mercredi, 06 mai 2015 08:46

Gouvernance d'entreprise

CHEF! .... L'ADDITION Une "concertation" sur les salaires s’est déroulée le 21 avril. «Nous avons souhaité répondre à vos demandes et échanger sur les rémunérations en dehors de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires» aura déclaré André Guy Turoche pour ouvrir le bal. En 1 heure chrono, il nous a présenté une rafale de statistiques sur l’évolution de la masse salariale en 2014 et une vision des variables 2015. L’objectif de la présentation des statistiques résidait surtout dans la possibilité de nous remettre le couvert sur le fait qu’en 2014, la masse salariale aurait augmenté de 3,5% (vs une inflation à 0,5% et des augmentations collectives à 0). Il aura bien surligné le fait qu’augmenter de 3,5% la masse salariale résultait pour 0,5% de l’intégration des commissions du réseau et pour 2,1% des révisions découlant d’accords ou de règles internes. A contrario, les promotions (à la main des directions locales) ne pèsent plus que pour 0,6%.Et c’est bien là que le bas blesse, lui aura fait remarquer la CGT. Après, avoir décidé qu'il n'y aurait plus d'augmentation de capital qu'une année sur 3, avoir mis tout le monde (enfin presque..) au régime sec en refusant les augmentations collectives, avoir choisi de discriminer plus encore sur le variable, il ne reste plus, à la direction, qu’à tenter d’obtenir des organisations syndicales de rogner sur les « effets contraignants de l’accord social de 2000». C’est la seule variable qui subsiste si la direction veut discriminer plus sur la rémunération fixe (donner…
LE 22 A ASNIERES Sous couvert de difficultés d’acheminement des bulletins de salaire dans les services centraux, la direction avait décidé l’an dernier de les envoyer au domicile via la Poste. Cela devait soulager les assistantes de gestion du personnel (AGP), avant de se soulager des AGP elles mêmes….250 relais étaient chargés de l’acheminement, ce qui pouvait poser des problèmes – mais au moins les feuilles de paye restaient dans l’entreprise... Avec le recours à la voie postale, les pertes sont devenues nombreuses et les risques d’usurpation d’identité sérieux. Les fiches de paye égarées à l’extérieur de l’entreprise ne le sont en effet pas pour tout le monde… Et le recours au fil RH ne peut pas tout résoudre. Un duplicata arrive en moins de 3 semaines. Il arrive même qu’en demandant un duplicata, on reçoive une feuille de paye d’un autre salarié… ce qui pose aussi le problème de l’obligation de confidentialité que doit respecter l'employeur, et non pas les salariés qui eux, ont le droit de parler des montants de leur rémunération…et même de manifester leur mécontentement ! UNE RAFALE CONTRE LA CECITE C’est Pascal MERE qui est venu représenter la direction de BDDF lors des récentes commissions du comité central d’entreprise… comme depuis plus de 15 ans. Il a signalé que le nombre de fermetures d’agences était de l’ordre de 25 à 30 par an, depuis 3 ans et qu’une « liste de fermetures au fil de l’eau » allait nous être remise. Il a rappelé l’objectif…
SOURIEZ, VOUS ETES STRESSES La 6ème analyse du stress à la SG est parue très discrètement cette année. Pourquoi tant de discrétion ? Les résultats (dispo sur nos sites) ne sont pas bons. Très en dessous des attentes… Si le niveau de stress reste élevé (37,4% des salariés sont concernés), celui des salariés hyper stressés fait un bond de 14,7% à 16.3%. Aux facteurs de stress habituels (eux-mêmes en augmentation) viennent s’ajouter les « efforts supplémentaires non reconnus ou appréciés » et surtout le «manque de temps». On risque fort de voir se multiplier les ateliers pour vous apprendre à respirer, à manger équilibré et faire du sport (prendre la ligne A du RER…c’est du sport, tous les jours !). D’ailleurs, plutôt que de s’attaquer aux racines du mal, la direction a proposé une nouvelle démarche autour de la QVT et a obtenu un accord signé par CFDT, CFTC, FO et SNB. 94% des salariés qui nous ont fait un retour sur une éventuelle signature, nous ont demandé de ne pas le signer. Avis éclairé que nous avons bien sûr suivi. MANGEZ DES POMMES Les premières victimes de ces campagnes QVT ou «Life at work» sont vraisemblablement les médecins du travail, qu’on a tant de mal à recruter et à qui on vient de fixer des objectifs pour la 1ere fois à la SG… au niveau des objectifs, on y parle plus des campagnes sur le sommeil, de manger des pommes et/ou manger moins gras, de faire du sport… que…
LA TENTATION En réponse à notre demande, le PDG nous avait accordé une rencontre sur la distribution du variable. L’engagement présidentiel pris en 2014 pourrait se concrétiser le 20 avril prochain. Les syndicats sont conviés à une négociation sur « la rémunération - dont le variable ». D’où notre crainte. Sous couvert de parler du variable, la direction irait elle jusqu’à succomber à une vieille tentation ? Depuis quelques années, le régime sec en matière d’augmentation collective n’empêche pas la masse salariale d’augmenter un peu plus vite que l’inflation. Chaque année, la direction ne manque pas de nous rappeler que cette augmentation découle d’accords collectifs et non pas d’une décision de l’entreprise pour récompenser les plus méritants. Après avoir fait le choix d’un variable plus discriminant, la direction s’attaquera-t-elle aux automatismes (retour de congé maternité, grille des minimas, gestion de la mobilité, etc) ? Réponse le 20 avril… TROMPE L’OEIL Formidable ! C’est tout bonnement formidable. Si l’on en croit le message de DRHG la rémunération financière des salariés (intéressement et participation) aurait augmenté de 30% d’une année sur l’autre grâce à un nouveau mode de calcul, passant à 92 millions d'euros. La réalité est moins brillante que la com. Tout d’abord, le montant donné par la formule de l’accord ne donne que 78 millions d’euros, soit une hausse plus modeste. Les 14 millions d’euros supplémentaires proviennent d’un « supplément d’intéressement exceptionnel accordé par le Conseil d’Administration », sur le modèle des 10 millions accordés en 2014. La formule de…
RETOUR D’EXPÉRIENCE La distribution des fameuses tablettes bat maintenant son plein. Mettons de côté la polémique sur le coût de cet outil professionnel en regard de l’absence d’enveloppe pour les salaires, pour en venir à un retour d’expérience presque objectif. Pour l’être complètement, pas besoin d’être adepte d’Apple pour trouver que la version 8 de Microsoft Windows soit un gros bide. Ce qui a retenu notre attention, c’est plutôt la masse de chartes et documents que vous devez valider avant de recevoir l’engin. Vous devez certifier avoir lu et pris connaissance de documents qui ont été écrits il y a parfois bien longtemps, et dont le non-respect peut vous emmener directement vers une procédure disciplinaire allant jusqu’au licenciement. Nous avions obtenu de la direction, en 2014, un accord pour encadrer le filtrage de toutes les boîtes mails des services centraux. Le principe est simple, il est interdit de s’envoyer des mails professionnels sur sa boîte personnelle ou sur une clé USB. Si un besoin urgent le nécessite, vous devez en demander l’autorisation à votre responsable direct ou le mettre en copie du mail lorsque cela n’est pas possible. Faute de quoi, vous risquez la porte. Il n’en reste pas moins que la tablette va bousculer un certain nombre de nos habitudes et il serait bon que la direction engage une discussion avec les syndicats afin d’aboutir à un accord ou une instruction générale définissant un cadre de garanties pour les salariés. Car si elle a su prévoir de prémunir pour…
REMERCIEMENTS Nous remercions l’ensemble des salariés qui ont voté pour nos candidats aux élections du Conseil d’Administration. Si cela n’aura pas suffi pour avoir un représentant CGT au Conseil (puisque seul le 1er est élu), nous y voyons une marque de confiance dans le travail que nous effectuons et un encouragement à continuer d’assumer pleinement les responsabilités pour lesquelles vous nous avez mandatés. BISOUNOURS Le 18 mars, se serait tenue la dernière réunion sur la QVT – qualité de vie au travail. Sous couvert de documents de travail confidentiels, les réunions se sont succédées et la montagne a accouché d’une souris. Dès 2006, nous avions exigé une négociation sur les conditions de travail pour examiner ce qui, dans l’entreprise, était source de stress et modifier ainsi les éléments pathogènes de certaines organisations. Depuis, nous sommes dans le diagnostic et le ripolinage. Le nouveau texte proposé est un recueil de poncifs. Un nouvel observatoire QVT va venir s’empiler sur l’observatoire des métiers et celui sur le stress. Nous avons dénoncé l’escroquerie intellectuelle qui viserait à ne pas s’attaquer aux causes du stress dans l’entreprise, pour s’en tenir à des programmes de santé au travail (faites du sport, arrêtez le sel, mangez des pommes,…). Ces programmes nous éloigneraient de la nécessité de rendre notre univers de travail plus serein et vivable, et en plus, individualiseraient la responsabilité, pour la faire porter aux salariés ! LA TRAVERSEE DE PARIS Le 19 mars a eu lieu la rencontre sur le projet Campus (dont le…
CAMPUS Ce n’est pas Sœur Anne qui viendra, mais Françoise Mercadal-Delasalles qui recevra les représentants nationaux des organisations syndicales le jeudi 19 mars. Un an après avoir demandé et obtenu du PDG lui-même cet entretien, nous devrions en savoir plus sur le déménagement des 4.500 postes d’Ouest en Est Parisien. Ce sera surtout l’occasion d’un premier échange qui permettra de mesurer quel traitement aura été pensé pour les salariés concernés, côté direction, au-delà des réflexions organisationnelles qui auront été, elles, mûrement discutées. Nous voulions prendre cette discussion bien en amont de la date de déménagement car le délai vers cette transition permettait de profiter des mobilités naturelles pour combiner les deux contraintes, celle de l’entreprise et celle des salariés. Le temps est passé. Une bonne partie des salariés habitent sur l’Est parisien et le projet pourrait leur éviter du transport. Mais pas tous. Nous verrons le 19 mars, si l’examen des situations familiales et des lieux d’habitation des salariés des centraux a été effectué. Sinon, nous le demanderons, tout comme le recensement des souhaits des salariés eux mêmes. Pour accompagner le projet, le Campus Métier Mobilité devrait reprendre du service. En attendant, il subit une petite mission d’inspection… EVALUATIONS Tandis que la campagne de fixation des objectifs bat son plein et devrait se clore le 30 mars, nous étions reçus le 12 mars pour actualiser l’instruction N°13.672 qui régit l’exercice. Force de loi dans l’entreprise, l’instruction confirme ce que nous avions déjà fait inscrire dans sa première version en 2011.…
RENCONTRE AU 35ème Comme chaque trimestre maintenant, Frédéric Oudéa a reçu les représentants nationaux des syndicats mardi 3 février. Ces entretiens d’environ 2 heures permettent de faire un point sur la situation et d’échanger sur le top ten des préoccupations du moment. A deux jours des annonces du variable, nous ne pouvions pas manquer l’occasion de rappeler à notre hôte l’engagement qu’il avait pris l’an dernier d’ouvrir une concertation sur l’attribution du variable. L’engagement est resté lettre morte, ou quasi comme telle depuis. «Si vous me demandez de supprimer le côté discrétionnaire du variable, …, ce n’est pas possible » nous aura-t-il répondu. Nous avons dû lui rappeler que notre exigence dans le domaine est de permettre à chaque salarié à qui on annonce un variable de pouvoir en comprendre le montant, son évolution et qu’il ait la visibilité pour pouvoir se situer dans son métier, en tenant compte de son ancienneté, sa séniorité, etc. C’est le minimum que l’exercice doit permettre, et c’est la loi, surtout avec les montants dont on parle maintenant… fussent-ils en baisse, comme dans les centraux (-10%) ou en stagnation moyenne pour le réseau (chacun sait que «moyenne» ne signifie pas «pour tous»..). Une prochaine réunion devrait avoir lieu, mais la récente signature de l’accord salarial (avec «zéro» augmentation) a donné un signe très négatif pour obtenir maintenant une discussion positive sur les rémunérations. « Nous continuerons à être très exigeants sur les rémunérations » nous a-t-il prévenu. Autre sujet, dans la rubrique « on…
lundi, 02 mars 2015 10:42

Variables d'ajustement

MERCI MACRON ... peuvent chanter en chœur les patrons sur l’air de la chanson des Charlots, « merci patron ». Cette loi est l’illustration du brutal retour des affaires aux rênes de l’État, quoi que puisse dire un premier ministre qui amalgame abusivement « l’esprit du 11 janvier » avec le soutien à sa politique blairiste. Nous sommes malheureusement bien placés à la CGT Société Générale pour avoir remarqué que cette loi contient des dispositions dont les media ne parlent pas mais qui donnent satisfaction à de vieilles revendications patronales sous couvert de « sécuriser les entreprises » vis-à-vis du risque judiciaire. Trois d’entre elles méritent qu’on s’y arrête. D’abord, celle qui change les règles des plans sociaux. Jusqu’alors un plan ne pouvait s’appliquer qu’à une entreprise dans son intégralité, et cette obligation a permis un rapport de forces sur lequel nous nous sommes appuyés dans les négociations qui se sont succédées depuis 2009. Impossible par exemple pour la SG de faire un plan limité à certains secteurs des services centraux en 2012. Désormais, la loi Macron autorise l’employeur à faire un plan limité à un secteur de l’entreprise, plus question de départs volontaires permettant des reclassements dans d’autres secteurs, sélection des candidats au départ, disparition des critères d’âge et d’ancienneté… Plus question non plus pour les juges d’annuler à la demande d’un syndicat un plan social en raison d’une motivation insuffisante des licenciements… une disposition de cette loi qui va réduire à peau de chagrin le débat que nous…
Page 10 sur 52