DÉTRICOTAGE Le Conseil Constitutionnel a partiellement sifflé la fin des soldes qu’avait ouverts le gouvernement à coup de 49-3. Exit la disposition de la loi Macron sur le plafonnement des indemnités en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le plafonnement mettait à mal un principe fondamental du droit selon lequel tout justiciable a le droit à être pleinement indemnisé d’un préjudice qu’il a subi. Le MEDEF a rouvert le bal en faisant sa rentrée cette semaine devant un parterre de patrons, dont le nôtre. Non apaisée par le pacte de responsabilité et les 41 milliards de baisse des charges, qui n’ont eu jusqu’à présent aucun effet sur l’emploi, l’auguste assemblée a réclamé au gouvernement de «savoir trancher» sur le droit du travail – suivi le lendemain par le N°1 de la CFDT qui juge «les choses trop compliquées pour les salariés». On verra pour l’avenir, en attendant la SG a empoché en 2014, 38 millions de CICE (crédit d’impôt pour développer l’emploi), 26 millions en 2013 … pour annoncer cet été un nouveau plan d’économie de 850 millions d’euros. Ce qui risque réellement de compliquer les choses pour les salariés alors qu’au contraire, il conviendrait d’investir dans l’emploi et la formation, notamment dans le réseau, pour préparer l’avenir. LES DUNES La première commission de suivi sur le transfert de certaines activités de la Défense vers Val de Fontenay va se tenir le 3 septembre. La direction nous présentera la rafale de statistiques prévues dans l’accord sur le nombre…
LE RETOUR DU VEAU D’OR Frédéric Oudéa, dans son nouveau costume de DG, a parlé de « changement de culture » pour la Société Générale. Ce n’est pas d’une nouvelle culture dont il est porteur. C’est d’un culte très ancien, celui du veau d’or. Le communiqué annonçant un plan d’économie a été accueilli par une hausse sans précédent du cours de l’action. Message reçu de la part de ceux à qui il était destiné : les encaisseurs de dividendes à qui sont promis par leur grand prêtre la moitié des bénéfices 2015. TOUR DE VIS EN PRIME Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour avoir les premiers éléments de la nouvelle vague d’efforts que la Direction Générale nous prépare. Malgré «des résultats très satisfaisants», la Direction vient d’annoncer aux marchés un nouveau tour de vis à hauteur de 850 millions d’euros d’économie à horizon 2017. Cette politique de réduction des coûts en vigueur depuis 2008 s’accélère au travers du transfert à Val de Fontenay de milliers d’emplois, de délocalisations, d’externalisations, de suppressions d’emplois par centaines et de la réduction de la présence d’agences et de personnel dans le réseau. Elle va s’attaquer une nouvelle fois aux processus opérationnels. La politique salariale est déjà réduite à son strict minimum : plus d’augmentation collective, hyper-sélectivité des mesures de révisions individuelles, variable hyper discriminant. Il reste donc au Groupe (là, c’est vous aussi) à «poursuivre ses efforts de simplification et d’efficacité opérationnelle». Ces choix stratégiques et leurs conséquences sociales – tant dans le…
TRANSFORMERSLes rumeurs filaient bon train depuis quelques semaines (voire plusieurs mois). La dernière rencontre trimestrielle avec le PDG datait de mars dernier ... de quoi nous étonner de ne pas être reçus «au 35ème» avant la traditionnelle trêve estivale, comme d’habitude. La convocation n’aura pas tardé et nous voilà donc, une nouvelle fois, conviés le 9 juillet à 17h00 par l’ex Président, devenu Directeur Général. Les résultats du T2 pas encore connus, c’est un discours positif que F. Oudéa a voulu délivrer. La Grèce ? «Tout le monde me demande ! …. Mais non ! On n’y est plus depuis 2013 !» dit-il d’un air satisfait. «Personne n’en connaît l’issue. Il faudrait une réponse politique forte … je crains un accord insuffisant, et que l’on entende encore parler de la Grèce dans 6 mois». La Chine ? «J’en reviens !... bon, le ralentissement est logique, après une période de grosse croissance». La Russie ? «Il n’y a pas eu de surprise… le dialogue avec les Européens continue». «Toutes ses incertitudes n’ont pas pour autant entraîné une grande volatilité sur les marchés». Le DG a martelé son credo contre le compromis qui se mettait en place au niveau européen contre les banques universelles. La situation est tellement hallucinante pour lui qu’en visant ce compromis, les exceptions faites aux banques GB et aux filiales US présentes en GB, «on découpait tellement chirurgicalement qu’à la fin, la séparation des activités touchait 10 banques – dont 4 françaises ! Ce qui laisse la place…
COMME LARRONS EN FOIRE Ce n’est pas un hasard du calendrier si, au moment où l’assemblée « examine » l’amendement Macron qui vise à réduire le recours des salariés contre les licenciements injustifiés aux prud’hommes, le patronat bancaire de son côté tente de réduire leur droit de le contester devant la commission de recours de branche. Les deux vont dans le même sens, rétablir la « liberté » de licencier pour le patronat sous couvert de faciliter les embauches… La commission de recours a remplacé le conseil de discipline, qui était un organe paritaire dont les membres représentants des salariés étaient élus. En 2000, pendant la négo de la convention collective, les banques ont voulu se débarrasser du conseil et de son élection, calqué sur le modèle de ceux de la fonction publique. De notre côté, nous ne tenions pas forcément à le maintenir, car les conseils n'avaient plus de caractère vraiment paritaire et ils étaient paralysés, les membres désignés par les banques étaient systématiquement pour la sanction, les salariés contre. Le compromis s'est établi sur la création d'une commission de recours, qui devait permettre une discussion et ainsi éviter cette paralysie qui conduit inévitablement à la multiplication des procédures prud'homales. Le MEDEF fait d’ailleurs le même genre de proposition. Il en va tout autrement de la suppression du caractère suspensif du recours que le patronat bancaire réclame aujourd’hui, car dans ce cas, il n'y a plus aucun intérêt à s'adresser à la commission de recours, autant engager directement une…
EXIT TECHNOPOLIS …. Bienvenue sur Les Dunes ! Welcome to the Dunes ! Puisque c’est ainsi que le nouvel ensemble d’immeubles de Val de Fontenay devrait s’appeler. L’annonce du nom aura été faite au Comité d’Etablissement des services centraux lors de la consultation finale concernant le projet de transfert. La CGT a saisi l’occasion de cette consultation, purement formelle, pour rappeler ses réserves sur l’accord signé avec la direction et toutes les organisations syndicales. Grand bien lui a fait car l’amphi de présentation de la Direction destiné aux managers marquait un parti pris qui démontre une nouvelle fois que les salariés – qui le voudront – auront besoin d’une aide et de conseils avisés de représentants déterminés pour faire appliquer leur droit. La CFTC et le SNB ont voté pour le projet et nous nous sommes abstenus en rappelant notre opposition à la Direction qui considère que La Défense et Val de Fontenay sont un seul et même bassin d’emploi … La canicule de cette semaine nous aura ramenés sur le plancher des vaches et aura rappeler cruellement aux « voyageurs d’Ile de France » que les transports ne sont pas seulement une histoire de kilomètres, ni de temps théorique …. Mais qu’un poney sur les rails, un coup de chauffe ou une caténaire qui fond peuvent bloquer tout un réseau SNCF, presque comme une sardine a pu bloquer le Port de Marseille. Suite à la consultation, la Direction va envoyer une lettre d’explication aux salariés concernés vers le 8…
EGALITE : 2- 1 « En dessous des attentes », c’est le bilan que nous avons fait lors de la commission de suivi de l’accord Egalité Professionnelle (cuvée 2013 -2015). Concernant l’évolution des effectifs, la féminisation de l’entreprise se poursuit, avec 57 % de femmes dans l’effectif total. Mais les femmes sont toujours surreprésentées chez les TMB, et minoritaires chez les cadres. Les recrutements ne suffisent pas à changer les choses (50,2% des recrutements sont des femmes). « On poursuit cet équilibre » a ajouté la représentante de la Direction, notamment en faisant des actions de sensibilisation dans les établissements de formation à forte domination masculine. L’autre levier, la promotion est encore moins efficace : la durée moyenne entre deux promotions accentue l’inégalité : pour les hommes à temps plein elle est de 5 ans et 2 mois, 5 ans et 7 mois pour les cadres. Elle est de 5 ans et 9 mois pour les femmes TMB et pire encore, 6 ans et 1 mois pour les femmes cadres … sans parler du sacro saint variable, dont sont victimes encore trop de femmes autour du congé maternité, malgré les dispositions précises que nous avions obtenues, inscrites dans l’accord signé par la direction. Une « plus grande discrimination sur le variable » et « hyper sélectivité des mesures d’augmentation de la RAGB » ne font pas bon ménage avec un traitement efficace de l’inégalité professionnelle. Il faudra donc revenir sur ce bilan lors des prochaines négociations qui vont s’ouvrir en…
TECHNOPOLIS La dernière négociation dans le cadre du déménagement vers Val de Fontenay s’est déroulée le 16 juin. Le transfert peut être lourd de conséquences sur l’organisation et la vie des salariés concernés. Face à ce projet de la direction, la négociation (dont nous sommes à l’origine) a tenté d’apporter des solutions aux salariés en créant des possibilités de permutation entre ceux qui ne veulent pas leur transfert et ceux qui le souhaiteraient mais dont l’activité n’est pas transférée. Ce texte replace les salariés concernés qui voudraient rester sur La Défense dans le cadre d’une mobilité prioritaire. Enfin, des mesures financières ou des aides diverses (1% logement, garde d’enfant) apportent un coup de pouce à ceux qui en auraient besoin. Ce texte ne résout pas tout puisque nous restons sur une position antinomique à celle de la direction. En effet, celle ci affirme être dans son droit en considérant la région parisienne comme un seul et même bassin d’emploi, ce qui aurait pour conséquence qu’un salarié n’aurait d’autre possibilité que de suivre l’affectation imposée par la direction. Ce que nous contestons formellement. Enfin, le projet d’accord permet la création d’une commission de suivi et de recours, dispositif qui a démontré son efficacité lors des réorganisations précédentes (ou PSE) et qui permet de résoudre pas mal de situations pour lesquelles les salariés nous ont saisis. C’est d’ailleurs cette commission qui aura la responsabilité d’émettre des avis sur les recours formulés par les salariés, et de suivre leur mise en oeuvre par…
TECHNOPOLIS : VERS L’ EPILOGUE Après avoir négocié au rythme sénatorial, malgré nos demandes depuis plus d’un an, la direction semble vouloir accélérer le plan de marche du projet de transfert vers Val de Fontenay. La négociation prévue le mardi 16 juin pourrait bien être la dernière. En tout cas, elle est prévue non stop, sur la journée, pour rattraper le retard … Il faut dire que la réunion du 8 juin aura encore été l’occasion pour la CGT de revenir sur l’organisation des discussions avec les salariés souhaitant ne pas suivre le transfert, les permutations possibles avec des volontaires et l’inclusion de tous les salariés concernés dans l’accord (y compris les absents, en mission, etc). Cela a aussi permis d’éviter de remettre un chèque en blanc à la direction sur l’organisation du travail. En effet, la CFTC avait proposé de travailler sur le « flex-office»… Une perche que la direction a aussitôt saisie pour proposer la «mutualisation des postes de travail», ce que permettrait le nouvel immeuble high tech. Rien que ça ! Faut reconnaître que la théorie est financièrement alléchante : 1.000 salariés sur 1 jour de télétravail représentent 1,2 poste de travail. En extrapolant à 3.000 salariés en 2016, pour 1 ou 2 jours de télétravail, on pourrait réduire le nombre de postes de travail de 15 à 20%. Comme cette organisation n’est pas possible par équipe (puisque l’accord sur le télétravail prévoit que l’ensemble de l’équipe doit être présente en totalité au moins 1 jour par…
#TOUTVABIEN2015 Il y a des sujets qui détendent ... ou pas. Une semaine entière est programmée en juin sur la "qualité de vie au travail" (pardon...life at work). Au menu du patchwork : massages relaxants, après la "construction dans la joie d'intervention auprès des clients" avec la solution Lego Serious Play, réflexions sur le sens de la vie, mais aussi des sujets hallucinatoires, prosélytistes, à la limite de la dérive sectaire : "boostez votre productivité et vivre mieux", "méditation en pleine conscience", "réfléchir avec ses mains". Il ne manque plus que les cours de vol yogique et on retrouverait presque le programme de quelques frappés qui ont égayé quelques élections au cours des années 90. Toutefois, cette fois ci, nous avons également droit à un programme plus light et compréhensible au commun des mortels. "Redonner la pêche aux générations Baby-boom, X et Y", "Manager autrement pour réenchanter le travail", "On a tous des supers pouvoirs ! Pour gagner en efficacité et ensemble"... Elle est pas belle la vie ? LA WORLD COMPANY C'est un moment important, officiel parmi d'autres, dans lesquels les huiles apprécient d'être sur la photo. Loin des esprits chagrins, nous ne relèverons pas seulement que peu de monde sur la photo aura agi pour en arriver à cette signature. D'ailleurs, nous verrons qui aura à cœur de le faire vivre. Nous nous félicitons de la signature de cet accord mondial de la Société Générale avec l'UNI, le syndicat mondial auquel nous sommes affiliés. Nous sommes régulièrement intervenus…
L’URGENCE POSITIVE C’est par ce nouvel oxymore que Laurent Goutard aura qualifié la situation dans laquelle nous sommes pour aller vers la banque de demain. Ce n’est pas l’obscure clarté qui aura qualifié sa présentation devant les représentants nationaux le 21 mai. Bien au contraire, celle-ci aura même été claire et très dense. La concertation sur l’avenir du réseau, entre la direction de BDDF et les organisations syndicales aura été limitée à 2 heures (car le directeur du réseau devait attraper un train par la suite). Il est donc entré dans le détail des réflexions du réseau et a présenté la feuille de route pour 2016-2020. « La clé de voûte pour progresser reste notre relation avec le client» aura-t-il pris soin de rappeler. « Mais la rupture qui sera faite, sera irréversible, tant pour le client que pour les salariés ». Nous aurions à effectuer cette révolution lente dans une «urgence positive » (celle qui nécessite de prendre des décisions mais dans un contexte et des délais qui permettraient d’éviter de prendre les mauvais choix). C’est un discours ouvertement positif auquel il s’est donc livré … même si les entrelignes sont lourds de conséquences. En mutualisant l’accueil et en s’orientant vers de nouvelles typologies d’agences, le scénario de la direction conduira à moins de salariés et plus d’expertise, confondant ainsi contraintes budgétaires et améliorations de la qualité. Les besoins en formation sont énormes, tant pour répondre aux attentes de la clientèle que pour faire monter en compétence le personnel…
BLANCHE NEIGE ET LES NIN-NINS Les media n'ayant rien de croustillant à se mettre sous la dent, en dehors des scandales pailletés du Festival de Cannes, Mediapart nous ressert l’affaire Kerviel. La journaliste, qui depuis le début adhère à la théorie du complot, a dégotté une ex de la police qui a fait partie des enquêteurs pour ressortir un article dans lequel il n’y a que du réchauffé et qui se conclut par l’invariable besoin de l’expertise qui va démontrer l’existence du complot : la SocGen, puissance de l’ombre capable de mettre à sa botte une justice corrompue, a planqué ses pertes des subprimes en les collant sur le dos du pôv pti gars de Pont l’abbé qui en serait du coup blanchi, rien de moins. A la SocGen, tous savaient et tous complices … même l’assistant de Blanche neige, que le juge Van Ruymbeke a relaxé des soupçons de complicité et qui a obtenu avec notre soutien la condamnation de la SG pour licenciement injustifié ! Exit l’augmentation de capital pour éponger l’ardoise de Jérôme, exit le suivi de la BdF sur le débouclage de ses positions, exit ses aveux et sa condamnation pénale, exit le sort du personnel de la banque qui n’en finit pas de supporter les conséquences de ses avanies... depuis plus de 7 ans ! NIOUZES DE L’AG Contrairement à certains titres de journaux, l’assemblée générale des actionnaires saison 2015 n’a pas été vraiment mouvementée… C’était même une assemblée clairsemée de vieux pour l'essentiel, certainement…
TECHNOPOLIS – EPISODE 3 La 3ème négociation sur le projet de transfert de certaines activités vers Val de Fontenay a eu lieu le 6 Mai. En amont de cette rencontre de 3 heures, 2 évènements s’étaient déroulés : un « document de travail » nous a été envoyé par la Direction pour entamer la discussion et la CGT a organisé un amphi à CB3 qui a permis de confirmer les axes indispensables de négociation (transfert et mobilité) et de préciser une série de mesures d’accompagnement nécessaires au projet de la Direction pour les salariés qui en auraient besoin. L’ensemble des échanges avec les salariés a porté sur le suivi - ou pas - de son activité et les conditions du transfert. Pourtant, la négociation n’a pas encore tranché le fond du problème et nous sommes restés le 6 mai pendant plus de 3 heures pour tenter de définir les bénéficiaires des mesures qui seront négociées par la suite et la priorité d’accès aux mesures d’accompagnement. Par ailleurs, en demandant que soit ajouté un paragraphe sur le cadre des mobilités, nous avons rappelé que les discussions en cours ne peuvent servir d’alibi à certains RH ou managers pour tenter de faire croire que les mobilités sont gelées. Or elles ne le sont pas, la Direction nous a assuré qu’elle veillerait à ce que le message soit correctement relayé et compris dans toutes les équipes. Pour avancer, nous avons rédigé avec les salariés concernés notre propre « document de travail »(disponible sur…
#TOUTVABIEN2015 Il y a des sujets qui détendent ... ou pas. Une semaine entière est programmée en juin sur la «qualité de vie au travail» (pardon...life at work). Au menu du patchwork : massages relaxants, après la «construction dans la joie d’intervention auprès des clients» avec la solution Lego Serious Play, réflexions sur le sens de la vie, mais aussi des sujets hallucinatoires, prosélytistes, à la limite de la dérive sectaire : «boostez votre productivité et vivre mieux», «méditation en pleine conscience», «réfléchir avec ses mains». Il ne manque plus que les cours de vol yogique et on retrouverait presque le programme de quelques frappés qui ont égayé quelques élections au cours des années 90. Toutefois, cette fois ci, nous avons également droit à un programme plus light et compréhensible au commun des mortels. «Redonner la pêche aux générations Baby-boom, X et Y», «Manager autrement pour réenchanter le travail», «On a tous des supers pouvoirs ! Pour gagner en efficacité et ensemble»... Elle est pas belle la vie ? LA WORLD COMPANY C’est un moment important, officiel parmi d’autres, dans lesquels les huiles apprécient d’être sur la photo. Loin des esprits chagrins, nous ne relèverons pas seulement que peu de monde sur la photo aura agi pour en arriver à cette signature. D’ailleurs, nous verrons qui aura à coeur de le faire vivre. Nous nous félicitons de la signature de cet accord mondial de la Société Générale avec l’UNI, le syndicat mondial auquel nous sommes affiliés. Nous sommes régulièrement intervenus…
Page 9 sur 52