sont des femmes). « On poursuit cet équilibre » a ajouté la représentante de la Direction, notamment en faisant des actions de sensibilisation dans les établissements de formation à forte domination masculine. L’autre levier, la promotion est encore moins efficace : la durée moyenne entre deux promotions accentue l’inégalité : pour les hommes à temps plein elle est de 5 ans et 2 mois, 5 ans et 7 mois pour les cadres. Elle est de 5 ans et 9 mois pour les femmes TMB et pire encore, 6 ans et 1 mois pour les femmes cadres … sans parler du sacro saint variable, dont sont victimes encore trop de femmes autour du congé maternité, malgré les dispositions précises que nous avions obtenues, inscrites dans l’accord signé par la direction. Une « plus grande discrimination sur le variable » et « hyper sélectivité des mesures d’augmentation de la RAGB » ne font pas bon ménage avec un traitement efficace de l’inégalité professionnelle. Il faudra donc revenir sur ce bilan lors des prochaines négociations qui vont s’ouvrir en octobre prochain pour renouveler les accords échus.

TECHNOPOLIS

Pour la fin de la première saison du feuilleton, près de 800 votes auront été exprimés lors de la consultation organisée par la CGT sur la signature ou non de l’accord encadrant le transfert des activités de la Défense vers Val de Fontenay. 64% d’entre eux sont favorables à la signature et 36% contre. Se basant pour la plupart sur les informations que nous vous avions communiquées au fil de l’eau (projets, compte-rendus, etc.), beaucoup de réponses étaient motivées. Nous ne nous trompions pas en écrivant que l’accord ne résolvait pas tout et que la commission de suivi et de recours sera déterminante pour un grand nombre de situations individuelles. Nous avons d’ailleurs déjà commencé notre travail en ce sens, en publiant sur nos sites une nouvelle FAQ (Foire Aux Questions) pour permettre à tous d’y trouver éventuellement la réponse à leur propre situation. Toutefois, si la CGT est signataire de l’accord, conformément aux votes des salariés, ce n’est pas sans réserves (cf sites web). En effet, contrairement à ce qu’a affirmé la direction pendant les négociations, la région Ile de France ne constitue pas un bassin d’emploi ou une zone géographique unique. La CGT a donc tenu à souligner que, de son point de vue, le transfert du lieu de travail de La Défense vers Val de Fontenay, constitue de ce fait une modification du contrat de travail des salariés concernés, nécessitant leur accord individuel.

 

Le document en PDF

2015-06-26

TECHNOPOLIS 

La dernière négociation dans le cadre du déménagement vers Val de Fontenay s’est déroulée le 16 juin. Le transfert peut être lourd de conséquences sur l’organisation et la vie des salariés concernés. Face à ce projet de la direction, la négociation (dont nous sommes à l’origine) a tenté d’apporter des solutions aux salariés en créant des possibilités de permutation entre ceux qui ne veulent pas leur transfert et ceux qui le souhaiteraient mais dont l’activité n’est pas transférée. Ce texte replace les salariés concernés qui voudraient rester sur La Défense dans le cadre d’une mobilité prioritaire. Enfin, des mesures financières ou des aides diverses (1% logement, garde d’enfant) apportent un coup de pouce à ceux qui en auraient besoin. Ce texte ne résout pas tout puisque nous restons sur une position antinomique à celle de la direction. En effet, celle ci affirme être dans son droit en considérant la région parisienne comme un seul et même bassin d’emploi, ce qui aurait pour conséquence qu’un salarié n’aurait d’autre possibilité que de suivre l’affectation imposée par la direction. Ce que nous contestons formellement. Enfin, le projet d’accord permet la création d’une commission de suivi et de recours, dispositif qui a démontré son efficacité lors des réorganisations précédentes (ou PSE) et qui permet de résoudre pas mal de situations pour lesquelles les salariés nous ont saisis. C’est d’ailleurs cette commission qui aura la responsabilité d’émettre des avis sur les recours formulés par les salariés, et de suivre leur mise en oeuvre par la RH ou le Campus Mobilité. Nous avons un avis plutôt favorable à la signature de cet accord, mais fidèles à nos principes, nous consultons les salariés jusqu’au 24 juin et nous nous conformerons à leur décision. A cet effet, un vade mecum a été rédigé par la CGT et est disponible sur notre site intranet.           


E=CRCm4

Tandis que la fête de la QVT bat son plein en la paroisse de la Défense, le torchon brûle dans les CRCM (centres d’appels du réseau SG). En effet, parmi la rafale de rumeurs qui circulent partout, certaines directions ont confirmé que la durée de poste des téléconseillers passait de 3 à 4 ans … sous couvert «d’équité» avec les collègues conseillers des agences. Une façon de ripoliner l’histoire puisque la durée des postes en agence a été allongée depuis quelques années pour répondre à la demande des clients, insatisfaits de voir changer trop souvent leur conseiller dédié. Au-delà donc du fait que BDDF envisage de supprimer le conseiller dédié dans les agences, les directions des CRCm ont confirmé, par çi par là, les bruits de couloirs sur la durée de poste : « Heu… En effet ... heu… il se peut que … par souci d’équité… blabla… 4 ans», PAF ! Le changement de règle du jeu peut paraître insignifiant pour celles et ceux qui n’ont pas passé une journée sous un casque pour répondre aux clients, avec 3 secondes entre chaque appel. Nous sommes trop souvent intervenus pour apporter des mesures correctives à l’organisation du travail (atypique pour un salarié SG), pour ne pas mesurer la sentence. La direction nous répondait alors que la durée de poste, courte, accompagnée d’un contrat de travail SG rendait la situation supportable aux salariés concernés… D’où l’effervescence naturelle et compréhensible des téléconseillers à qui on annonce 1 an de plus dans le purgatoire. Il n’y a pas que sur les plateformes que la situation se tend. Les réunions se multiplient dans le réseau pour annoncer « la » réorganisation de septembre, et les annonces sont plus catastrophiques les unes que les autres. La tension était déjà assez forte avec les PPI qui ont fait exploser l’activité et nécessité un record historique de recours aux intérimaires. Le nombre de burn out de directeurs d’agences devraient inquiéter la direction de BDDF. A force de tirer sur la corde, certains craquent et se sont pourtant les rouages sur lesquels l’entreprise entend s’appuyer un peu plus encore dans les mois qui viennent.

 

Le document en PDF

 

cgt552-crac-boum-hue

 

TECHNOPOLIS : VERS L’ EPILOGUE

Après avoir négocié au rythme sénatorial, malgré nos demandes depuis plus d’un an, la direction semble vouloir accélérer le plan de marche du projet de transfert vers Val de Fontenay. La négociation prévue le mardi 16 juin pourrait bien être la dernière. En tout cas, elle est prévue non stop, sur la journée, pour rattraper le retard … Il faut dire que la réunion du 8 juin aura encore été l’occasion pour la CGT de revenir sur l’organisation des discussions avec les salariés souhaitant ne pas suivre le transfert, les permutations possibles avec des volontaires et l’inclusion de tous les salariés concernés dans l’accord (y compris les absents, en mission, etc). Cela a aussi permis d’éviter de remettre un chèque en blanc à la direction sur l’organisation du travail. En effet, la CFTC avait proposé de travailler sur le « flex-office»… Une perche que la direction a aussitôt saisie pour proposer la «mutualisation des postes de travail», ce que permettrait le nouvel immeuble high tech. Rien que ça ! Faut reconnaître que la théorie est financièrement alléchante : 1.000 salariés sur 1 jour de télétravail représentent 1,2 poste de travail. En extrapolant à 3.000 salariés en 2016, pour 1 ou 2 jours de télétravail, on pourrait réduire le nombre de postes de travail de 15 à 20%. Comme cette organisation n’est pas possible par équipe (puisque l’accord sur le télétravail prévoit que l’ensemble de l’équipe doit être présente en totalité au moins 1 jour par semaine…), Hugues Fourault a trouvé une réponse : le zoning. On partage les appartements libres d’un quartier entre plusieurs propriétaires. Une « optimisation théorique » dont nous avons exigé le retrait, afin de résoudre en priorité les problèmes qui se posent en termes d’organisation : développement du télétravail, horaires variables, etc. Par ailleurs, nous avons rappelé notre opposition à l’affirmation que "La Défense - Val de Fontenay devait être considérée comme une seule et même zone géographique de proximité pour lequel le transfert des postes de travail constituerait un aménagement des conditions de travail qui s'imposerait à l'ensemble des salariés concernés". Par contre, nous avons soutenu la nécessité d’une plus grande directivité dans les processus lorsqu'il s'agit de trouver et mettre en place des solutions pour aider les salariés qui le souhaiteraient. Le projet de la direction se résume pour l'instant à "en cas de difficultés importantes, le gestionnaire RH examine si des solutions pourraient être aménagées". Nous avons proposé de retenir une rédaction plus incitative, "en cas de difficultés, le gestionnaire RH ou le Campus recherche les solutions à apporter et les met en œuvre".  Nous avons rappelé notre proposition que ce soit "la commission de recours qui statue en dernier ressort sur le caractère légitime du refus de suivre le transfert de son poste par les salariés ayant exercé un recours." La réunion du 16 juin risque donc d’être décisive pour l’avenir des salariés concernés et plus globalement pour ce que Frédéric Oudéa lui-même appelait « ce beau projet que l’on doit réussir ».

PIRATE D’ALICANTE

Le casting bat son plein pour le film qui va retracer l’épopée de J. Kerviel. Il reste quelques places « une nana sexy de 20 ans », « un homme d’affaire asiatique », « la silhouette d’un directeur financier de 50 ans », « des traders de 22 à 35 ans »… La bigoudène et le bipolaire de Pont L’Abbé sont déjà pris. Lieu de tournage sur La Défense entre le 8 juillet et fin août. Ca promet !

 

Les infos sous format PDF

 

cgt551-casting 

 

#TOUTVABIEN2015

Il y a des sujets qui détendent ... ou pas. Une semaine entière est programmée en juin sur la "qualité de vie au travail" (pardon...life at work). Au menu du patchwork : massages relaxants, après la "construction dans la joie d'intervention auprès des clients" avec la solution Lego Serious Play, réflexions sur le sens de la vie, mais aussi des sujets hallucinatoires, prosélytistes, à la limite de la dérive sectaire : "boostez votre productivité et vivre mieux", "méditation en pleine conscience", "réfléchir avec ses mains". Il ne manque plus que les cours de vol yogique et on retrouverait presque le programme de quelques frappés qui ont égayé quelques élections au cours des années 90. Toutefois, cette fois ci, nous avons également droit à un programme plus light et compréhensible au commun des mortels. "Redonner la pêche aux générations Baby-boom, X et Y", "Manager autrement pour réenchanter le travail", "On a tous des supers pouvoirs ! Pour gagner en efficacité et ensemble"... Elle est pas belle la vie ? 

LA WORLD COMPANY

C'est un moment important, officiel parmi d'autres, dans lesquels les huiles apprécient d'être sur la photo. Loin des esprits chagrins, nous ne relèverons pas seulement que peu de monde sur la photo aura agi pour en arriver à cette signature. D'ailleurs, nous verrons qui aura à cœur de le faire vivre. Nous nous félicitons de la signature de cet accord mondial de la Société Générale avec l'UNI, le syndicat mondial auquel nous sommes affiliés. Nous sommes régulièrement intervenus en ce sens, auprès de la Direction Générale, Daniel Bouton puis Frédéric Oudéa, pour prendre en compte l'évolution du Groupe et la localisation des emplois dans le monde, pour engager le débat sur la possibilité de négocier un accord mondial portant sur des droits des personnels et des engagements que la Direction Générale pourrait prendre notamment en matière d’emploi et de reclassement. La CGT avait alors proposé en plus d’intégrer la question des droits pour le personnel prestataire, celles du droit syndical et de la représentation du personnel, et enfin de la «transférabilité » des droits d’une entité du groupe à une autre. Pour l'heure, l'accord signé pour 3 ans confirme les engagements de la banque concernant le respect des droits humains et sa reconnaissance des droits fondamentaux au travail, dont la liberté syndicale. Un petit pas qui en appelle d’autres !

LA SOUPE EST BONNE

Alors que la stratégie déployée avec ardeur par le Conseil d'Administration est depuis quelques années maintenant la rigueur, toute la rigueur, rien que la rigueur, l'information donnée officiellement au CHSCT a fait tache. Les frais engagés pour rénover les locaux de la salle du Conseil d'Administration s'élevaient à près de 105.000 euros en 2014, 180.000 euros en 2015 pour les stores et les menuiseries, 432.000 euros pour rénover la cantine du 36ème. Tout ça bien sûr figure dans la rubrique "amélioration des conditions de travail". Qui osera dire qu'on ne fait rien pour améliorer les conditions de travail ?

 

Les infos sous format PDF

 

cgt550-qvt

L’URGENCE POSITIVE

C’est par ce nouvel oxymore que Laurent Goutard aura qualifié la situation dans laquelle nous sommes pour aller vers la banque de demain. Ce n’est pas l’obscure clarté qui aura qualifié sa présentation devant les représentants nationaux le 21 mai. Bien au contraire, celle-ci aura même été claire et très dense. La concertation sur l’avenir du réseau, entre la direction de BDDF et les organisations syndicales aura été limitée à 2 heures (car le directeur du réseau devait attraper un train par la suite). Il est donc entré dans le détail des réflexions du réseau et a présenté la feuille de route pour 2016-2020. « La clé de voûte pour progresser reste notre relation avec le client» aura-t-il pris soin de rappeler. « Mais la rupture qui sera faite, sera irréversible, tant pour le client que pour les salariés ». Nous aurions à effectuer cette révolution lente dans une «urgence positive » (celle qui nécessite de prendre des décisions mais dans un contexte et des délais qui permettraient d’éviter de prendre les mauvais choix). C’est un discours ouvertement positif auquel il s’est donc livré … même si les entrelignes sont lourds de conséquences. En mutualisant l’accueil et en s’orientant vers de nouvelles typologies d’agences, le scénario de la direction conduira à moins de salariés et plus d’expertise, confondant ainsi contraintes budgétaires et améliorations de la qualité. Les besoins en formation sont énormes, tant pour répondre aux attentes de la clientèle que pour faire monter en compétence le personnel concerné par l’évolution des postes. La SG prend aussi un grand risque en modifiant son modèle relationnel, ce lien fort qui unit malgré tout le client à son conseiller dédié. Face à tous ces enjeux, nous avons dit à Laurent Goutard que si nous étions venus pour discuter et échanger de la stratégie du réseau, le temps qui nous était imparti était bien trop court. Les cibles se précisent. Nous en mesurons déjà certaines répercussions (mobilité, recrutement délocalisé, durée de postes sur les Crcm, etc..). Nous avons demandé à ce que le temps soit pris de bien traiter ces sujets, et que nous soyons associés à cette réflexion avant que la direction ne présente ses choix définitifs. Ceci implique de multiplier nos rencontres. C’est d’ailleurs ce qui avait permis à la précédente réorganisation du réseau (4D) d’aboutir en 2004 à garantir aux salariés des droits et définir des règles qui ont démontré par la suite leur efficacité. «On ouvre aujourd’hui un nouveau cycle» nous aura répondu L. Goutard, «je viendrai en septembre plus longuement et avec une fréquence plus soutenue».   

1 PAS EN AVANT… 3 EN ARRIERE
Concernant les 2.800 salariés transférés vers Technopolis, à force de prêcher que «le chantier avance à petits pas», la direction a même fini par reculer. Un recul notable entre les multiples réunions de négociations qui ont eu lieu depuis l’annonce du 19 mars, le document de travail que nous avions pris soin de rédiger le 15 mai et … même le premier document de travail transmis par la direction elle-même. De quoi se poser la question de la stratégie de négociation et de la réelle volonté d’aboutir à une situation qui prenne en compte les contraintes des salariés concernés face aux choix organisationnels de l’entreprise. La négociation du 27 mai aurait été l’occasion de revenir sur la question centrale de la mobilité – permutation – procédures d’exception (cf. l’ensemble des documents sur nos sites CGT). On a presque hâte de voir la rédaction que la direction s’est engagée à revoir et à nous fournir d’ici la prochaine rencontre, le 8 juin. Chat échaudé…

Le fichier en PDF se trouve ici

cgt549-digital-bank-agency

 

 

BLANCHE NEIGE  ET LES NIN-NINS 
Les media n'ayant rien de croustillant à se mettre sous la dent, en dehors des scandales pailletés du Festival de Cannes, Mediapart nous ressert l’affaire Kerviel. La journaliste, qui depuis le début adhère à la théorie du complot, a dégotté une ex de la police qui a fait partie des enquêteurs pour ressortir un article dans lequel il n’y a que du réchauffé et qui se conclut par l’invariable besoin de l’expertise qui va démontrer l’existence du complot : la SocGen, puissance de l’ombre capable de mettre à sa botte une justice corrompue, a planqué ses pertes des subprimes en les collant sur le dos du pôv pti gars de Pont l’abbé qui en serait du coup blanchi, rien de moins. A la SocGen, tous savaient et tous complices … même l’assistant de Blanche neige, que le juge Van Ruymbeke a relaxé des soupçons de complicité et qui a obtenu avec notre soutien la condamnation de la SG pour licenciement injustifié ! Exit l’augmentation de capital pour éponger l’ardoise de Jérôme, exit le suivi de la BdF sur le débouclage de ses positions, exit ses aveux et sa condamnation pénale, exit le sort du personnel de la banque qui n’en finit pas de supporter les conséquences de ses avanies... depuis plus de 7 ans !

NIOUZES DE L’AG    
Contrairement à certains titres de journaux, l’assemblée générale des actionnaires saison 2015 n’a pas été vraiment mouvementée… C’était même une assemblée clairsemée de vieux pour l'essentiel, certainement désertée depuis que le buffet a disparu au profit d'un « coquetel interstellaire », inabordable malgré tout car pris d'assaut au coude à coude par les participants récalcitrants. Frédéric Oudéa a fait son Gad Elmaleh sur scène. Comme d'hab dans ce genre d’exercice, phrases creuses et autosatisfaction se succèdent Frédo repassant la parole à Séverin, qui la passe à Bernardo, etc... Tout va bien donc, la SocGen vise un ROE de 10% en 2016 (avant, c'était 15% en 2015, mais ça, c'était avant…) et distribuera 50% du bénéfice en dividendes. On passe rapidos sur les rémunérations de ces messieurs, celle de F. Oudéa aurait même baissé de 33%, suite à un savant calcul intégrant le cours de l'action et le temps de refroidissement du fût d'un canon. Même les gros bras qui avaient promis du schpountz font un gros flop, tel le conseiller régional EELV Julien Bayou, venu pour rien moins que régler son compte à la banque, qui a fait de Kerviel un bouc-émissaire et qui s'apprête à détruire la barrière de corail. Des 8 questions annoncées à la presse, il s'est rabattu sur deux, F. Oudéa lui a répondu que la SocGen ne finançait pas de charbon "trop polluant" (38% max d'émissions de Co2). Fermez le ban, le conseiller est reparti répondre à une autre interview.

Il était plus de 19 heures, et le temps de la démocratie capitaliste était déjà largement épuisé pour passer aux habituels votes façon Corée du Nord. La seule surprise sera finalement la résolution pour l'entrée au conseil d’administration de Gérard Mestrallet, vieux pote de Marc Vienot ainsi recasé. Le futur retraité en or de GDF-Suez (pardon… Engie),qui a recueilli 24% de contre, ce sera donc, et de loin, l’administrateur le plus mal élu du conseil. Ça ne l'empêchera pas de passer à la caisse, mais au moins, ça nous permet de l'allumer.

Le fichier en PDF se trouve ici

cgt548-kerviel-iii-le-retour

TECHNOPOLIS – EPISODE 3

La 3ème négociation sur le projet de transfert de certaines activités vers Val de Fontenay a eu lieu le 6 Mai. En amont de cette rencontre de 3 heures, 2 évènements s’étaient déroulés : un « document de travail » nous a été envoyé par la Direction pour entamer la discussion et la CGT a organisé un amphi à CB3 qui a permis de confirmer les axes indispensables de négociation (transfert et mobilité) et de préciser une série de mesures d’accompagnement nécessaires au projet de la Direction pour les salariés qui en auraient besoin. L’ensemble des échanges avec les salariés a porté sur le suivi - ou pas - de son activité et les conditions du transfert. Pourtant, la négociation n’a pas encore tranché le fond du problème et nous sommes restés le 6 mai pendant plus de 3 heures pour tenter de définir les bénéficiaires des mesures qui seront négociées par la suite et la priorité d’accès aux mesures d’accompagnement. Par ailleurs, en demandant que soit ajouté un paragraphe sur le cadre des mobilités, nous avons rappelé que les discussions en cours ne peuvent servir d’alibi à certains RH ou managers pour tenter de faire croire que les mobilités sont gelées. Or elles ne le sont pas, la Direction nous a assuré qu’elle veillerait à ce que le message soit correctement relayé et compris dans toutes les équipes. Pour avancer, nous avons rédigé avec les salariés concernés notre propre « document de travail »(disponible sur nos sites, comme tous les documents du projet). Il servira aussi de pierre à l’édifice pour la prochaine négociation prévue le 19 mai.

ATTENTION VIRAGE DANGEREUX

Bertrand Lagny qui a pris les rênes du Campus Métiers Mobilité depuis le début de l’année est venu nous présenter son bilan et son «diagnostic après 2 ans d’existence du Campus». Sa présentation a été plus riche que la simple observation des statistiques qui nous étaient habituellement présentées. Mais si le diagnostic est le bon, une partie des remèdes comporte de sérieux risques d’effets secondaires .… En effet, constatant que la durée moyenne des mobilités augmentait et que certaines devenaient de ce fait «compliquées», il préconise depuis quelques semaines de remettre le salarié concerné sous l’entière responsabilité de son manager actuel. Il n’y aurait plus ainsi, d’après lui, de problème d’affichage de mobilité longue, frein lors de la communication des dossiers aux recruteurs. C’est une fausse bonne idée qui ferait en effet reporter la responsabilité du Campus vers le manager et donc in fine au salarié en mobilité. En agissant ainsi, la direction fait monter la pression sur les managers. Cette pression risque fort de se retourner au final contre le salarié que le manager ne voudrait plus garder en attendant une hypothétique mobilité. La tentation sera grande alors de se débarrasser du « fardeau » par le biais d’un licenciement pour «insuffisance professionnelle», à défaut de faute qui pourrait motiver un licenciement. Cela s’est déjà vu par le passé. Si vous êtes plus ou moins concerné par ce type de situation, nous vous conseillons vivement de prendre contact avec nous. Un simple conseil, bien en amont, peut permettre d’éviter qu’une situation dégénère plus tard. 

Le fichier sous format PDF

 cgt547-panneau-decaux

 

 

 

#TOUTVABIEN2015

Il y a des sujets qui détendent ... ou pas. Une semaine entière est programmée en juin sur la «qualité de vie au travail»  (pardon...life at work). Au menu du patchwork : massages relaxants, après la «construction dans la joie d’intervention auprès des clients» avec la solution Lego Serious Play, réflexions sur le sens de la vie, mais aussi des sujets hallucinatoires, prosélytistes, à la limite de la dérive sectaire : «boostez votre productivité et vivre mieux», «méditation en pleine conscience», «réfléchir avec ses mains». Il ne manque plus que les cours de vol yogique et on retrouverait presque le programme de quelques frappés qui ont égayé quelques élections au cours des années 90. Toutefois, cette fois ci, nous avons également droit à un programme plus light et compréhensible au commun des mortels. «Redonner la pêche aux générations Baby-boom, X et Y», «Manager autrement pour réenchanter le travail», «On a tous des supers pouvoirs ! Pour gagner en efficacité et ensemble»... Elle est pas belle la vie ?

LA WORLD COMPANY

C’est un moment important, officiel parmi d’autres, dans lesquels les huiles apprécient d’être sur la photo. Loin des esprits chagrins, nous ne relèverons pas seulement que peu de monde sur la photo aura agi pour en arriver à cette signature. D’ailleurs, nous verrons qui aura à coeur de le faire vivre. Nous nous félicitons de la signature de cet accord mondial de la Société Générale avec l’UNI, le syndicat mondial auquel nous sommes affiliés. Nous sommes régulièrement intervenus en ce sens, auprès de la Direction Générale, Daniel Bouton puis Frédéric Oudéa, pour prendre en compte l’évolution du Groupe et la localisation des emplois dans le monde, pour engager le débat sur la possibilité de négocier un accord mondial portant sur des droits des personnels et des engagements que la Direction Générale pourrait prendre notamment en matière d’emploi et de reclassement. La CGT avait alors proposé en plus d’intégrer la question des droits pour le personnel prestataire, celles du droit syndical et de la représentation du personnel, et enfin de la «transférabilité » des droits d’une entité du groupe à une autre. Pour l’heure, l’accord signé pour 3 ans confirme les engagements de la banque concernant le respect des droits humains et sa reconnaissance des droits fondamentaux au travail, dont la liberté syndicale. Un petit pas qui en appelle d’autres !

LA SOUPE EST BONNE

Alors que la stratégie déployée avec ardeur par le Conseil d’Administration est depuis quelques années maintenant la rigueur, toute la rigueur, rien que la rigueur, l’information donnée officiellement au CHSCT a fait tache. Les frais engagés pour rénover les locaux de la salle du Conseil d’Administration s’élevaient à près de 105.000 euros en 2014, 180.000 euros en 2015 pour les stores et les menuiseries, 432.000 euros pour rénover la cantine du 36ème. Tout ça bien sûr figure dans la rubrique «amélioration des conditions de travail». Qui osera dire qu’on ne fait rien pour améliorer les conditions des travail ?

Le fichier sous format PDF

 cgt550-qvt

 

 

 

CHEF! .... L'ADDITION

Une "concertation" sur les salaires s’est déroulée le 21 avril. «Nous avons souhaité répondre à vos demandes et échanger sur les rémunérations en dehors de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires» aura déclaré André Guy Turoche pour ouvrir le bal. En 1 heure chrono, il nous a présenté une rafale de statistiques sur l’évolution de la masse salariale en 2014 et une vision des variables 2015. L’objectif de la présentation des statistiques résidait surtout dans la possibilité de nous remettre le couvert sur le fait qu’en 2014, la masse salariale aurait augmenté de 3,5% (vs une inflation à 0,5% et des augmentations collectives à 0). Il aura bien surligné le fait qu’augmenter de 3,5% la masse salariale résultait pour 0,5% de l’intégration des commissions du réseau et pour 2,1% des révisions découlant d’accords ou de règles internes.  A contrario, les promotions (à la main des directions locales) ne pèsent plus que pour 0,6%.Et c’est bien là que le bas blesse, lui aura fait remarquer la CGT. Après, avoir décidé qu'il n'y aurait plus d'augmentation de capital qu'une année sur 3, avoir mis tout le monde (enfin presque..) au régime sec en refusant les augmentations collectives, avoir choisi de discriminer plus encore sur le variable, il ne reste plus, à la direction, qu’à tenter d’obtenir des organisations syndicales de rogner sur les « effets contraignants de l’accord social de 2000». C’est la seule variable qui subsiste si la direction veut discriminer plus sur la rémunération fixe (donner plus aux salariés qu’elle juge les plus méritants). Cela signifie qu’elle devrait taper dans les enveloppes réservées aux retours de congés maternité, aux augmentations liées à la bonne adaptation et autres enveloppes mobilité…Nous avons dénoncé les détournements répétés des accords et règles que l’on peut déjà observer localement, puisque ce sont les seules possibilités pour les directions locales de trouver de quoi financer les "récompenses pour les plus vaillants d’entre nous". Ainsi, les primes de mobilité sont rognées, les primes de bonne adaptation ne sont plus souvent octroyées (même en cas de bonnes évaluations) et les changements de niveau se font en plusieurs temps….Au vu et au su de toute la DRH. Pire encore, la direction aura tenté de nous faire avaler la présentation des enveloppes du variable en légère hausse : 48,7 millions d’euros en 2015 pour le réseau (vs 47,7 millions en 2014) : l’intégration du commissionnement dans les DEC n’aura pas compensé la baisse du variable parmi les Techniciens des CRCM ! 56,7 millions d’euros dans les centraux en 2015 (Vs 55,6 millions en 2014). Nous avons juste fait remarquer à la direction que l’enveloppe avait chuté de 10 millions l’an dernier (avec le passage de SGSS vers GBIS), ce qui relativisait quand même la hausse d’un petit million cette année. D’autant qu’il faut regarder la situation dans sa globalité : en effet la direction ne communique le variable que sur 8.861 salariés (centraux hors GBIS). Or, sur GBIS l’enveloppe des variables a diminué de 25% (sur environ 300  millions de bonus). Soit un « gain » pour la direction de 50 à 75 millions d’euros. Nous avons rappelé que nous sommes très attachés à la banque universelle, et par conséquent à la nécessaire visibilité de l'ensemble des rémunérations. Une prochaine négociation est prévue le 20 mai. D’ici là, la direction devrait examiner nos demandes et revenir avec des propositions.

 

Le fichier sous format PDF

 

cgt546-stock-option

 

LE 22 A ASNIERES

Sous couvert de difficultés d’acheminement des bulletins de salaire dans les services centraux, la direction avait décidé l’an dernier de les envoyer au domicile via la Poste. Cela devait soulager les assistantes de gestion du personnel (AGP), avant de se soulager des AGP elles mêmes….250 relais étaient chargés de l’acheminement, ce qui pouvait poser des problèmes – mais au moins les feuilles de paye restaient dans l’entreprise... Avec le recours à la voie postale, les pertes sont devenues nombreuses et les risques d’usurpation d’identité sérieux. Les fiches de paye égarées à l’extérieur de l’entreprise ne le sont en effet pas pour tout le monde… Et le recours au fil RH ne peut pas tout résoudre. Un duplicata arrive en moins de 3 semaines. Il arrive même qu’en demandant un duplicata, on reçoive une feuille de paye d’un autre salarié… ce qui pose aussi le problème de l’obligation de confidentialité que doit respecter l'employeur, et non pas les salariés qui eux, ont le droit de parler des montants de leur rémunération…et même de manifester leur mécontentement !

 

UNE RAFALE CONTRE LA CECITE

C’est Pascal MERE qui est venu représenter la direction de BDDF lors des récentes commissions du comité central d’entreprise… comme depuis plus de 15 ans. Il a signalé que le nombre de fermetures d’agences était de l’ordre de 25 à 30 par an, depuis 3 ans et qu’une « liste de fermetures au fil de l’eau » allait nous être remise. Il a rappelé l’objectif de 70% d’agences sans caisse à fin 2015 et a annoncé la généralisation des fermetures estivales (90 agences concernées cette année), alors que celles-ci nécessitent une organisation hallucinante et qu’aucune étude n’aurait été menée sur la satisfaction clientèle sur ce point... En attendant les prochaines concertations avec les organisations syndicales, il a indiqué que la direction réfléchissait au modèle de la banque de demain, mais qu’elle était « relativement aveugle » sur le poids des différentes activités des agences. Elle a donc choisi un « cabinet extérieur » pour l’éclairer : Exton Consulting. A l’heure des réductions de coûts à tout va, une rafale de consultants ira donc sur le terrain, observer à la loupe une journée type et dégager ce qui est administratif, commercial, gestion du risque, etc. Un panel d’agences représentatives a été déterminé (cf nos sites intranet ou internet). Un retour est prévu fin juin – début juillet. Cette journée « d’observation » sera extrapolée au-delà des agences cernées et étendue pour permettre à la direction d’affiner sa stratégie …. Ou plutôt de faire valider ses choix par un « expert indépendant ».

 

CARTON ROUGE !

L’assemblée générale des actionnaires va se réunir le 19 mai. Et cette année, pour la 1ère fois, il n’y aura pas d’augmentation de capital réservée aux salariés. C’est l’occasion de sanctionner tous les membres du conseil sortants et de vous y faire représenter pour que vos pouvoirs ne tombent pas directement dans les votes du président (et facilitent ainsi le passage de toutes les résolutions avec des scores soviétiques !). Si vous voulez donner vos pouvoirs à Emeric Uhring, le secrétaire CGT du CE des Centraux, signez les et faites les parvenir ou remplissez les directement dans Sharinbox (nominet) et Esalia en précisant : Emeric Uhring – syndicat CGT SG, 17 cours valmy – 92972 Paris la Défense.

 

Les infos en format PDF Les infos en format PDF cgt545 agp virs

SOURIEZ, VOUS ETES STRESSES

La 6ème analyse du stress à la SG est parue très discrètement cette année. Pourquoi tant de discrétion ? Les résultats (dispo sur nos sites) ne sont pas bons. Très en dessous des attentes… Si le niveau de stress reste élevé (37,4% des salariés sont concernés), celui des salariés hyper stressés fait un bond de 14,7% à 16.3%. Aux facteurs de stress habituels (eux-mêmes en augmentation) viennent s’ajouter les « efforts supplémentaires non reconnus ou appréciés » et surtout le «manque de temps». On risque fort de voir se multiplier les ateliers pour vous apprendre à respirer, à manger équilibré et faire du sport (prendre la ligne A du RER…c’est du sport, tous les jours !). D’ailleurs, plutôt que de s’attaquer aux racines du mal, la direction a proposé une nouvelle démarche autour de la QVT et a obtenu un accord signé par CFDT, CFTC, FO et SNB. 94% des salariés qui nous ont fait un retour sur une éventuelle signature, nous ont demandé de ne pas le signer. Avis éclairé que nous avons bien sûr suivi.

 

MANGEZ DES POMMES

Les premières victimes de ces campagnes QVT ou «Life at work» sont vraisemblablement les médecins du travail, qu’on a tant de mal à recruter et à qui on vient de fixer des objectifs pour la 1ere fois à la SG… au niveau des objectifs, on y parle plus des campagnes sur le sommeil, de manger des pommes et/ou manger moins gras, de faire du sport… que des visites systématiques. Les visites systématiques sont jugées «non-prioritaires». Ah bah, oui, on vous a pas dit, mais c’est la DRH qui fixe les objectifs... en toute indépendance bien sûr.

 

TECHNOPOLIS – EPISODE 2

La 1ère réunion de négociation sur le projet de déménagement à Val de Fontenay a donc eu lieu le lundi 13 avril. Fin 2016, si l’on retire environ 2.200 postes qui sont occupés par des salariés prestataires, stagiaires, etc., ce seraient donc 2.887 salariés SG qui devront être transférés. Hors SIOP (563 salariés SG déjà sur VDF), on ne connaît donc pas les quelques 2.324 salariés SG qui migreront (parmi les 4.329 potentiellement concernés au total). C’est le cœur de la discussion qui a commencé avec les syndicats. Pour ce faire, nous avons eu plus de 300 retours des salariés des différentes entités concernées, qui démontrent qu’il est indispensable d’avoir une cartographie des souhaits et des situations individuelles des salariés. Nous avons proposé que chaque « salarié potentiellement concerné » soit reçu par la ligne RH. Le salarié n’aurait qu’à signifier, par oral, sa position et de donner l’explication de son éventuel refus (transport, logement, situation familiale, garde d’enfants, garde de parents, etc).  Le fait d’avoir cette cartographie des éventuels refus et surtout les causes, nous permettrait de travailler à lever les contraintes (ex télétravail, augmentation de l’avance logement, etc.) Nous avons demandé à muscler le Campus métier mobilité pour travailler de manière beaucoup plus active sur les éventuels volontaires aux postes sur VDF, qui ne sont pas sur les activités qui partent mais qui auraient les compétences pour y travailler. Les premiers retours de la direction devraient avoir lieu lors de la prochaine réunion, prévue le mardi 21 avril. En attendant, vous pouvez retrouver tous les documents et la liste des services concernés sur nos sites.

 

Les infos en format PDF

 

 cgt544-stress

LA TENTATION

En réponse à notre demande, le PDG nous avait accordé une rencontre sur la distribution du variable. L’engagement présidentiel pris en 2014 pourrait se concrétiser le 20 avril prochain. Les syndicats sont conviés à une négociation sur « la rémunération - dont le variable ». D’où notre crainte. Sous couvert de parler du variable, la direction irait elle jusqu’à succomber à une vieille tentation ? Depuis quelques années, le régime sec en matière d’augmentation collective n’empêche pas la masse salariale d’augmenter un peu plus vite que l’inflation. Chaque année, la direction ne manque pas de nous rappeler que cette augmentation découle d’accords collectifs et non pas d’une décision de l’entreprise pour récompenser les plus méritants. Après avoir fait le choix d’un variable plus discriminant, la direction s’attaquera-t-elle aux automatismes (retour de congé maternité, grille des minimas, gestion de la mobilité, etc) ? Réponse le 20 avril…


TROMPE L’OEIL

Formidable ! C’est tout bonnement formidable. Si l’on en croit le message de DRHG la rémunération financière des salariés (intéressement et participation) aurait augmenté de 30% d’une année sur l’autre grâce à un nouveau mode de calcul, passant à 92 millions d'euros. La réalité est moins brillante que la com. Tout d’abord, le montant donné par la formule de l’accord ne donne que 78 millions d’euros, soit une hausse plus modeste. Les 14 millions d’euros supplémentaires proviennent d’un « supplément d’intéressement exceptionnel accordé par le Conseil d’Administration », sur le modèle des 10 millions accordés en 2014. La formule de calcul tant vantée par DRHG ne donne pas les résultats qui avaient été promis avec l’accord (que seule la CGT n’a pas signé). Mais cela ne nous étonne guère car l’assiette de calcul n’est pas favorable. La formule est toujours assise pour moitié sur le résultat d’exploitation (REX) de BDDF. Or ce dernier est plombé par le coût du risque et sera dans l’avenir freiné par les coûts de restructuration du réseau. De plus, une part croissante de la rémunération financière collective est soumise à la discrétion du Conseil d’Administration. Tout comme les variables individuels. Et nous avons vu ce que cela avait donné dans la durée...  Notons au passage que l’indicateur fumeux Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) ne produit rien. Sans surprise. Pour terminer, tout le monde se rappelle que nous n’avons plus droit aux augmentations de capital réservées aux salariés qu’une fois tous les 3 ans.. Mais cela ne vaut pas pour tout le monde. Au détour d’un entrefilet dans la presse financière on apprend que la SG a émis 892.415 nouvelles actions au 31 mars 2015 et qu’elles seront réservées aux salariés. Ah oui? Lesquels ? Sans doute les mêmes 6.000 happy fews que l’année dernière… mais comme le dirait notre DRH, cela ne représente même pas 7.000 euros chacun. Une somme de plus de 41 millions d’euros au cours d’aujourd’hui.

LES PERLES DE TECHNOPOLIS

Les amphis se sont multipliés depuis l’annonce du transfert la Défense- Val de Fontenay. Dans l’attente des négociations qui commencent le 13 avril, la CGT a publié un document très utile pour faire le point sur la mobilité. On mesurera dans les négos ce que la direction a l’ambition de faire entre « trouver des solutions intelligentes » ou accentuer les discours comme «mieux vaut Val de Fontenay que le chômage»… La palme revient quand même à Christophe Leblanc, qui lors des amphis pour mobiliser les troupes, s’interroge sur le sujet des transports qui fâche : “ Val de Fontenay, c’est bien après Vincennes ?? ”. 

Les infos en format PDF

 cgt543-la-legion-saute-a-vdf

 

RETOUR D’EXPÉRIENCE

La distribution des fameuses tablettes bat maintenant son plein. Mettons de côté la polémique sur le coût de cet outil professionnel en regard de l’absence d’enveloppe pour les salaires, pour en venir à un retour d’expérience presque objectif. Pour l’être complètement, pas besoin d’être adepte d’Apple pour trouver que la version 8 de Microsoft Windows soit un gros bide. Ce qui a retenu notre attention, c’est plutôt la masse de chartes et documents que vous devez valider avant de recevoir l’engin. Vous devez certifier avoir lu et pris connaissance de documents qui ont été écrits il y a parfois bien longtemps, et dont le non-respect peut vous emmener directement vers une procédure disciplinaire allant jusqu’au licenciement. Nous avions obtenu de la direction, en 2014, un accord pour encadrer le filtrage de toutes les boîtes mails des services centraux. Le principe est simple, il est interdit de s’envoyer des mails professionnels sur sa boîte personnelle ou sur une clé USB. Si un besoin urgent le nécessite, vous devez en demander l’autorisation à votre responsable direct ou le mettre en copie du mail lorsque cela n’est pas possible. Faute de quoi, vous risquez la porte. Il n’en reste pas moins que la tablette va bousculer un certain nombre de nos habitudes et il serait bon que la direction engage une discussion avec les syndicats afin d’aboutir à un accord ou une instruction générale définissant un cadre de garanties pour les salariés. Car si elle a su prévoir de prémunir pour ses propres risques, elle a totalement zappé ceux courus par le personnel. Or ils sont grands et multiples, tel le transfert de pièces jointes confidentielles, voire reclassées à posteriori confidentielles pour les besoins d’une procédure de licenciement comme nous l’avons déjà vu par le passé. Quid également de l’accès à la messagerie professionnelle en tous lieux, y compris hors l’entreprise ?

TECHNOPOLIS

C’est maintenant officiel. Les activités qui sont «potentiellement» concernées par le transfert à Val de Fontenay seraient principalement l’ensemble (ou presque) des activités informatiques : SIOP (DSI, 1.200 postes) sera rejoint sur le pôle Est par une bonne partie d’ITEC, SAFE, FIND, OPER (1.800 postes) et de RESG (2.000 postes) au sein des nouveaux bâtiments. La liste précise des entités concernées se trouve sur notre site intranet. Après la réunion dont nous faisions écho la semaine dernière, la direction est donc venue informer le CE des centraux, le 27 mars. Elle va maintenant proposer des amphis d’information aux salariés qui seraient concernés et ensuite nous recevoir le lundi 13 avril prochain pour discuter des conditions dans lesquelles ce déménagement se fera, et notamment de la façon dont seront traités les cas individuels. Frédéric Oudéa et Francoise Mercadal Delasalles nous l’ont dit « c’est un beau projet, il faut le réussir ». Sur ce point, nous sommes bien d’accord et une des clés de la réussite dépendra des discussions avec les syndicats. Nous allons donc rencontrer les salariés concernés (n’hésitez pas à contacter la permanence ou vos élus CGT) et examiner avec eux les problèmes soulevés par ce transfert de plus de 4.000 postes de travail pour revenir vers la direction avec des propositions concrètes visant à préserver, voire améliorer votre qualité de vie au travail. Un thème dans l’air du temps.

 

 

Les infos sous forme PDF

 

 cgt542-tabletinette

 

REMERCIEMENTS

Nous remercions l’ensemble des salariés qui ont voté pour nos candidats aux élections du Conseil d’Administration. Si cela n’aura pas suffi pour avoir un représentant CGT au Conseil (puisque seul le 1er est élu), nous y voyons une marque de confiance dans le travail que nous effectuons et un encouragement à continuer d’assumer pleinement les responsabilités pour lesquelles vous nous avez mandatés.

BISOUNOURS

Le 18 mars, se serait tenue la dernière réunion sur la QVT – qualité de vie au travail. Sous couvert de documents de travail confidentiels, les réunions se sont succédées et la montagne a accouché d’une souris. Dès 2006, nous avions exigé une négociation sur les conditions de travail pour examiner ce qui, dans l’entreprise, était source de stress et modifier ainsi les éléments pathogènes de certaines organisations. Depuis, nous sommes dans le diagnostic et le ripolinage. Le nouveau texte proposé est un recueil de poncifs. Un nouvel observatoire QVT va venir s’empiler sur l’observatoire des métiers et celui sur le stress. Nous avons dénoncé l’escroquerie intellectuelle qui viserait à ne pas s’attaquer aux causes du stress dans l’entreprise, pour s’en tenir à des programmes de santé au travail (faites du sport, arrêtez le sel, mangez des pommes,…). Ces programmes nous éloigneraient de la nécessité de rendre notre univers de travail plus serein et vivable, et en plus, individualiseraient la responsabilité, pour la faire porter aux salariés !

LA TRAVERSEE DE PARIS

Le 19 mars a eu lieu la rencontre sur le projet Campus (dont le nom devrait changer). C’est une présentation technique, enthousiaste et positiviste, du projet et du bâtiment qui nous a été faite par Françoise Mercadal qui assume fièrement la symbolique : «Nous sommes sur des architectures horizontales. Il n’y a pas l’arrogance des formes verticales». L’ambition de rééquilibrage entre ces 2 pôles permettra une économie de 4.400 euros par poste, par an.» La discussion a ensuite bien évidement porté sur l’emménagement des salariés. Si la réflexion sur les activités qui pourraient être destinées au nouvel immeuble semble assez précise, basée sur une ambition de créer une technopole, il reste quelques épisodes avant d’aller plus loin dans le projet. Une information (technique) va être faite au CE des centraux dès la semaine prochaine, pour permettre ensuite des discussions sur l’encadrement social entre la direction et les syndicats. Parallèlement la direction entamera des présentations aux équipes qui seraient susceptibles de migrer, tout en précisant que le cadre et les questions que les salariés sont en droit de se poser, seront tranchés avec les syndicats. C’est donc début avril que les vraies discussions vont commencer. Nous avons proposé qu’à partir de ce moment là, les RH puissent recevoir les salariés concernés pour recueillir leurs souhaits et examiner leurs situations familiales. Ce qui nous permettra d’avancer d’autant plus efficacement dans les négociations qui se tiendront en parallèle.

NOUS SOMMES TUNISIENS

A son tour, la CGT Société Générale a adressé à l’UGTT (syndicat Tunisien) tout son soutien au peuple Tunisien dans cette période dramatique qu’ils vivent à leur tour. En frappant le musée du Bardo, le terrorisme des nazislamistes a choisi une cible doublement symbolique de ce qu'il abhorre, la culture et l'échange entre les peuples. L'objectif est d'isoler la Tunisie bien sûr, pour la conquérir, gageons qu'elle saura se relever de cette épreuve.

Les infos sous forme PDF

 cgt541-r.a

CAMPUS

Ce n’est pas Sœur Anne qui viendra, mais Françoise Mercadal-Delasalles qui recevra les représentants nationaux des organisations syndicales le jeudi 19 mars. Un an après avoir demandé et obtenu du PDG lui-même cet entretien, nous devrions en savoir plus sur le déménagement des 4.500 postes d’Ouest en Est Parisien. Ce sera surtout l’occasion d’un premier échange qui permettra de mesurer quel traitement aura été pensé pour les salariés concernés, côté direction, au-delà des réflexions organisationnelles qui auront été, elles, mûrement discutées. Nous voulions prendre cette discussion bien en amont de la date de déménagement car le délai vers cette transition permettait de profiter des mobilités naturelles pour combiner les deux contraintes, celle de l’entreprise et celle des salariés. Le temps est passé. Une bonne partie des salariés habitent sur l’Est parisien et le projet pourrait leur éviter du transport. Mais pas tous. Nous verrons le 19 mars, si l’examen des situations familiales et des lieux d’habitation des salariés des centraux a été effectué. Sinon, nous le demanderons, tout comme le recensement des souhaits des salariés eux mêmes. Pour accompagner le projet, le Campus Métier Mobilité devrait reprendre du service. En attendant, il subit une petite mission d’inspection…

 

EVALUATIONS

Tandis que la campagne de fixation des objectifs bat son plein et devrait se clore le 30 mars, nous étions reçus le 12 mars pour actualiser l’instruction N°13.672 qui régit l’exercice. Force de loi dans l’entreprise, l’instruction confirme ce que nous avions déjà fait inscrire dans sa première version en 2011. Mais au-delà, elle fixe maintenant le nombre maximum d’objectifs opérationnels (6). Elle précise clairement que la préparation des entretiens par le salarié est conseillée mais que la saisie de cette « préparation » dans le formulaire n’est pas obligatoire. Enfin, elle précise comment le salarié peut effectuer un recours à tout moment du processus, lorsque les objectifs ne sont pas SMART par exemple. La réunion sur les évaluations a aussi permis d’avancer nos propositions pour mettre un peu d’ordre (de règles et de transparence) dans les évaluations du réseau. Au représentant de la direction, André Guy Turoche, qui s’apprêtait à nous redemander de lui faire parvenir les cas individuels de dérives constatées dans le réseau, nous avons tenté de démontrer que l’exercice lui-même posait problème et qu’il fallait y apporter rapidement des correctifs. Les ICP ne doivent pas être un objectif opérationnel en dessous des directeurs d’agence (puisque la mesure ne se fait qu’au niveau de l’agence). Les OCP et MAP doivent avoir des éléments de mesures corrélés avec les résultats obtenus et les objectifs fixés dans l’UC ou dans la DEC, faute de quoi la comparaison est stratosphérique. Enfin, la LCP devrait être un objectif comportemental évalué en tenant compte de la fréquentation de l’agence, des rdv et de l’activité globale de l’agence. Nous évaluerons ce qu’aura retenu la direction de cette rencontre.

 

VOTEZ POUR VOUS

Il y a près de deux mois, vous avez été appelés à voter une première fois. Le quorum n’ayant pas été atteint, vous êtes invités à renouveler votre vote et cette fois-ci de façon définitive. Le but est de désigner vos représentants au Conseil d’Administration, là-même où se décident les grandes orientations pour les années à venir qu’il s’agisse de stratégie commerciale ou de politique RH. C’est pourquoi il est important que ces représentants aient la capacité de s’imposer dans les débats et d’y défendre vos intérêts.

 

Le fichier PDF se trouve par ici

 cgt540-campus

RENCONTRE AU 35ème

Comme chaque trimestre maintenant, Frédéric Oudéa a reçu les représentants nationaux des syndicats mardi 3 février. Ces entretiens d’environ 2 heures permettent de faire un point sur la situation et d’échanger sur le top ten des préoccupations du moment. A deux jours des annonces du variable, nous ne pouvions pas manquer l’occasion de rappeler à notre hôte l’engagement qu’il avait pris l’an dernier d’ouvrir une concertation sur l’attribution du variable. L’engagement est resté lettre morte, ou quasi comme telle depuis. «Si vous me demandez de supprimer le côté discrétionnaire du variable, …, ce n’est pas possible » nous aura-t-il répondu. Nous avons dû lui rappeler que notre exigence dans le domaine est de permettre à chaque salarié à qui on annonce un variable de pouvoir en comprendre le montant, son évolution et qu’il ait la visibilité pour pouvoir se situer dans son métier, en tenant compte de son ancienneté, sa séniorité, etc. C’est le minimum que l’exercice doit permettre, et c’est la loi, surtout avec les montants dont on parle maintenant… fussent-ils en baisse, comme dans les centraux (-10%) ou en stagnation moyenne pour le réseau (chacun sait que «moyenne» ne signifie pas «pour tous»..). Une prochaine réunion devrait avoir lieu, mais la récente signature de l’accord salarial (avec «zéro» augmentation) a donné un signe très négatif pour obtenir maintenant une discussion positive sur les rémunérations. « Nous continuerons à être très exigeants sur les rémunérations » nous a-t-il prévenu. Autre sujet, dans la rubrique « on n’a pas fait ce qu’on avait dit qu’on ferait » : examiner les conditions du transfert des 4.500 postes de l’Ouest parisien vers l’Est. Nous lui avons rappelé qu’en obtenant de sa part cet exercice partagé, notre ambition était, dès février 2014, de pouvoir débattre de l’objectif à atteindre et des conditions pour l’atteindre. Le fait que l’on nous annonce que 75% des postes soient identifiés est extrêmement inquiétant car nous avions le temps de faire en sorte qu’aucun salarié ne soit contraint à cette délocalisation. Il reste encore quelques mois pour avancer positivement. La direction nous a donc informés qu’elle allait nous recevoir (enfin) dans un premier temps avec Françoise Mercadal, puis dans le cadre d’une concertation.

 

VOX POPULI, VOX DEI

Au-delà des problématiques sociales (salaires, conditions de travail), l’entretien aura principalement porté sur les enjeux en termes d’emplois. La principale menace qui inquiète le Président est l’idée en gestation du côté du Président (l’autre, celui de l’Elysée) : l’instauration d’une taxe sur les transactions financières comme bon moyen de financer son projet pour lutter contre le réchauffement de la planète. Si cette taxe se met en place sur Paris, le décalage de concurrence avec sa concurrente londonienne deviendrait alors trop fort et justifierait des délocalisations d’activité. Nous lui avons aussi parlé de la rafale de nouvelles ponctions sur les agences (pénalités sur les renvois téléphoniques, sur les rachats/renégo de crédits, ainsi que celles sur la conformité des comptes pro). La rentabilité des agences est lourdement pénalisée et l’exaspération monte d’autant. Même si ce n’est pas le but affiché, la crainte existe de voir ces ponctions servir au final d’explications pour la fermeture de quelques unes d’entre elles. C’est le bon moment pour vous poser la bonne question : qui nous représente au Conseil d’Administration ? … et à partir du 12 mars prochain, de choisir des représentants CGT au CA. Nous étions arrivés 2ème dans chaque collège au 1er tour. Seul le 1er dans chaque collège sera élu. C’est donc possible … mais ça dépend de vous maintenant.

 

 

Les infos de la semaine en PDFla semaine en PDF

 

cgt539-variable-ii-le-retour

  

 

 

 

 

 

 

 

RENCONTRE AU 35ème

MERCI MACRON

 ... peuvent chanter en chœur les patrons sur l’air de la chanson des Charlots, « merci patron ». Cette loi est l’illustration du brutal retour des affaires aux rênes de l’État, quoi que puisse dire un premier ministre qui amalgame abusivement « l’esprit du 11 janvier » avec le soutien à sa politique blairiste. Nous sommes malheureusement bien placés à la CGT Société Générale pour avoir remarqué que cette loi contient des dispositions dont les media ne parlent pas mais qui donnent satisfaction à de vieilles revendications patronales sous couvert de « sécuriser les entreprises » vis-à-vis du risque judiciaire. Trois d’entre elles méritent qu’on s’y arrête. D’abord, celle qui change les règles des plans sociaux. Jusqu’alors un plan ne pouvait s’appliquer qu’à une entreprise dans son intégralité, et cette obligation a permis un rapport de forces sur lequel nous nous sommes appuyés dans les négociations qui se sont succédées depuis 2009. Impossible par exemple pour la SG de faire un plan limité à certains secteurs des services centraux en 2012. Désormais, la loi Macron autorise l’employeur à faire un plan limité à un secteur de l’entreprise, plus question de départs volontaires permettant des reclassements dans d’autres secteurs, sélection des candidats au départ, disparition des critères d’âge et d’ancienneté… Plus question non plus pour les juges d’annuler à la demande d’un syndicat un plan social en raison d’une motivation insuffisante des licenciements… une disposition de cette loi qui va réduire à peau de chagrin le débat que nous avions mené pied à pied sur les motivations économiques des plans de la Direction. La deuxième disposition donne satisfaction à une autre revendication patronale en supprimant la responsabilité pénale de l’employeur en cas de délit d’entrave au fonctionnement des institutions représentatives du personnel. Un délit pour lequel la Direction a été condamnée plusieurs fois, dont notamment une restée dans les annales, lorsque SGCIB avait tenté de déménager un desk en douce à Londres. Rien d’anecdotique donc, et on ne nous fera pas croire que le ministre ancien banquier ne sait pas ce qu’il fait. La dernière disposition passée inaperçue concerne la justice prud’homale… dont la Société Générale est grande fournisseuse en particulier au conseil de Nanterre pour les cadres. Malgré que cette justice soit consulaire, les juges sont élus, moitié par le collège patronal, moitié par les salariés, elle donne beaucoup – trop – raison aux salariés aux yeux des patrons. Qu’à cela ne tienne, Macron va vider les prud’hommes en renvoyant devant les juges professionnels moins au fait des réalités des entreprises sans que pour autant cette justice soit plus rapide… Depuis 2012, aucune disposition du législateur n’est venue renforcer les droits des salariés et de leurs représentants, alors qu’au contraire, celles qui les réduisent se multiplient depuis la « loi de sécurisation de l’emploi ». Ce n’est d’ailleurs pas fini, puisqu’une loi est en préparation pour « faciliter le dialogue social », en réduisant les prérogatives des CHSCT, des CE et des DP. Après l’arnaque du « pacte de responsabilité » qui va permettre aux banques de prélever plus de 2,3 milliards dans les poches des contribuables, il est légitime de se demander au sujet de cette loi qui est irresponsable ? Ceux qui refusaient de la voter ou bien ceux qui se reniant font allégeance à un patronat avide qui se moque des emplois comme de sa première liquette ?

Les infos de la semaine en PDFen PDF

 

r150227

  

 

 

 

 

 

 

 

L'ARNAQUEUR

On a bien essayé de jouer le jeu, mais la partie était biaisée et la négociation de la mise en œuvre du pacte de responsabilité dans les banques ne pouvait qu’échouer. Alors que, selon une étude révélée par France 2, les banques bénéficieront de 2,3 milliards de réduction de charges au titre du pacte, elles n’avaient qu’une proposition qui revient à faire cautionner par les syndicats la disparition de 3.000 emplois par an dans la branche… comme si on ne savait pas compter entre les « engagements de recrutements » et les prévisions de départs massifs en retraite. Le Président de la commission paritaire de branche, également Directeur des relations sociales de la SG, n’a trouvé que la CFDT, engluée dans sa stratégie de « partenaire social » pour accepter de signer un « relevé de conclusions », sorte de cache-misère qui permet de signer tout en proclamant son désaccord. Même le Ministre du travail n’a pas voulu se mouiller en validant l’arnaque tellement elle est grosse. Il faut dire que le communiqué des 4 fédérations qui ont refusé le relevé a bien aidé, coupant court dans les banques alors que dans d’autres branches comme les transports, le même genre d’arnaque est passé. François Rebsamen a lâché : « il faut que les banques fassent un peu plus »… un peu…

 

L’EPREUVE DU FEU 

Bienvenue aux salariés de Newedge qui sont installés à La Défense depuis quelques jours. Ils seront rejoints dans les prochaines semaines par leurs collègues des fonctions support, en attendant leur intégration de jure dans la structure SG. Les différentes briques du projet GBIS se mettent donc progressivement en place et l’on peut se féliciter de l’ambition affichée par la Société Générale dans ce domaine. C’est d’ailleurs cette ambition que Christophe Lattuada, stratégiste de GBIS, est venu défendre en CE. S’il a une fois encore répété les avantages attendus de la réorganisation de MARK autour de deux grands pôles d’expertise alimentés par une force commerciale à la fois plus locale et plus transversale, il s’est surtout attardé sur les deux adjonctions à ce pôle prévues par le projet : Newedge et SGSS/LMA. Il a tenté notamment de dissiper les craintes pesant sur les activités de Newedge en se montrant convaincu que leur intégration au sein de MARK permettra de générer des opportunités de croissance tant avec la clientèle interne qu’externe. Quant à LMA, il a souligné la complémentarité de son activité de prêt de titres pour compte de tiers avec la partie Equity Finance qui traite les mêmes services pour le compte propre de la SG. L’activité devrait aussi bénéficier de la proximité du service de Prime Brokerage qui sera désormais intégré au sein de MARK/NEW. On le voit, le projet est prometteur sur le papier, même si nos collègues de Newedge sont beaucoup plus réservés quant aux perspectives de leur activité au sein du groupe. Il y a un point noir dans le projet. C’est la suppression de 37 postes au sein de FIND et leur transfert vers Bangalore. Si nous sommes évidemment favorables à la croissance d’une activité rentable, nous aimerions qu’elle se traduise par la création et non la destruction d’emplois sur Paris. Le traitement anticipé de certaines données à Bangalore en profitant du décalage horaire est peut-être une bonne chose, mais il n’était peut-être pas nécessaire que cela s’accompagnât de suppressions de poste à Paris.

Les infos de la semaine en PDF 

 

  

cgt537-bonus-malus

 

 

 

 

 

 

BANZAI

C'était un collègue, un ami précieux, un camarade, un des nôtres, un membre important de notre famille. Il passait son temps à s'occuper des autres avec pugnacité et détermination. Il avait des petits yeux pleins de malice et le rictus toujours serein. Et pourtant, il en a abattu des projets et surmonté des difficultés du haut de ses 28 ans. Il prenait la vie par les deux bouts. Il avait plein de projets. La vie en a décidé autrement. Il a disparu brutalement ce jeudi 5 février, sans avoir le temps de lancer son cri de ralliement "Banzai". Nos pensées vont vers sa compagne Julie.

COMME UN AIR DE FAMILLE  

Le commentaire est politique, certes, mais on nous accordera que les prises de positions répétées de Frédéric Oudéa, bien que drapées des oripeaux de l’expertise technicienne, nous autorisent à répondre à ses propos. Ainsi, nous écrivions, après l’avoir rencontré, notre scepticisme sur son credo : les nécessaires politiques d’austérité, le devoir de rembourser la dette publique, cette condescendance pour “ceux qui ne comprennent pas que c’est un mal nécessaire”, sans un mot sur ceux qui spéculent et font grimper les taux. Un mal nécessaire pour remplir les poches de quelques-uns, car tout le monde n’y perd pas. Les très grandes fortunes ne se sont jamais si bien portées. Au sortir des élections européennes, nous écrivions comment cette grande famille consanguine composée de technocrates non élus, d’experts en tout, de journalistes, de patrons de multinationales et de politiques creusait la fracture entre eux et le peuple. Et voici qu’au lendemain des élections en Grèce, comme s’ils pouvaient être surpris, ils s’offusquent du vote qui a renvoyé ces députés, ceux-là même qui votaient les plans de la BCE et du FMI enfermés dans leur parlement tandis que leur peuple manifestait à l’extérieur.  Et surtout, last but not least, ils jouent des gros bras, les grecs devront tenir leurs engagements et rembourser… Dans le pays inventeur de la démocratie, le vote grec est un symbole pour les autres pays d’Europe particulièrement, il se pourrait bien que ce soit “le crépuscule des dieux de la finance”, ou plutôt le crépuscule de leur emprise sur le pouvoir politique. Nos dirigeants feraient bien d’être prudents et prendre un peu de distance. Dépositaire d’une bonne part de la dette publique de la France, classée à la 1ère place du podium par l’agence France trésor, la qualité de service implique aussi de ne pas s’ériger en prescripteur vis à vis d’un État souverain.

 

NO MORE YEARS

Alors que nous avions obtenu l'engagement du PDG lui même de discuter des critères d'attribution du variable, nous ne pouvons que constater un an après l'engagement, qu'aucune discussion n'a eu lieu et que le "dossier" du variable à la SG est resté en l'état. C'est à dire avec toute l'opacité que chacun lui reconnait et l'arbitraire dont la plupart souffre. Sans critère d'attribution et un minimum de visibilité nous ne pouvons continuer à distribuer des enveloppes de plus en plus conséquentes... l'entreprise prend ainsi un risque de contentieux sérieux. Cette année, d'après Monsieur De Sources sures, les enveloppes vont stagner dans le réseau et seront en baisse dans les centraux ... Une situation qui risque d'être donc encore un peu plus tendue.

 

Les infos de la semaine en PDF

 

  

cgt538kevin

 

 

 

 

 

 

TOUS DES ASSOCIÉS ?

Après l’annonce du résultat des élections du conseil d’administration, nous pensions que le très faible taux de participation était l’élément qui nécessitait une réflexion et un sursaut de tous pour remédier à la tendance baissière. Que nenni, le premier signe de vie de la direction aura été d’envoyer des lettres d’avertissement aux militants de la CGT qui avaient rappelé le scrutin à leurs collègues par mails …. Une initiative qui va à contresens de l’histoire. Certes nous avons obtenu la présence des syndicats sur l’intranet du groupe (en 2003, après des années de bataille), mais au moment où l’on nous explique que des efforts seront nécessaires pour passer dans l’ère numérique, verrouiller les systèmes d’information de la maison n’est pas du tout à la hauteur du dialogue social dont la Direction se vante souvent. Les réseaux sociaux internes permettent d’échanger sur tout et n’importe quoi, sauf publier des propos à « connotation syndicale». Les associations diverses et très variées y ont accès, tant mieux pour elles, c’est apparemment le sens de l’histoire. Ce qui l’est beaucoup moins, c’est la répression sur nos militants qui sont la plupart du temps le seul contre-pouvoir et les seules sources d’information dans la maison. Un exemple ? Non, plusieurs !… Essayez de trouver un compte rendu autre que celui de la CGT sur la négociation sur la formation, sur les évaluations, sur le variable…. Nous avons pu observer par ailleurs que la communication du groupe et/ou des directions passait de plus en plus par SG communities (communication après les attentats, création d’événements, scrutin sur tout et n’importe quoi, etc.). On peut ajouter à tout cela le prosélytisme organisé par la direction ou les directions locales pour les associations qui lui vont bien, telle l’amicale des cadres par exemple, qui a eu droit à un stand aux réunions des directeurs à Deauville mais aussi et surtout à la bénédiction de la DG pour faire des «opérations de marketing direct par les directeurs de DEC, PSC et CRCm pour recruter les cadres non adhérents. Il y a bien deux poids - deux mesures ! Pour l’élection au conseil d’administration, nous ne voulons pas que cet ostracisme permette à la DG de conclure que « vu le faible taux de participation à cette élection, il vaut mieux la supprimer, elle ne sert à rien»… comme pour les prudhommes par exemple.

 

 

HOLD UP

Il n’aura pas fallu longtemps non plus à la DRH pour confirmer nos craintes sur la reprise en main du service social. Pour mémoire, le comité central d’entreprise avait contesté le remplacement de la conseillère-chef du travail (la « chef » des assistantes sociales) par un membre de la DRH. La procédure s’était terminée par un jugement confirmant la vision des élus du CCE. La direction a donc fait appel de la décision. Et, pour éviter le risque d’être contredite par le juge une seconde fois sur le fond, la direction a obtenu un vote des élus CFTC-CFDT-SNB pour mettre fin à la procédure sans prendre le moindre engagement (… le même jour que la signature du pseudo accord salarial 2015) ! Conclusion, la direction vient de nous expliquer que la disparition du service social de RH Online s’inscrivait dans « le cadre d’une démarche RH ». Si vous avez besoin de contacter votre assistante sociale, vous devriez maintenant passer par votre RH …. Vous imaginez l’indépendance et la confidentialité de la démarche ??? Nous avons exigé que l’accès direct soit rétabli, sans obligation de passer par la ligne RH. A suivre.

 

  


Les infos de la semaine en PDF

 

 

 

cgt535-la-galette

AU BON BEURRE

La dépêche de l’AFP n’a pas soulevé grand intérêt, le mail à tout le personnel (tiens, c’est donc encore possible), non plus. Ainsi, Frédéric Oudéa sera bientôt DG tandis que l’italien Lorenzo Bini Smaghi deviendra Président. Nomination très honorifique, mais fort bien rémunérée pour cet ancien de la BCE, les rênes restant dans les mains du DG. Il ne sera pas seul à profiter des largesses de la maison, un autre futur désoeuvré accédera au poste de vice-président, l’actuel PDG de GDF-SUEZ, a défrayé la chronique avec la retraite chapeau de 21 millions d’€ (plus de 800.000€ /an) qui lui est promise à partir de son départ en 2016… il fallait bien prévoir une petite compensation supplémentaire pour cet expert qui présidera le comité des rémunérations d’un conseil d’administration qui ressemble de plus en plus à une épicerie de luxe. Le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, avait invité Gérard Mestrallet à tirer les conclusions de la désapprobation du gouvernement. On peut dire qu’il a été écouté. Il est vrai que le « haut comité de gouvernement d’entreprise » avait validé ladite retraite « supplémentaire ». Un esprit mal tourné ne manquerait de conclure que ce bla-bla sur la gouvernance n’est que poudre aux yeux, et que, décidément, la finance n’est qu’affaire de pouvoir et de cupidité. Le futur Président en a-t-il pris conscience, malgré son passage à la (trop) fameuse École de Chicago, celle qui fût le creuset de l’ultra libéralisme ? On attend avec intérêt la discussion entre celui qui vient d’écrire un brûlot contre les politiques européennes d’austérité et son DG qui affirmait encore récemment que le plus important est que la Grèce rembourse ses dettes.

 

MERCI

Il n’y a pas que la direction qui renouvelait sa gouvernance. Les élections des 2 représentants des salariés au Conseil d’Administration se sont achevées le 21 janvier. Ce premier tour des élections a battu un record historique d’abstention. Avec seulement 17,39% de participation et sans qu’aucun candidat n’ait obtenu la majorité des voix, un second tour est rendu nécessaire. Il se déroulera du 12 au 19 mars prochain. Une séance de rattrapage en quelque sorte pour celles et ceux qui ne se sont pas exprimés au 1er tour. Il semble que le contexte « post attentat » ait rendu ces élections un peu secondaires pour beaucoup de salariés. De plus si elles restent les dernières élections d’ampleur nationale, le conseil d’administration parait, à tort, bien éloigné des préoccupations quotidienne des salariés. C’est en effet, là que sont débattues les politiques salariales, les réorganisations, etc. Enfin, cerise sur le gâteau, la campagne active sur les salaires que nous avions menée en intersyndicale, s’étant soldée par la signature de 2 syndicats, a certainement désabusée bon nombre de salariés – qui ont mis toutes les organisations syndicales dans le même sac. Malgré cela, nous pouvons être satisfaits car la position de la CGT est confirmée et amplifiée (malgré la candidature supplémentaire de FO). La CGT est deuxième dans le collège des techniciens, à 270 voix du 1er. La CGT est deuxième dans le collège cadres, à 500 voix du 1er. Nous étions 3ème en 2012 dans chaque collège. La CGT obtient tous collèges confondus 23% des voix exprimées (malgré une candidature supplémentaire). Le SNB confirme sa position de 1ere organisation syndicale avec 29,29% et la CGT est maintenant, à 61 voix près, au coude-à-coude avec la CFDT (qui perd 2,6% et près de 900 voix). La CFTC perd 2,6% et plus de 700 voix. L’absence de majorité au 1er tour nous fixe le nouvel objectif : confirmer et amplifier nos bons résultats dès le 12 mars !

 

 

 


Les infos de la semaine en PDF

 

 

cgt534-elections-ca

VOX POPULI

Ce peuple que d’aucuns disaient soumis et individualiste a parlé, par millions dans toute la France. Il a porté une exigence de liberté, d’égalité et de fraternité qu’il ne faudra pas laisser s’éteindre. Vox populi, vox dei, cette exigence, les citoyens l’ont portée ensemble auprès de leur classe politique, il lui revient maintenant d’en tirer les leçons. C’est possible, nous y croyons. C’est ainsi que nous avons construit notre CGT à la Société Générale, à l’image de ce que nous voulons : libre et fraternelle, capable de rassembler toutes les diversités d’opinion et d’origine dans un but commun..

 

CARNET DE NOTE

La CGT avait obtenu de Frédéric Oudéa lui-même l’ouverture d’une « concertation » pour retravailler le processus d’évaluation quelques années après son déploiement dans le groupe. Notre objectif visait à supprimer les niveaux d’évaluations qui détournent le processus de son objet originel (pour en rester à la rédaction de commentaires sur la réalisation des objectifs qui permet souvent d’objectiver la situation sans a priori, ni contraintes). De fil en aiguilles, les quelques 5 réunions auront examiné les différentes phases du processus d’Evaluations. Vous pouvez retrouver les seuls comptes rendus disponibles à la SG sur l’intranet CGT. Devant le refus obstiné de la direction de retirer les niveaux d’évaluations, nous avons bataillé pour apporter des droits nouveaux et des garanties nécessaires à l’exercice. Ceux ci feront prochainement l’objet d’une mise à jour de l’instruction 13.672, qui fait force de loi en la matière à la SG. Nous sommes par ailleurs ré-intervenus au sujet de la concertation sur l’attribution du variable. Le représentant de la direction nous a répondu dans un premier temps que le sujet avait été traité par la signature de l’accord salarial ! Nous lui avons expliqué que ce ne sont pas quelques statistiques, sur une dizaine de métiers du réseau, qui vont résoudre la problématique sur la distribution du variable à la SG et de ces critères d’attribution. On se demande qui décide vraiment dans cette maison, la Direction Générale ? son PDG ? la DRH ? les branches ?…Il y a près d’un an que Frédéric Oudéa avait lui-même consenti à la CGT une concertation sur le sujet, pas la mendicité pour avoir 2 ou 3 pages de stats, en échange d’une signature d’un accord salarial au rabais !

 

A VOUS DE NOTER

L’autre méthode d’évaluation ne vous concerne a priori que comme évaluateurs. Il s’agit des élections des représentants des salariés au Conseil d’Administration de la Société Générale, qui s’ouvrent aujourd’hui et se terminent mercredi prochain à 14h. Et si on vous parle d’évaluation, c’est tout simplement que, par votre vote, vous êtes également en position d’évaluer le travail des organisations syndicales qui présentent des candidats. A vous de donner votre voix à celle que vous estimez être non seulement la plus à même de porter votre voix et défendre vos droits mais aussi la plus cohérente dans ses actions. Par exemple, celle qui ne vous demande pas de vous mobiliser contre un accord salarial indigne pour s’empresser de le signer dans les heures qui suivent… Attention aussi, car l’abstention sera un prétexte de plus pour changer le mode d’élection, dans lequel vous risqueriez de perdre une partie de votre liberté d’expression. 


Les infos de la semaine en PDF

 

cgt533-n

Ô MÂNES DE CHARLIE

« Je suis Charlie », ce slogan, bien trop oecuménique n’est pas du tout dans la nature de Charlie Hebdo, qui portait un esprit critique bien soixante-huitard et pas du tout consensuel. Les mânes de Charlie doivent bien rigoler là-haut d’entendre les cloches de Notre-Dame sonner pour eux. Cependant, l’émotion légitime suscitée par cet acte odieux est partagée par tous, et c’est bien. Le personnel de la Société Générale a largement participé à la minute de silence organisée le jour de deuil national. Plus de 1200 salariés ont répondu à l’appel au rassemblement au pied des tours de la Défense, sous la pluie battante, et aussi dans bon nombre d’agences, parfois avec le soutien de la Direction. Beaucoup se sont émus du silence assourdissant de la Direction. Parfois, des messages de la COM ont été relayés. Le reste s’étant contenté d’un soutien trop discret sur SG communities. Mais, au-delà de l’émotion, le rassemblement derrière « la liberté d’expression » et de la défense de « la liberté » que nous serions tous à chérir interroge. Qui ne se souvient du 11 septembre, et de l’espoir qu’un tel acte serait à l’origine d’une prise de conscience universelle ? On a vu ce que ça a donné, aussi bien du côté des terroristes islamistes que des puissances occidentales. Espérons encore que cet attentat provoquera un sursaut et l’engagement de tous, musulmans de France compris, dans l’éradication de tous les fondamentalismes et leurs avatars, religieux ou non. Après tout, il n’y a pas bien loin entre les autodafés nazis et l’attaque contre Charlie Hebdo : il s’agit de tuer la liberté de penser. Ce qui est impossible heureusement. C’est pourquoi nous préférons les mots de Saint Just : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ».

 

CONSTRUIRE ENSEMBLE

Depuis de nombreuses années maintenant, les salariés de la Société Générale ont pu mesurer le travail des représentants de la CGT. Informer, écouter, débattre, pour au final, décider ensemble sont les maitres mots de notre pratique syndicale et forgent les liens que nous avons tissés avec les salariés, principalement dans les moments difficiles d’ailleurs... Suppression d’emplois, PSE, mais aussi par exemple, Mikado, Roméo, auront mis en exergue la nécessité d’avoir des représentants du personnel, combatifs, disponibles et à l’écoute. Les élections du Conseil d’Administration qui s’ouvrent le 15 janvier (à partir de 10H00) et s’achèveront le 21 janvier (à 14H00) vont être le moment où vous devrez utiliser une liberté d’expression qui existe dans l’entreprise : le vote. En ces temps dramatiques, qui nous permettent de mesurer le prix des libertés dont nous disposons, ne pas voter serait un contre sens historique et une erreur individuelle.

 

QVT

La première réunion de négociation de l’année 2015 aura eu lieu le 8 janvier. La QVT (la qualité de vie au travail en DRH’Langue) a été l’occasion d’un premier échange sur les bases d’un texte remis aux organisations syndicales quelques jours auparavant. Nous sommes donc intervenus pour que les bons et pieux principes mis en avant dans le projet se concrétisent par des mesures dans la vraie vie. Les propositions dont nous allons débattre devront répondre, enfin, à l’objectif fixé depuis de trop nombreuses années : faire dégringoler le stress dans l’entreprise.

 


Les infos de la semaine en PDF

 

CGT532-Charlie-VB

BONNE ANNEE !

… à vous et à vos proches. S’ils sont traditionnels, ils n’en sont pas moins sincères. Ils s’adressent en priorité à vous, mais nos voeux sont aussi syndicaux. Avant de passer à l’autre tradition du début d’année, la galette, nous avons déjà du pain sur la planche. La négociation des salaires à peine expédiée, d’autres sujets reviennent au menu, évaluations professionnelles, conditions de travail, rémunération variable… tout plein de bonnes occasions pour mesurer que les bons voeux ne restent pas seulement des bonnes intentions !

FORMATION

Au-delà du sujet qui fâche, les salaires, une autre négociation s’est déroulée ces derniers mois : celle sur la formation professionnelle (cf. docs et cr sur l’intranet CGT). Hérité d’un accord national entre le MEDEF et l’ensemble des confédérations syndicales (sauf la CGT), traduit dans une loi qui aura nécessité une multitude de décrets de tous genres, le sujet aura nécessité une bonne dizaine de réunions pour faire entrer les nouvelles dispositions légales dans les droits et garanties qui existaient déjà dans les accords SG. Il aura fallu batailler quelques réunions, par exemple, pour que ne passe à la trappe tout l’encadrement que nous avions réussi à construire afin que les retours de congés maternités se passent sans trop de dégâts. Par ailleurs, la nouvelle loi prévoit un entretien individuel obligatoire tous les 2 ans. L’occasion pour la direction d’essayer de faire disparaître ces entretiens pré-départ et pré-retours, qui permettaient de gérer au mieux, la volonté des salariées concernées et des possibilités d’affectation. Au final, sur ce point, l’accord soumis à la signature réaffirme les droits et garanties actuelles. L’autre grande nouveauté de cette avalanche de décrets qui va définir la formation professionnelle, aura été la fin du DIF au 1er janvier 2015, pour le remplacer par le compte personnel de formation (CPF). Les heures de DIF sont transférées dans le CPF, celui-ci restera ensuite attaché au salarié (même s’il quitte l’entreprise). L’ensemble des comptes est dorénavant géré par la Caisse des Dépôts et l’utilisation de ces heures nécessite l’accord de la SG, si elles ont lieu en tout ou partie sur le temps de travail. Chaque demande devra recevoir une réponse de la direction dans les 30 jours qui suivent le dépôt de la demande. Le projet d’accord est soumis à signature jusqu’au 7 janvier. Avant d’apposer sa signature sur le projet et fidèle à ses habitudes, la CGT consulte l’ensemble des salariés. Vous avez donc jusqu’au 6 janvier, au soir, pour nous donner votre avis.

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Tous les 3 ans, les salariés de la SG devront renouveler leurs représentants au Conseil d’Administration. Cette fois ci, les élections auront lieu du 15 janvier (10h00) au 21 janvier (14h00). Seront à élire, un représentant des techniciens et un représentant des cadres. Le scrutin se fera par vote électronique. C’aurait pu être une bonne façon d’utiliser intelligemment la fameuse tablette, mais celle-ci n’a été remise qu’à 200 salariés pour l’instant. Avec ou sans tablette, l’intérêt du vote n’en reste pas moins important. Cette élection est la seule qui subsiste à la SG, d’ampleur nationale. Elle est donc un véritable baromètre employeur. Une bonne résolution en ce début d’année : bloquer 5 minutes entre le 15 et le 21 pour envoyer au Conseil d’Administration des représentants sur qui on peut vraiment compter !


Les infos de la semaine en PDF

cgt531 bonneannee