jeudi, 27 juillet 2017 14:51

La Révolution Managériale

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Intervention de Viencent De Gaulejac à l'occasion des journées de réflexion sur la santé mentale, Agir en prévention sur l'organisation du travail, organisées par la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

 

Gaulejac

Résumé : CPP

Vincent de Gaulejac, sociologue, directeur du Laboratoire de changement social à l'Université de Paris-Diderot et auteur de plusieurs livres très connus : Le coût de l'excellence, la lutte des places, Travail, les raisons de la colère et plus récemment (avec le journaliste Antoine Mercier) Manifeste pour sortir du mal-être au travail.

 

Selon Vincent de Gaulejac, l’idéologie managériale est la nouvelle idéologie dominante de notre temps. Cette idéologie se traduit par des formes d’organisation « neutre et innocente », mises en œuvre par des multinationales, et a pour objectif de transformer des conflits organisationnels en un retour de culpabilité sur le salarié. L’auteur associe ces nouvelles formes d’organisation à l’émergence du phénomène de la dépression due au travail.

Pour V. de Gaulejac, cette idéologie a ses racines dans la dérégulation financière des années 1980 qui a fait passer du capitalisme industriel à un capitalisme financier, ce dernier entraînant la déconnexion entre l’exigence de la rentabilité financière et celle de la production réelle. En effet, les taux de rentabilité financière de plus de 10% ne peuvent se faire dans l’environnement économique ralentissant que par une compression drastique des salaires, autrement dit que le travail soit la seule variable d’ajustement de la rentabilité financière. La visée essentielle de l'idéologie managériale et l’organisation qui l’accompagne est le gain de productivité basé sur le travail et non l'investissement, produire plus avec moins ! L’auteur souligne les effets destructeurs de ce nouveau mode d’organisation et de management pour l’environnement, le marché du travail et le travailleur individuel.

V. de Gaulejac montre ensuite comment les nouvelles méthodes de management s’appuyant sur les outils informatiques ont permis de mettre en place un système de mesure et de contrôle individuel des travailleurs et comment ces méthodes sont mises en place, pas à pas, dans les secteurs publics et non marchands comme l’éducation, l’hôpital et la police… On constate alors une étroite corrélation entre ce nouveau mode de management et les symptômes de souffrance au travail. Pour masquer cette situation, les entreprises emploient la stratégie de communication qui vise à détourner la critique. Elles mettent en place des discours psychologisants de la souffrance au travail qui renvoient le mal-être du salarié à lui-même, transformant du même coup, les problèmes d’organisation d’entreprise en des problèmes de médication du salarié…

Comment sortir de cette situation ? L'auteur insiste sur la nécessité d'une approche pluridisciplinaire impliquant de multiples acteurs y compris les syndicats mais pas seulement…

Lu 220 fois Dernière modification le jeudi, 27 juillet 2017 15:28
Connectez-vous pour commenter