La fermeture pendant l'été 2015 d'un tronçon central du RER A (station Charles de Gaulle) aurait dû constituer un sujet CHSCT extraordinaire « évident » pour la CGT des services centraux de la banque, dont plusieurs milliers de collaborateurs se rendent chaque jour à son siège de la Défense (92). Même cause et mêmes effets en 2016 (voir notre actualité de mai 2015). D'autant que cette fois, c'est tout le tronçon parisien du RER A qui sera fermé, avec un effet attendu encore plus fort sur les trajets individuels des 150 000 franciliens qui vont travailler dans le quartier de la Défense (92).

La CGT a demandé un bilan des incidents constatés l'an dernier mais a juste obtenu une fin de non-recevoir de la part de la direction. En clair, c'est une cause extérieure à l'entreprise donc à chacun de repenser son déplacement en fonction des désagréments rencontrés.

Pas de possibilité non plus de rentrer pour l'été dans le dispositif expérimental de télétravail, mené depuis un an : « cela poserait un problème d'équité » s'est vu répondre la CGT en CHSCT des services centraux de la banque. Un accord pérenne sur le télétravail sera d'ailleurs soumis à négociation à la rentrée. Seule consolation (comme pour l'été 2015) : les managers sont invités à y ''aller mollo'' sur les sanctions en cas de retards matinaux des collaborateurs.

 Source

Publié dans La Presse
 

Le tronçon central du RER A va être partiellement fermé cet été (station Charles de Gaulle) et cela continuera les 6 étés suivants par tronçons successifs. Sachant que d’autres travaux sont prévus simultanément (ligne L, RER C…), cela faisait un sujet CHSCT extraordinaire « évident » pour la CGT des services centraux de la banque, dont plusieurs milliers de collaborateurs se rendent chaque jour à son siège de la Défense (92). La banque n'a pas souhaité faire un CHSCT commun et a préféré décliner une réunion dans chacun des huit CHSCT franciliens.

 

Mollo sur les sanctions pour retard

Ensuite, elle a donné une fin de non-recevoir à certaines demandes : par exemple la possibilité d'étendre exceptionnellement les jours de télétravail, aujourd'hui fixés à 2 jours/semaine par voie d'accord. Pour éviter les sanctions en cas de retard successifs dus aux travaux du RER, la SG s'engage à communiquer prochainement auprès de tous les managers. Traduction : « faudra y aller mollo ». Concernant un tas d'autres propositions (places de parking remboursées, extension des parcs à vélos, possibilité de pointer exceptionnellement en agence etc.), les réponses devaient être fournies fin mai aux IRP.

En cas de dysfonctionnements estivaux importants, la banque a promis d'activer en urgence un ''plan de continuité''. Toutes ces (futures) avanies estivales pourraient par ailleurs concerner une fraction importante des 150 000 salariés recensés sur le premier quartier d'affaires européen.
Publié dans La Presse