Les infos du 12 Février 2016 : Emploi, L'arrondi de 25 millions, broad-bide

Évaluer cet élément
(2 Votes)

EMPLOI : AU FINISH
La dernière réunion aura duré près de 9h00. Depuis le 3 novembre, une dizaine de réunions de négociation aura donc été nécessaire pour aboutir à un projet d’accord Emploi remplaçant celui du 13 février 2013. Le projet soumis à la signature des syndicats reprend,pour les 3 prochaines années, l’équilibre de l’accord précédent : pas de licenciement contraint, fluidité de la mobilité, priorité au reclassement interne en cas de grosse réorganisation et possibilités de départs volontaire ou de PTA (transition d’activité 3 ans avant la retraite). Les curseurs sur les indemnités et les modalités de départ ont changé. La CGT, conformément à ses habitudes, a rendu public le projet et consulte les salariés, avant d’apposer ou non sa signature. Nous allons publier une note de synthèse des changements et des nouveautés de l’accord afin de vous aider à appréhender le nouveau texte et donner votre avis avant le Jeudi 18 février.

L’ARRONDI DE 25 MILLIONS
L’annonce des «très bons résultats» n’aura pas empêché la propagation de la fièvre qui touche le cours des actions des banques. L’objectif d’un ROE à 10% retardé aura été salué par la chute du cours de 11%. Mais c’est un autre chiffre qui a retenu toute notre attention. Celui de l’augmentation du dividende qui passe de 1,20 à 2€. Le bénéfice net par action 2015 de 3,94 € aurait dû, logiquement, donner un dividende à 1,97€. Il a manifestement été arrondi à 2€. Nos dirigeants ont certainement jugé que 3 centimes ce n’était pas significatif. Sauf que ce sont 25 millions d’euros supplémentaires qui vont dans la poche des actionnaires. Les salariés devront se contenter d’un remerciement dans le communiqué de presse. 25 millions, c’était le montant des enveloppes d’augmentations collectives négociées avec les syndicats … Mais ça c’était avant. Avant que nous n’ayons plus que les succès, la sueur et les PSE à partager.

BROAD-BIDE

Cela fait maintenant trois ans qu’à la faveur de l’opération Mikado, la SG externalisait chez APTP, 120 de nos collègues faisant l’erreur de suivre, alléchés par la promesse mirobolante de participer à la construction du «1er acteur européen» de «post trading». Le volontariat avait été garanti de haute lutte, il faut dire que les pressions n’avaient pas manqué et que certains syndicats, comme la CFTC, avaient pesé de tout leur poids pour encourager l’opération en organisant des réunions de sergents-recruteurs. Ce que le personnel des secteurs concernés a sanctionné en votant massivement pour la CGT (70% à CB3). Las, une fois les flons-flons terminés et les lampions éteints, l’opération s’avère beaucoup moins prometteuse qu’annoncée. APTP peine à attirer d’autres clients et à développer les logiciels propres qui assurent la même qualité de traitement que ceux qui avaient été développés en interne. Ces derniers sont toujours utilisés faute d’avoir été remplacés par ceux du «leader mondial» BROADRIDGE, qui devaient générer 160 millions d’économies et qui génèrent en fait des surcoûts ! On comprend pourquoi il a fallu beaucoup ramer pour que Barclays accepte de monter dans ce navire APTP qui prend l’eau. À tel point qu’il est maintenant question de retour à la maison de Bangalore pour donner un peu de couleur au bilan financier de l’opération. En somme, Mikado part en sucette.

 

Les infos sous format PDF se trouvent ici

 cgt581-dividendes

Lu 10263 fois Dernière modification le vendredi, 12 février 2016 19:34
Connectez-vous pour commenter